L’importance de la spiritualité et de la méditation pour les seniors est maintenant reconnue
Un rapport très officiel explique pourquoi, il faut encourager la spiritualité des séniors

Extraits commentés

Comment vieillir avec succès ? Comment passer la deuxième partie de sa vie de façon plus positive, plus sereine, plus intéressante sont les principales questions que se posent les seniors d’aujourd’hui. Ces qualificatifs : positif, serein, intéressant n’ont pas été choisis au hasard. Ils sont fondamentaux car réussir son avance en âge dépend beaucoup de nos aptitudes mentales. Notre corps et en particulier notre cerveau peuvent rester hautement fonctionnels très longtemps. Toutefois, nos choix de vie et les comportements que nous adoptons peuvent entamer cet acquis précieux. Il en va ainsi du stress, de la dépression, de la solitude, de la sédentarité physique et intellectuelle, mais aussi de la suralimentation, du tabagisme et de l’alcoolisme. Tous ces comportements qui abrègent l’existence procèdent de notre mental. L’esprit peut également exercer une influence très déterminante sur la longévité. Il existe des personnalités qui prédisposent à vivre mieux et plus longtemps. Rester optimiste et garder une image positive de soi-même permettent de lutter contre certaines maladies. La spiritualité peut agir sur notre longévité. Certaines stratégies adaptatives se sont révélées décisives pour réussir son avance en âge. Les recherches menées au cours des trois dernières décennies, ont confirmé par centaines que le vieillissement dépend de l’individu, beaucoup plus qu’on ne l’a cru par le passé. Trop de gens l’ignorent et dilapident ce précieux capital d’années, en adoptant des comportements inappropriés.

Le rapport n’est pas explicite sur ce point important, mais derrière les comportements, il y a tout ce qui relève du mental. Le kybalion explique : Le véritable enjeu, c’est la maîtrise de l’univers mental par l’élévation vibratoire au niveau du monde spirituel.

Il confond spiritualité et religion, il réduit la spiritualité à ses « outils » et à ses avantages, mais parle aussi de libération de l’énergie spirituelle, de la vie intérieure par opposition à l’injonction de s’activer…

Encourager le développement de la spiritualité chez les seniors

Durant des siècles, la spiritualité a existé en Occident presque exclusivement au travers des pratiques religieuses issues de la tradition judéo-chrétienne. La sécularisation de la pensée, qui caractérise l’époque contemporaine, a abouti à une émancipation de la spiritualité par rapport aux religions monothéistes et une ouverture sur une multitude d’autres traditions et pratiques. Malgré le déclin de la fréquentation des lieux de culte observé en France depuis un siècle, il apparaît qu’un nombre important de personnes croient toujours en Dieu ou en une forme de pouvoir supérieur.

Une enquête sociologique menée en 1999 indique que 56 % des Français croient en Dieu. Dans un autre sondage, à la question : « Pensez-vous que la spiritualité est nécessaire pour réussir sa vie ? » 37 % des sondés de plus de soixante-cinq ans ont répondu par l’affirmative. Si une majorité d’individus persistent à croire en une réalité transcendante, leur pratique religieuse a en revanche beaucoup évolué. Plus tolérants et éclectiques, moins attachés à leur église, ils empruntent des démarches spirituelles beaucoup plus personnelles et centrées sur leur besoins.

Devient-on plus religieux en vieillissant ? Les dernières enquêtes semblent indiquer que, si après soixante-dix ans la présence aux offices religieux tend à diminuer du fait des handicaps et de la maladie, avec l’âge, la spiritualité augmenterait sur des modes informels comme la prière, la lecture des textes sacrés. Il existe en France, en nombre limité, des formations spécifiques à la psychologie du vieillissement. À titre indicatif, le Pr Anne-Marie Ergis, responsable du master de psychologie gérontologique à Paris V, signale que les trente étudiants formés chaque année trouvent en moyenne, à la sortie de leurs études, un emploi en moins de deux mois !

Toutefois ce regain de religiosité n’est observé que chez des individus spirituellement prédisposés. Il est en effet rare qu’une personne sans conviction religieuse avant la vieillesse y trouve un intérêt par la suite. Alors que la spiritualité est utile à toutes les étapes de l’existence, elle prend une importance croissante lorsque l’on vieillit et que la santé devient plus précaire. La religion est constamment évoquée par les personnes âgées comme une manière de lutter contre la maladie, la douleur, et toutes les formes d’infirmité. La spiritualité n’est pas seulement un soutien au moment où la santé faiblit.

Elle permet de surmonter les crises identitaires qui se produisent au seuil de la vieillesse lorsqu’il faut redistribuer les rôles, repenser son corps et faire le bilan de son existence. Elle offre également, au seuil de la vie, une réflexion sur la destinée, propice à atténuer les angoisses liées à la mort.

La vieillesse est « un réservoir de vie contemplative » qui donne la chance unique de reprendre contact avec la dimension sacrée de la vie si longtemps réprimée. Elle invite, en se détachant de certaines postures sociales imposées, à développer des aspects de la personnalité qu’il avait fallu sacrifier dans la course au succès. Elle offre l’occasion, tout en restant dans la famille ou la communauté, de développer sa conscience, de se rapprocher de son essence, de cultiver la sérénité, la connaissance de soi, le sens du pardon et la compassion nécessaires à l’éclosion de la sagesse.

Autrefois les outils spirituels qualifiés pour cette exploration étaient réservés à un petit nombre d’initiés. Depuis les années soixante-dix, les savoirs émanant des traditions contemplatives (soufisme, bouddhisme, yoga, contemplatifs chrétiens entre autres) ainsi que les techniques de développement personnel ont été largement diffusés. Un nombre grandissant de seniors ont recours à ces écoles ou à ces techniques mentales pour libérer leur énergie spirituelle au profit d’une maturation intérieure. Toutefois, ce foisonnement de techniques et d’informations, relayés par le prodigieux développement d’Internet, se heurte régulièrement au modèle social du retraité actif et consommateur auquel il est proposé, pour ne pas dire imposé, de « vieillir jeune ». Un grand pas sera franchi lorsque l’on aura pris conscience que les temps forts de la vie du retraité ne sont plus nécessairement ceux dévolus à l’action, mais les moments que l’on se consacre à sa vie intérieure.

Propositions
Proposer sur tout le territoire des ateliers, conférences, débats animés par des psychologues, philosophes ou des religieux sur l’importance de la spiritualité dans la réussite de l’avance en âge.

Favoriser la quête spirituelle des seniors en facilitant l’accès à la connaissance et la mise à disposition de documents.

Proposer une enquête nationale « Spiritualité chez les seniors » pour mieux appréhender cette dimension du bien-être.