Tu te sens tout à coup fragile, si fragile. Le bloc que tu maintenais, vaille que vaille, pour exister, pour faire face, s’est fendillé puis aussitôt des pans entiers de ton être s’écroulent. Tu n’es pas le seul, souviens-toi. Ton regard se portait, tout en compassion, sur les gestes fragiles de ton vieux père, sur les balbutiements de vie de ce bébé, sur le visage aimé qui dort, serein. Ils étaient sur la ligne de crête, à mi-chemin entre la pleine vie et sa menace : adversité, souffrance, disparition. L’instant porte parfois les stigmates du temps. Réjouis-toi : tu as vécu ce sentiment intense qui, de l’autre, t’as donné le plus beau du répit. Pour toi-même, recueilles cette rosée du matin que la vie qui va ne peut assécher.
La vie intérieure