Je suis moi-même et mon regard au loin, à ma fenêtre. Au printemps, les feuilles, les petiotes, nous laissent encore voir les autres feuilles, derrière elles.
Éphémère transparence. Se faire connaître, discrètement, sans rien cacher, donner de l’immensité au regard, l’autre renouvèle nous-même sans le répéter, l’espace se vit en ouverture, en horizon, toujours, au-delà, un horizon. Faire de ma vie un printemps, de tendres pousses humaines, discrètes et qui ne cachent rien, ne veulent rien, sinon la vie, des horizons approchent tendrement, comme ce vent si doux qui balance les jeunes pousses, un être et un autre, ni derrière ni devant, créer de la lumière, simplement.  

La vie intérieure