Sélectionner une page

Le shadow work Journal de Keila Shaheen

“The Shadow Work Journal” de Keila Shaheen se concentre sur le concept de “Shadow Work”, une pratique psychologique visant à explorer et accepter les aspects les plus sombres de notre personnalité. Shaheen, une psychologue américaine formée à diverses méthodes alternatives, propose un guide pratique pour entreprendre ce voyage intérieur.

Thème central : Le livre aborde le concept de “Shadow Work” ou “travail sur ses parts d’ombre”. Ce processus implique de reconnaître et d’accepter les parties de nous-mêmes que nous considérons comme négatives ou indésirables. Shaheen suggère que cette acceptation est cruciale pour une vie équilibrée et saine.

Structure et contenu : Le “Shadow Work Journal” est structuré comme un outil interactif, comprenant des guides, des exercices, et des espaces de réflexion personnelle. Il guide le lecteur à travers les étapes pour identifier ses “parts d’ombre”, comprendre leurs origines, et travailler à leur acceptation et guérison.

Méthodologies utilisées : Shaheen intègre des approches variées telles que la thérapie cognitivo-comportementale, la pleine conscience, et la psychologie énergétique. Ces méthodes visent à fournir une approche holistique pour traiter les aspects psychologiques profonds.

Bénéfices promis :

  1. Amélioration des relations interpersonnelles : En comprenant et en acceptant ses propres parts d’ombre, on peut développer des relations plus saines et apaisées avec les autres.
  2. Guérison de traumatismes transgénérationnels : Le livre propose des techniques pour aborder et guérir des blessures qui peuvent être transmises de génération en génération.
  3. Développement de l’autonomie personnelle : Il encourage à poser ses propres limites et à développer une meilleure compréhension de soi.
  4. Perspective élargie sur le monde : En se confrontant à ses propres ombres, on peut acquérir une vision plus nuancée et empathique du monde extérieur.

Public cible : Le livre s’adresse à toute personne intéressée par le développement personnel, la psychologie, ou cherchant à surmonter des problèmes personnels profondément enracinés.

Conclusion : “The Shadow Work Journal” de Keila Shaheen se présente comme un guide pratique et introspectif pour ceux qui cherchent à se comprendre et à s’améliorer en affrontant et en acceptant les aspects les plus sombres de leur personnalité. Il offre une approche unique et complète pour le développement personnel et la guérison émotionnelle.

 

Jung et l’ombre

Le concept de “Shadow Work” dans le livre “The Shadow Work Journal” de Keila Shaheen s’inspire fortement des théories du psychologue suisse Carl Jung. Voici quelques éléments clés issus de la psychologie jungienne présents dans ce livre et ces méthodes :

  1. La Notion de l’Ombre (Shadow) :
    • Origine Jungienne : Carl Jung a introduit le concept de l’ombre comme étant une partie de l’inconscient, composée de rejets, d’instincts, et de faiblesses que l’individu ne reconnaît pas en lui-même.
    • Application dans le Livre : Le “Shadow Work” consiste à explorer et accepter ces aspects cachés ou refoulés de la personnalité.
  2. L’Intégration de l’Ombre :
    • Origine Jungienne : Jung croyait que la santé mentale et l’équilibre nécessitent l’intégration de l’ombre dans la conscience.
    • Application dans le Livre : Les exercices et réflexions proposés visent à aider les individus à reconnaître, accepter, et intégrer leurs parts d’ombre.
  3. Le Processus d’Individuation :
    • Origine Jungienne : L’individuation est un processus de développement personnel où l’individu devient un “soi” intégré et distinct.
    • Application dans le Livre : En travaillant sur ses parts d’ombre, l’individu avance vers une plus grande intégration de soi.
  4. L’Analyse des Rêves et Symboles :
    • Origine Jungienne : Jung accordait une grande importance à l’analyse des rêves et à l’interprétation des symboles comme moyen d’accéder à l’inconscient.
    • Application dans le Livre : Bien que non explicitement mentionné, les techniques de pleine conscience et de réflexion personnelle peuvent inclure l’exploration de rêves et de symboles personnels.
  5. L’Importance de l’Inconscient :
    • Origine Jungienne : Jung a souligné le rôle crucial de l’inconscient dans le développement psychologique.
    • Application dans le Livre : Le “Shadow Work” encourage l’exploration de l’inconscient pour une meilleure compréhension de soi.
  6. La Guérison par la Confrontation :
    • Origine Jungienne : Jung croyait que la confrontation avec les parties inconnues ou non acceptées de soi-même était essentielle pour la guérison.
    • Application dans le Livre : Le livre guide les lecteurs à travers ce processus de confrontation et d’acceptation.

“The Shadow Work Journal” s’inspire largement des idées de Carl Jung, en particulier son concept de l’ombre et le processus d’individuation, pour aider les individus à atteindre une meilleure compréhension et intégration de soi.

Une petite histoire ?

Je m’appelle Sarah, et bien que je sois un personnage fictif, mon histoire est celle que beaucoup pourraient vivre. C’est l’histoire de ma transformation, grâce à “Le Shadow Work Journal” de Keila Shaheen, et c’est une histoire qui pourrait bientôt être la vôtre.
Ma vie était comme un labyrinthe de ruelles sombres, chaque tournant révélant des ombres que j’avais longtemps cherché à éviter. Jusqu’au jour où j’ai découvert ce journal. Au début, c’était juste un exercice d’écriture, mais rapidement, il est devenu un voyage dans les profondeurs de mon âme.
Je me souviens de ma première entrée dans le journal. Mes mains tremblaient légèrement alors que je tenais le stylo. “Qui suis-je vraiment ?” écrivis-je. Ces mots ont ouvert une porte, et ce qui a suivi fut une cascade de révélations, de larmes, de rires, et de guérisons.
Chaque page du journal m’invitait à plonger plus profondément, à affronter les peurs et les douleurs que j’avais enfouies. Je rencontrais des aspects de moi-même que je n’avais jamais osé explorer. Parfois, c’était douloureux, parfois libérateur, mais toujours, c’était authentique.
Au fil des jours, je commençai à voir des changements dans ma vie. Mes relations, autrefois tendues, devenaient plus harmonieuses. Je trouvais du courage pour affronter des situations que j’avais toujours fui. Des opportunités inattendues se présentaient, comme si l’univers répondait à ma nouvelle ouverture d’esprit.
Ce n’était pas seulement un journal; c’était un miroir de mon âme. Il reflétait non seulement qui j’étais, mais aussi qui je pouvais être. Avec chaque mot que j’écrivais, je me libérais des chaînes de mes propres pensées limitantes.
Dans ce voyage, j’ai appris que les ombres ne sont pas à craindre. Elles font partie de nous, et les embrasser, c’est embrasser notre intégralité. “Le Shadow Work Journal” m’a appris à aimer toutes les parties de moi, même celles que je croyais indésirables.
En racontant mon histoire, je veux vous dire que ce voyage peut être le vôtre. Oui, je suis un personnage fictif, mais les émotions et les transformations que j’ai vécues sont bien réelles. Ce journal a le pouvoir de changer des vies, de révéler des vérités cachées, et de guider vers un chemin de guérison et d’amour-propre.
Alors, si vous vous retrouvez à la croisée des chemins, cherchant une direction ou un sens, souvenez-vous de mon histoire. Prenez ce journal entre vos mains et commencez à écrire. Vous pourriez être surpris de découvrir ce qui vous attend.

L’alchimie spirituelle

L’Alchimie Spirituelle à Travers l’Histoire : Un Voyage Mystique

Introduction : Dans le vaste domaine des croyances humaines, l’alchimie spirituelle se dresse comme un pont entre le mysticisme antique et les quêtes spirituelles contemporaines. L’histoire des religions vous invite à explorer cette tradition fascinante qui transcende le temps et les cultures, révélant un désir universel de connexion profonde avec le divin.

Origines Antiques : L’alchimie spirituelle, dans son essence, plonge ses racines dans les sables du temps, où les mystères de l’Égypte ancienne et la sagesse de la Grèce hellénistique s’entremêlent. Cette fusion a donné naissance à Hermès Trismégiste, une figure mythique, symbole de la convergence de Thot égyptien, dieu de la connaissance, et Hermès grec, messager des dieux. Les textes attribués à Hermès Trismégiste, notamment le “Corpus Hermeticum”, posent les fondements de l’hermétisme, mélangeant cosmologie, philosophie et spiritualité.

Diffusion dans le monde musulman et chrétien : Avec la chute de l’empire romain et l’essor de l’Islam, les textes hermétiques ont trouvé un nouveau foyer dans le monde arabe. Les savants musulmans, fascinés par ces idées, ont joué un rôle crucial dans leur préservation et leur étude, contribuant ainsi à leur transmission vers l’Europe médiévale. Là, sous l’influence des penseurs chrétiens, l’alchimie a acquis une dimension de quête spirituelle, cherchant non seulement la transmutation des métaux, mais aussi celle de l’âme.

La Renaissance – Un Âge d’Or : La Renaissance a marqué un âge d’or pour l’alchimie spirituelle. Des figures comme Paracelse et John Dee ont recherché une compréhension plus profonde de l’univers, où la science, la magie et la spiritualité étaient inextricablement liées. Ils ont vu dans l’alchimie une voie vers une connaissance divine, un moyen d’accéder à des vérités cachées derrière les voiles du matériel.

L’Alchimie et la Psychologie Moderne : Au XXe siècle, la redécouverte de l’alchimie par Carl Jung a marqué un tournant. Jung a interprété les symboles et processus alchimiques comme des manifestations de processus inconscients, reliant ainsi l’ancienne pratique à la psychologie moderne. Dans cette perspective, l’alchimie devient une métaphore de l’individuation, du voyage intérieur vers l’intégration et la réalisation de soi.

Conclusion : L’alchimie spirituelle reste aujourd’hui une source d’inspiration et de mystère. En tant qu’historien des religions, je vois en elle un miroir des aspirations humaines à la connaissance, à la transformation et à l’union avec quelque chose de plus grand que nous. C’est un chemin pavé de symboles, de métaphores et de quêtes éternelles, reflet d’une soif spirituelle inextinguible de l’humanité.

L’Alchimie Spirituelle : Un Chemin de Connaissance de Soi et de Purification Intérieure

Dans la quête incessante de l’homme pour comprendre son essence et sa place dans l’univers, l’alchimie spirituelle se présente comme un chemin mystique vers la connaissance de soi et la purification intérieure. Contrairement à l’alchimie opérative, dont le but est la transformation des métaux, l’alchimie spirituelle s’engage dans un voyage plus intime et profond, celui de la transmutation de l’âme.

Cette forme de pratique alchimique, loin d’être une simple métaphore, constitue un processus rigoureux et symbolique de développement personnel et spirituel. Elle invite l’individu à un périple intérieur, à une exploration de ses profondeurs psychiques et spirituelles, visant à un éveil de la conscience.

Au cœur de l’alchimie spirituelle se trouve le concept de connaissance de soi. Cette quête implique une introspection profonde, un examen minutieux des divers aspects de l’identité personnelle – des aspects les plus lumineux aux recoins les plus obscurs. Cette démarche est souvent symbolisée par l’œuvre au noir, ou nigredo, une étape de dissolution et de confrontation avec les aspects les plus sombres de l’âme, un processus parfois douloureux mais essentiel à la transformation.

La purification intérieure, un autre pilier de l’alchimie spirituelle, suggère une épuration des impuretés psychiques et émotionnelles. Cette phase, souvent comparée à l’œuvre au blanc, ou albedo, est une période de clarification, où l’individu se débarrasse des illusions, des attachements excessifs et des fausses identifications qui obscurcissent sa véritable nature. C’est un processus de nettoyage et de renouvellement, menant à un état de pureté et de préparation pour la réception de la lumière spirituelle.

La transmutation alchimique est finalement couronnée par l’œuvre au rouge, ou rubedo, symbolisant l’atteinte d’un état de conscience éveillé. Cette étape représente l’union harmonieuse des opposés, le mariage sacré du masculin et du féminin intérieurs, une intégration complète de l’être. C’est le moment où l’individu, purifié et éclairé, réalise sa véritable essence divine, atteignant ainsi un état d’illumination spirituelle.

L’Alchimiste et la Matière : La Lumière Divine et son Voile

Dans la vision alchimique, la matière n’est pas simplement une substance physique brute; elle est vue comme un réceptacle de la lumière divine, une émanation du sacré. Pour l’alchimiste spirituel, chaque élément matériel contient une étincelle de cette lumière, un reflet de l’ordre divin. Cette perspective transforme la matière de quelque chose d’inerte et sans vie en un domaine sacré, riche de potentiel et de signification.

Cependant, cette même matière est également perçue comme un voile qui cache la lumière divine, un écran qui obscurcit notre compréhension et notre perception de la vérité spirituelle. Les alchimistes considèrent que la matière, dans sa forme brute, peut distraire et tromper, nous éloignant de la reconnaissance de notre véritable nature. Ainsi, la matière devient à la fois le support et l’obstacle à la réalisation spirituelle.

La relation entre l’alchimiste et la matière est donc complexe et nuancée. D’un côté, il cherche à explorer et à comprendre la matière pour y découvrir des indices de la présence divine. De l’autre, il doit transcender cette même matière pour atteindre une compréhension plus profonde de l’esprit. Cette dualité reflète le parcours alchimique lui-même – un voyage à travers le matériel vers le spirituel, de l’obscurité vers la lumière, du grossier vers le subtil.

Dans cette perspective, le travail de l’alchimiste devient un acte de révélation et de libération. En transformant la matière, en la purifiant et en en extrayant son essence, l’alchimiste travaille à révéler la lumière cachée en son sein. Ce processus est symbolique de la transformation intérieure que l’alchimiste subit lui-même. En purifiant et en transmutant sa propre nature matérielle, il aspire à dévoiler et à intégrer la lumière spirituelle qui réside en lui.

En conclusion, l’alchimie spirituelle, avec son riche symbolisme et sa quête profonde de transformation, offre un chemin vers la connaissance de soi et l’éveil spirituel. Elle représente un dialogue entre l’homme et la matière, le fini et l’infini, révélant que notre voyage intérieur est intrinsèquement lié à notre relation avec le monde matériel. Dans cette quête, l’alchimiste ne transforme pas seulement les substances externes, mais aussi son essence interne, cherchant à atteindre un état de conscience plus élevé et une union avec le divin.

But Mystique de l’Alchimie Spirituelle : L’Union avec le Divin

L’alchimie spirituelle, dans son exploration mystique, vise un objectif ultime : l’union avec le divin. Cette quête transcende la simple manipulation de la matière ou la recherche de connaissances profanes. Il s’agit d’une aspiration profonde à se fondre avec le sacré, à atteindre un état de communion avec les forces universelles qui sous-tendent l’existence.

Cependant, il est crucial de comprendre que l’alchimie spirituelle n’est pas une religion en soi. Elle n’adhère pas à un système de croyances dogmatiques ou à une structure ecclésiastique. Plutôt, elle emprunte et intègre des éléments de divers domaines, tels que la science, la philosophie, et la psychologie. Cette approche holistique reflète la croyance que la vérité spirituelle ne peut être confinée dans les limites d’une seule discipline ou d’une seule perspective.

Du point de vue scientifique, l’alchimie explore les lois de la nature et la transformation des substances. En philosophie, elle se penche sur les questions existentielles et métaphysiques de l’être. En psychologie, l’alchimie offre une métaphore pour l’exploration de l’inconscient et la dynamique de l’esprit humain. Ainsi, l’alchimie spirituelle se positionne comme une synthèse interdisciplinaire, un chemin vers la compréhension intégrale de la vie et de l’esprit.

La recherche de l’union avec le divin en alchimie spirituelle est souvent interprétée comme un processus de raffinement et d’épuration de l’âme. Ce voyage mystique conduit l’alchimiste à transcender les limites de l’ego et à expérimenter un sentiment d’unité avec l’univers. Cette expérience d’union peut être décrite comme une réalisation de l’interconnexion de toute vie, un aperçu de la présence divine qui imprègne toute création.

La Transmutation Spirituelle : Transformation Intérieure et Accès au Divin Intérieur

La transmutation spirituelle, au cœur de l’alchimie spirituelle, est un processus de transformation intérieure profonde. Elle implique un recentrage vers sa vraie nature et un accès au divin intérieur. Cette transformation ne concerne pas seulement un changement superficiel ou temporaire, mais plutôt une métamorphose fondamentale de l’être.

Le processus commence souvent par une prise de conscience de l’inadéquation de l’existence matérielle et de la superficialité des plaisirs sensoriels. L’alchimiste spirituel reconnaît que la véritable essence de l’existence ne peut être trouvée dans les accumulations extérieures ou les succès éphémères. Cette prise de conscience conduit à un désir d’explorer plus profondément, de chercher une réalité plus significative et durable.

Dans le cadre de la transmutation spirituelle, l’individu entreprend un voyage introspectif, plongeant dans les profondeurs de son âme. Ce voyage est parsemé de défis et d’obstacles, car il nécessite de faire face à ses propres ombres, doutes et peurs. L’alchimiste doit traverser ces ténèbres, les comprendre et les intégrer, dans le but de les transcender.

Carl Jung parle de la confrontation avec ses propres ombres, doutes et peurs. Jung, un psychanalyste suisse influent, a introduit le concept de “l’ombre” dans sa théorie de la psychologie analytique. Selon Jung, l’ombre représente les aspects inconscients de la personnalité qui sont rejetés par le moi conscient et souvent perçus comme négatifs. Jung considère que faire face à l’ombre est une étape cruciale dans le processus d’individuation, un processus par lequel une personne devient un individu distinct, intégré et entier. L’individuation implique la reconnaissance et l’intégration des différentes parties de soi, y compris celles qui sont inconscientes ou rejetées. La confrontation avec l’ombre n’est pas seulement un processus de reconnaître ses défauts ou ses aspects négatifs, mais aussi de comprendre et d’intégrer les potentiels et les qualités non réalisés. Jung soutient que l’ombre peut contenir des ressources positives et des aspects de soi qui ont été supprimés ou non reconnus. Jung a également parlé des archétypes, des modèles universels et innés qui façonnent notre compréhension du monde et de nous-mêmes. L’ombre est l’un de ces archétypes et est souvent en conflit avec le “persona”, ou l’image de soi que l’on présente au monde. L’intégration de l’ombre dans la conscience est essentielle pour atteindre l’équilibre psychologique et le bien-être. Dans le contexte plus large de la psychologie analytique de Jung, faire face à ses propres ombres, doutes et peurs est donc une partie fondamentale du voyage vers la guérison, la maturité et l’accomplissement personnel. Si Carl Jung devait donner une définition de l’ombre, elle pourrait ressembler à ceci : “L’ombre est une partie de l’inconscient qui contient tout ce qui est inconscient pour l’individu, notamment les traits de caractère, les désirs et les impulsions qui sont rejetés ou non reconnus par le moi conscient. Elle est souvent composée de tout ce qui est considéré comme négatif ou inacceptable, soit en raison des normes sociales et culturelles, soit en raison des critères personnels de l’individu. L’ombre peut inclure des qualités telles que la colère, l’envie, le désir, la luxure ou d’autres instincts primitifs. Elle représente l’opposé de la persona, l’image extérieure que l’on présente au monde. Cependant, l’ombre n’est pas seulement négative ; elle peut aussi contenir des aspects positifs, des talents et des capacités qui n’ont pas été pleinement développés ou exprimés. Reconnaître et intégrer l’ombre dans la conscience est un élément clé du processus d’individuation, où l’individu s’efforce d’atteindre une intégration complète et un équilibre de la personnalité.”

Ce processus est souvent décrit en termes alchimiques comme le passage de l’œuvre au noir (nigredo) à l’œuvre au blanc (albedo), et enfin à l’œuvre au rouge (rubedo). Chaque étape représente un aspect de la transformation : la confrontation et la dissolution des illusions (nigredo), la clarification et la purification de l’esprit (albedo), et enfin l’illumination et l’unification de l’âme avec le divin (rubedo).

Le cœur de la transmutation spirituelle réside dans la redécouverte et l’intégration du divin intérieur. L’alchimiste spirituel reconnaît que le sacré n’est pas une entité lointaine ou extérieure, mais une réalité vivante et vibrante en son propre cœur. En accédant à cette source intérieure de sagesse et de lumière, l’individu commence à vivre d’une manière plus alignée avec les principes universels

L’Illusion de l’Ego: Le Piège des Illusions et Attachements Matériels

Dans le cadre de l’alchimie spirituelle, l’ego est souvent perçu comme une source d’illusion, un voile qui obscurcit notre vision de la vérité et nous enchaîne à un monde de faux attachements et de désirs matériels. Cette conception de l’ego souligne que la plupart des individus vivent dans une réalité construite par leur propre esprit, où les perceptions subjectives et les croyances conditionnées dictent leur compréhension du monde.

Ces illusions créées par l’ego incluent une gamme de croyances et d’attachements qui éloignent l’individu de sa vraie nature. Ce sont notamment des attachements aux biens matériels, aux statuts sociaux, aux désirs sensoriels et aux idées préconçues sur soi-même et les autres. Ces attachements ne sont pas seulement des entraves physiques ou émotionnelles, mais aussi des barrières spirituelles qui empêchent l’individu de percevoir une réalité plus profonde et plus authentique.

Dans cette perspective, l’ego est vu non pas tant comme un aspect à éliminer, mais plutôt comme un aspect à comprendre, à transcender et à intégrer de manière équilibrée. Le chemin de l’alchimie spirituelle invite à un processus de désidentification avec l’ego et à un recentrage vers le soi intérieur, un soi qui est plus en phase avec les réalités universelles et spirituelles.

Ce détachement des illusions de l’ego implique une introspection profonde et un travail conscient pour reconnaître et dépasser les limites que l’ego impose. Il s’agit d’une réévaluation de ce qui est véritablement important, d’une réorientation des priorités et des valeurs vers des aspirations plus spirituelles et moins matérielles. Ce processus est souvent difficile, car il défie les structures profondément enracinées de la pensée et du comportement.

L’alchimie spirituelle aborde la question des attachements matériels en mettant l’accent sur leur nature souvent trompeuse et limitante. Ces attachements sont considérés comme des distractions ou des obstacles sur le chemin de la réalisation spirituelle. Cependant, la compréhension et l’interprétation de cette notion n’ont pas toujours été uniformes ou claires à travers l’histoire de l’alchimie. Perspective Historique et Évolution de la Notion : Dans les premières traditions alchimiques, l’intérêt pour la matière – la transmutation des métaux, par exemple – était souvent lié à des buts spirituels, mais la distinction entre les objectifs matériels et spirituels n’était pas toujours clairement définie. Cela a conduit à une variété d’interprétations et de pratiques, certaines se concentrant davantage sur les aspects matériels et d’autres sur les aspects spirituels. À mesure que l’alchimie évoluait, surtout à partir de la Renaissance et avec l’influence de la psychologie jungienne, la compréhension des attachements matériels a pris une dimension plus clairement spirituelle et symbolique. La transmutation des métaux a commencé à être vue davantage comme une métaphore de la transformation intérieure. Attachements Matériels dans l’Alchimie Spirituelle : Dans l’alchimie spirituelle, les attachements matériels sont souvent vus comme une manifestation de l’ego et de ses désirs. Ils représentent une focalisation sur le monde extérieur qui détourne de la quête intérieure et de la découverte de la véritable essence spirituelle. Ces attachements peuvent inclure non seulement la richesse ou les biens physiques, mais aussi les désirs sensoriels, les émotions terrestres, et même les identités sociales et les rôles que l’on joue dans la société. L’alchimie spirituelle enseigne que ces attachements doivent être transcendés ou purifiés pour atteindre un état de conscience supérieure. Ce processus est souvent décrit comme une “mort” symbolique de l’ego, permettant une “renaissance” spirituelle. Clarté de la Notion : Bien que l’idée de transcender les attachements matériels soit un thème constant dans l’alchimie spirituelle, la manière dont cette idée est interprétée et mise en pratique a varié considérablement au fil du temps et selon les cultures. Dans certaines traditions, la renonciation aux attachements matériels peut être comprise de manière littérale, encourageant une vie ascétique ou un détachement total des biens terrestres. Dans d’autres contextes, elle peut être interprétée de manière plus métaphorique, mettant l’accent sur une attitude intérieure de non-attachement plutôt que sur une renonciation physique. Conclusion : La notion d’attachements matériels en alchimie spirituelle, bien que fondamentale, a évolué et a été interprétée de diverses manières tout au long de l’histoire de cette tradition. Le cœur de l’enseignement reste cependant constant : pour progresser sur le chemin spirituel, il est nécessaire de comprendre, de réévaluer, et souvent de transcender les attachements aux aspects matériels et éphémères de l’existence.

Retrouver l’Homme Originel : La Réparation du Péché Originel

L’alchimie spirituelle, dans son effort pour surmonter l’illusion de l’ego et réaliser la véritable essence de l’être, trouve un parallèle fascinant dans le récit biblique de la Genèse. Selon la tradition chrétienne, le péché originel commis par Adam et Ève représente la chute de l’homme, un moment où l’humanité a perdu son état de pureté originelle et a été introduite dans un monde de souffrance, de dualité et d’aliénation du divin.

Dans ce contexte, l’alchimie spirituelle peut être vue comme un chemin vers la réparation de ce péché originel. Elle aspire à ramener l’homme à son état primordial, un état de conscience innocente, pure et en harmonie avec le divin. Cette quête est symboliquement représentée par le processus alchimique de transformation et de purification, où l’âme est nettoyée de ses impuretés et élevée à un état supérieur de réalisation spirituelle.

Ce retour à l’homme originel implique une reconnexion avec les aspects de soi qui ont été perdus ou oubliés dans le tumulte de la vie mondaine. Il s’agit de retrouver l’innocence originelle, la simplicité, et une compréhension directe et non filtrée de la réalité. L’alchimie spirituelle voit ce retour non pas comme un processus de régression, mais plutôt comme une avancée vers un état de conscience plus élevé, où l’individu peut expérimenter une unité profonde avec tout ce qui est.

Cette quête pour retrouver l’homme originel est également un voyage de réintégration de l’homme dans le cosmos. Dans le récit de la Genèse, la chute a entraîné une séparation de l’homme et de la nature, de l’homme et du divin. L’alchimie spirituelle cherche à guérir cette rupture, à rétablir l’harmonie entre l’homme et l’univers, et à réveiller la conscience de l’unité fondamentale de toute existence.

L’alchimie spirituelle, dans sa tentative de surmonter l’illusion de l’ego et de retrouver l’homme originel, offre un chemin de transformation intérieure profonde. Ce chemin conduit à une libération des attachements matériels et des croyances limitatives, et ouvre la voie à une expérience renouvelée de l’existence, marquée par une unité retrouvée avec le divin et une compréhension plus profonde de la véritable nature de soi. En fin de compte, l’alchimie spirituelle propose un voyage de retour à une essence plus pure et plus authentique, un voyage qui est à la fois personnel et universel dans son appel à une conscience élargie et éveillée.

Pratique Alchimique : caractéristiques de l’Alchimie Spirituelle

L’alchimie spirituelle, une tradition riche et complexe, présente plusieurs caractéristiques clés qui la définissent comme une pratique unique et profondément transformative. Elle est souvent décrite comme occulte, ésotérique, symbolique, et adogmatique. Chacun de ces attributs joue un rôle crucial dans la compréhension et la pratique de l’alchimie spirituelle.

1. Occulte : Un Chemin Caché Vers la Connaissance

  • Le terme “occulte” provient du latin “occultus”, signifiant “caché” ou “secret”. Dans l’alchimie spirituelle, cela fait référence à la nature cachée de la connaissance et de la sagesse qu’elle cherche à transmettre. Contrairement aux connaissances scientifiques ou académiques, qui sont accessibles et ouvertes, l’alchimie opère dans le domaine de l’inconnu et du non-manifesté.
  • L’aspect occulte de l’alchimie implique une exploration des mystères de la nature et de l’existence humaine qui ne sont pas immédiatement apparents à la conscience ordinaire. Ces mystères nécessitent une forme de perception et de compréhension qui va au-delà des sens physiques et de la raison logique.

2. Ésotérique : Un Savoir Réservé à Quelques-uns

  • L’ésotérisme, dans le contexte de l’alchimie, fait référence à la nature interne et cachée de son enseignement, qui est souvent réservé à un petit nombre d’individus préparés ou “initiés”. Ce caractère ésotérique souligne que la compréhension véritable de l’alchimie nécessite une certaine maturité spirituelle et psychologique.
  • L’enseignement ésotérique de l’alchimie n’est pas simplement transmis de manière académique ou intellectuelle, mais souvent à travers des expériences, des rituels, et une introspection profonde. Cette connaissance n’est pas toujours accessible par le langage ordinaire et nécessite souvent une interprétation symbolique et une intuition profonde pour être pleinement comprise.

3. Symbolique : Le Langage de l’Âme

  • Les symboles sont au cœur de l’alchimie spirituelle. Ils sont utilisés pour représenter des concepts, des processus et des états de conscience qui sont difficiles, voire impossibles, à exprimer avec des mots. Les symboles alchimiques, tels que le serpent ourobouros (le serpent qui se mord la queue) ou la rose-croix, contiennent des couches multiples de signification.
  • La compréhension de ces symboles ne se limite pas à une interprétation littérale ou conceptuelle. Ils sont destinés à évoquer une réaction intuitive, à stimuler l’inconscient et à faciliter une transformation intérieure. Les symboles agissent comme des ponts entre le conscient et l’inconscient, facilitant une compréhension plus profonde et plus intégrée des vérités spirituelles.

4. Adogmatique : Une Voie Personnelle et Flexible

  • Contrairement à de nombreuses traditions religieuses ou spirituelles, l’alchimie spirituelle n’est pas dogmatique. Elle n’impose pas un ensemble fixe de croyances ou de doctrines à accepter sans question. Au contraire, elle encourage une exploration individuelle et une expérimentation personnelle.
  • Cette approche adogmatique permet à chaque pratiquant de l’alchimie de développer sa propre compréhension et son propre chemin spirituel. Cela respecte l’unicité de chaque individu et reconnaît que le chemin vers la connaissance spirituelle et la transformation peut varier considérablement d’une personne à l’autre.
  • L’alchimie offre un cadre et des outils pour la croissance spirituelle, mais elle laisse beaucoup de place à l’interprétation personnelle et à l’expérience individuelle. Cette flexibilité permet aux pratiquants de s’adapter et de répondre à leurs propres besoins spirituels et à leurs circonstances uniques.

L’Art Royal : L’Alchimie Spirituelle comme Art de Vivre et Voie de Sagesse

L’Art Royal, un terme traditionnellement utilisé pour désigner l’alchimie, évoque l’aspect noble et élevé de cette pratique. Loin d’être une simple recherche de transmutation matérielle, l’alchimie spirituelle se présente comme un art de vivre, une voie vers la sagesse profonde. Cette tradition millénaire, teintée de mystère et de symbolisme, offre bien plus qu’une simple connaissance ; elle propose une transformation intérieure, une évolution vers un état de conscience élevé.

Un Chemin de Transformation

  • L’alchimie spirituelle est une invitation à un voyage intérieur, une quête d’harmonie avec les forces de la nature et de l’esprit. Elle enseigne que la véritable transformation commence en soi. En alchimie, chaque étape du processus traditionnel de transmutation – nigredo (œuvre au noir), albedo (œuvre au blanc), et rubedo (œuvre au rouge) – symbolise une étape de développement personnel et spirituel.
  • Ces étapes représentent respectivement la confrontation avec l’ombre personnelle, la purification et l’éclaircissement de l’être, et enfin l’intégration et la réalisation de la totalité de soi. L’alchimiste devient ainsi un artisan de sa propre âme, travaillant patiemment à transformer ses faiblesses en forces, ses ignorances en connaissances.

La Sagesse Comme Objectif Ultime

  • Au-delà de la transformation personnelle, l’alchimie spirituelle est une recherche de la sagesse ultime. Cette sagesse n’est pas seulement une accumulation de connaissances, mais une compréhension profonde de la nature de l’existence, de la relation entre l’homme, le cosmos et le divin.
  • Cette approche holistique de la vie inspire un équilibre entre le matériel et le spirituel, entre l’action et la contemplation. Elle encourage à vivre en harmonie avec les lois de la nature et à reconnaître la présence du sacré dans tous les aspects de l’existence.

L’Alchimie Aujourd’hui : Une Pratique Vivante dans le Monde Moderne

À l’ère moderne, l’alchimie spirituelle continue d’être une source d’inspiration et de pratique pour de nombreuses personnes à travers le monde. Bien que ses racines soient anciennes, l’alchimie trouve une résonance particulière dans notre époque, offrant des perspectives uniques sur la croissance personnelle, la spiritualité et la compréhension du monde.

Dans les Loges Maçonniques et Cercles Hermétiques

  • La franc-maçonnerie, connue pour ses rituels symboliques et ses enseignements ésotériques, a souvent intégré des éléments de l’alchimie dans ses pratiques. Les loges maçonniques utilisent des symboles et des métaphores alchimiques pour illustrer des principes de croissance spirituelle et morale. Pour beaucoup de francs-maçons, l’alchimie est une métaphore de la construction du “temple intérieur” – un processus de perfectionnement personnel et spirituel.
  • Les cercles hermétiques, qui se consacrent à l’étude et à la pratique des enseignements d’Hermès Trismégiste, perpétuent également la tradition alchimique. Ces groupes mettent l’accent sur la méditation, l’étude des textes anciens, et la pratique de rituels qui visent à réaliser une transformation spirituelle profonde.

Application dans la Vie Quotidienne

  • Dans le quotidien des individus, l’alchimie spirituelle se manifeste comme une approche de la vie axée sur la croissance et la transformation. Elle encourage à voir les défis et les épreuves comme des opportunités de développement personnel, à chercher l’équilibre et l’harmonie dans toutes les actions, et à cultiver une relation plus profonde et plus consciente avec le monde.
  • Cette pratique moderne de l’alchimie n’exige pas une croyance en des phénomènes surnaturels ou des rituels complexes. Elle est accessible à tous ceux qui cherchent à approfondir leur compréhension d’eux-mêmes et du monde autour d’eux. Elle offre
 
 

Applicabilité Contemporaine de l’Alchimie Spirituelle

Dans le contexte contemporain, où la quête de sens et de compréhension personnelle est de plus en plus prégnante, l’alchimie spirituelle offre des perspectives uniques et enrichissantes. Cette ancienne pratique, loin d’être obsolète, trouve une résonance profonde dans les domaines de la psychologie moderne et de la recherche spirituelle, offrant des outils pertinents pour l’épanouissement personnel et la compréhension de soi.

1. L’Alchimie et la Psychologie Moderne

  • Carl Jung et la Psychologie Analytique: La redécouverte de l’alchimie par Carl Jung a été une étape majeure dans l’appréciation de sa valeur pour la psychologie moderne. Jung a vu dans l’alchimie des symboles puissants de processus inconscients, une idée qu’il développe dans des ouvrages comme “Psychologie et Alchimie” et “Mysterium Coniunctionis”. Pour Jung, l’alchimie offre un langage symbolique pour décrire les processus de l’inconscient, en particulier le processus d’individuation, où l’individu cherche à devenir un tout intégré.
  • Intégration de l’Ombre: L’un des concepts jungiens issus de l’alchimie est l’idée d’intégrer l’ombre, c’est-à-dire les aspects inconnus ou refoulés de la personnalité. Cette intégration est fondamentale pour atteindre un équilibre psychologique et émotionnel, une idée qui trouve écho dans la démarche alchimique de transformation et de purification de l’être.

2. L’Alchimie dans la Recherche Spirituelle Contemporaine

  • Une Voie Vers la Croissance Spirituelle: Dans une époque où de nombreuses personnes cherchent des chemins alternatifs de croissance spirituelle, l’alchimie spirituelle offre une voie riche et profonde. Elle encourage la quête personnelle de vérité et de compréhension, au-delà des dogmes religieux traditionnels.
  • Pratiques Méditatives et Contemplatives: L’alchimie spirituelle, avec son accent sur la transformation intérieure et la méditation sur des symboles, complète les pratiques méditatives et contemplatives contemporaines. Elle offre une structure et une symbolique qui peuvent enrichir ces pratiques, en proposant des voies de réflexion et de méditation qui sont profondément ancrées dans une tradition spirituelle riche.

3. L’Alchimie et le Bien-être Personnel

  • Résilience et Transformation: Les concepts alchimiques de mort et de renaissance symboliques, de dissolution et d’intégration, sont pertinents pour comprendre les processus personnels de crise, de changement et de guérison. Ils offrent un cadre pour interpréter les défis personnels comme des opportunités de croissance et de transformation.
  • Équilibre et Harmonie: L’alchimie spirituelle enseigne l’équilibre entre les différents aspects de l’existence – physique, émotionnel, mental et spirituel. Cette recherche d’harmonie est profondément pertinente dans le contexte actuel, où de nombreuses personnes cherchent un équilibre dans leur vie.

4. L’Alchimie dans les Mouvements Ésotériques et Spirituels Modernes

  • Influence sur les Nouveaux Mouvements Spirituels: L’alchimie a influencé divers mouvements ésotériques et spirituels modernes, y compris certains aspects du New Age et de la pensée holistique. Ses symboles et ses métaphores continuent d’inspirer les pratiques spirituelles contemporaines.
  • Éducation et Développement Personnel: Dans le domaine de l’éducation spirituelle et du développement personnel, les principes alchimiques sont souvent utilisés pour aider les individus à explorer et à développer leur potentiel intérieur.

5. Références et Études Contemporaines

  • Publications et Études Académiques: L’intérêt académique pour l’alchimie, notamment dans les domaines de l’histoire des idées, de la philosophie et de la psychologie, a conduit à une meilleure compréhension de sa valeur et de sa pertinence. Des auteurs contemporains comme Jung et ses successeurs ont enrichi la compréhension de l’alchimie et de son applicabilité dans le monde moderne.

Conclusion : L’alchimie spirituelle, loin d’être une relique du passé, est une tradition vivante qui continue d’offrir des perspectives et des outils précieux pour la compréhension de soi et la croissance personnelle. Que ce soit dans le domaine de la psychologie, de la recherche spirituelle ou du bien-être personnel, l’alchimie offre une sagesse profonde et intemporelle, adaptée aux besoins et aux quêtes de l’homme contemporain.

 

Quelques références

 

Pour approfondir et soutenir les idées présentées sur l’alchimie spirituelle, le gnosticisme, la Kabbale, et l’hermétisme, voici des références historiques et des auteurs clés dans chacun de ces domaines :

  1. Alchimie Spirituelle:
    • Carl Gustav Jung : Psychanalyste suisse qui a exploré en profondeur les liens entre l’alchimie et la psychologie, en particulier dans ses ouvrages “Psychologie et Alchimie” et “Mysterium Coniunctionis”.
    • Titus Burckhardt : Auteur de “Alchimie : Science de l’Invisibile”, qui offre une perspective approfondie sur l’aspect spirituel de l’alchimie.
  2. Gnosticisme:
    • Elaine Pagels : Historienne et auteure de “The Gnostic Gospels”, un ouvrage de référence sur les textes de Nag Hammadi et la tradition gnostique primitive.
    • Gilles Quispel : Érudit qui a contribué à l’étude des textes gnostiques et de leur contexte historique.
  3. Kabbale:
    • Gershom Scholem : Érudit en Kabbale et auteur de nombreux ouvrages, dont “Major Trends in Jewish Mysticism”, qui est un texte fondamental pour comprendre la Kabbale.
    • Moshe Idel : Professeur émérite à l’Université hébraïque de Jérusalem, connu pour ses recherches approfondies sur la mystique juive et la Kabbale.
  4. Hermétisme:
    • Frances Yates : Historienne qui a écrit “Giordano Bruno and the Hermetic Tradition”, explorant l’influence de l’hermétisme sur la pensée de la Renaissance.
    • Brian P. Copenhaver : Auteur de “Hermetica: The Greek Corpus Hermeticum and the Latin Asclepius”, une traduction et un commentaire érudits des textes hermétiques.

En France

  1. Alchimie Spirituelle :
    • René Alleau : Philosophe et historien des sciences, Alleau a écrit sur l’alchimie dans des ouvrages tels que “Aspects de l’Alchimie traditionnelle”.
    • Eugène Canseliet : Un alchimiste renommé, disciple de Fulcanelli, connu pour ses écrits sur l’alchimie traditionnelle et spirituelle.
  2. Gnosticisme :
    • Henry Corbin : Bien que principalement associé à l’étude de l’Islam iranien, Corbin a également exploré des thèmes gnostiques et ésotériques dans son œuvre, faisant des liens entre le gnosticisme et la mystique islamique.
    • Michel Tardieu : Un spécialiste du gnosticisme, connu pour ses analyses détaillées des textes gnostiques et de leur contexte historique.
  3. Kabbale :
    • Charles Mopsik : Un érudit de la Kabbale, Mopsik a traduit et commenté plusieurs textes kabbalistiques importants.
    • Georges Lahy (alias Virya) : Auteur de plusieurs ouvrages sur la Kabbale, il propose une approche à la fois traditionnelle et innovante de cette mystique.
  4. Hermétisme :
    • Antoine Faivre : Spécialiste du courant ésotérique occidental, il a étudié en profondeur l’hermétisme et ses influences, notamment dans son ouvrage “L’Esotérisme”.
    • Didier Kahn : Historien de la chimie et de l’alchimie, il a écrit sur l’alchimie à la Renaissance et sur la figure d’Hermès Trismégiste dans l’histoire de l’ésotérisme.

Sur le site de “Spiritualités Magazine”, dans la section des livres recommandés, deux ouvrages se rapportent spécifiquement à la thématique de l’alchimie spirituelle :

  1. “Jung et l’alchimie” par F. Furon & M. Rafecas : Ce livre aborde la manière dont Carl Jung a interprété l’alchimie comme un système symbolique riche, utilisé pour explorer les processus psychiques inconscients et aider à la transformation personnelle et spirituelle.
  2. “La personne humaine dans l’œuvre de Jung – Âme et spiritualité” : Ce livre explore la perspective de Jung sur la spiritualité et l’âme, établissant des liens avec la psychologie transpersonnelle et l’alchimie.

Ces livres offrent une perspective contemporaine sur la façon dont les enseignements et les symboles de l’alchimie sont interprétés et utilisés dans la psychologie moderne et la recherche spirituelle. Vous pouvez trouver plus de détails sur ces livres en visitant Spiritualités Magazine.

Le livre “Jung et l’alchimie”par F. Furon & M. Rafecas, mentionné sur le site de “Spiritualités Magazine”, aborde des thématiques qui rejoignent étroitement celles que nous avons discutées précédemment :

  1. L’interprétation de l’alchimie par Carl Jung : Le livre explore comment Jung a vu dans l’alchimie un système symbolique qui reflète les processus psychiques inconscients. Cela rejoint notre discussion sur la façon dont Jung a intégré l’alchimie dans sa psychologie analytique, en particulier dans sa théorie de l’individuation et de l’intégration de l’ombre.
  2. L’alchimie comme aide à la transformation personnelle et spirituelle : Ce thème est en accord avec notre exploration de l’alchimie spirituelle en tant que voie de transformation intérieure. Le livre examine probablement comment les principes et les symboles alchimiques peuvent être appliqués pour faciliter le développement personnel et spirituel, ce qui correspond à notre discussion sur l’applicabilité de l’alchimie dans la croissance personnelle et la recherche spirituelle contemporaines​

Le livre “La personne humaine dans l’œuvre de Jung – Âme et spiritualité”, mentionné sur le site de “Spiritualités Magazine”, aborde des thématiques en lien direct avec notre discussion sur l’alchimie spirituelle :

  1. La perspective de Jung sur la spiritualité et l’âme : Ce livre explore comment Carl Jung a compris et intégré les concepts de spiritualité et d’âme dans sa psychologie. Cela rejoint notre discussion sur l’impact de l’alchimie spirituelle sur la compréhension de Jung de la psyché humaine, en particulier en ce qui concerne la quête de l’individuation et la réalisation de soi.
  2. Les liens entre la psychologie transpersonnelle et l’alchimie : Le livre pourrait examiner comment les idées de Jung sur l’alchimie s’entrelacent avec des aspects plus larges de la psychologie transpersonnelle, qui étudie les dimensions spirituelles de l’expérience humaine. Ceci est en accord avec notre exploration de l’importance de l’alchimie spirituelle dans la compréhension contemporaine de la croissance spirituelle et de l’éveil intérieur​

Pour explorer davantage l’alchimie spirituelle, le gnosticisme, la Kabbale, et l’hermétisme en français, voici quelques sites web recommandés :

  1. BnF – Bibliothèque nationale de France (Gallica) :
    • Gallica – BnF
    • La BnF offre un accès à une multitude de textes anciens et de manuscrits sur l’alchimie, l’hermétisme, et d’autres sujets ésotériques. Gallica, sa bibliothèque numérique, est une ressource inestimable pour les chercheurs et les amateurs.
  2. Alchimie et Hermétisme :
    • Alchimie-pratique
    • Ce site est consacré à l’étude pratique de l’alchimie. Il propose des articles, des explications des textes classiques, et des informations sur les principes alchimiques.
  3. Kabbale et Mysticisme Juif :
    • Kabbale en Ligne
    • Ce site offre des ressources sur la Kabbale, y compris des articles, des cours et des explications sur les concepts kabbalistiques.
  4. Gnosticisme et Spiritualité :
    • Gnose et Philosophie
    • Un site dédié à la gnose et à la philosophie, offrant des articles sur divers aspects du gnosticisme et ses liens avec d’autres traditions spirituelles.
  5. Revue de Recherche et d’Étude en Esotérisme :

Ces sites fournissent des informations fiables et approfondies, ainsi que des perspectives variées sur ces domaines complexes et fascinants. Ils sont idéaux pour ceux qui cherchent à approfondir leurs connaissances dans ces domaines en langue française.

L’hypnose

Spiritualités magazine vous propose des séances d’hypnothérapie. Contactez-nous

L’hypnose est une pratique qui remonte à l’Antiquité, mais son utilisation moderne remonte au 18ème siècle. Voici un bref aperçu de l’histoire de l’hypnose :

  • L’Antiquité : Les premières références à l’hypnose remontent à l’Antiquité, où les guérisseurs utilisaient des techniques de suggestion pour traiter les maladies mentales et physiques.
  • Le 18ème siècle : L’hypnose moderne a commencé à se développer au 18ème siècle, lorsque le médecin autrichien Franz Mesmer a commencé à utiliser des techniques de suggestion pour traiter les patients. Mesmer croyait que les maladies étaient causées par des blocages dans le flux d’énergie du corps et que l’hypnose pouvait aider à les libérer.
  • Le 19ème siècle : Au 19ème siècle, l’hypnose a été popularisée par James Braid, un médecin britannique. Braid a créé le terme “hypnose” à partir du mot grec “hypnos”, qui signifie sommeil, mais il a également souligné que l’hypnose ne consistait pas en un état de sommeil, mais plutôt en un état de concentration intense.
  • Le 20ème siècle : Au début du 20ème siècle, l’hypnose a été utilisée comme une technique de traitement pour les soldats blessés pendant la Première Guerre mondiale. Dans les années 1950 et 1960, l’hypnose est devenue populaire dans le domaine de la psychologie, en tant que technique pour traiter l’anxiété, les phobies et d’autres problèmes mentaux.
  • Aujourd’hui : Aujourd’hui, l’hypnose est utilisée dans une variété de domaines, de la médecine à la psychologie en passant par la performance sportive et la gestion du stress. Bien que l’hypnose ait été controversée dans le passé, elle est maintenant considérée comme une pratique légitime et efficace pour aider les gens à surmonter une variété de problèmes.
Que peut on attendre de l’hypnose ?

L’hypnose peut avoir une variété d’effets sur les personnes, selon l’objectif de la séance et la réceptivité de l’individu. Voici quelques exemples des effets que l’hypnose peut produire :

  1. Réduction du stress et de l’anxiété : l’hypnose peut aider à calmer l’esprit et à réduire les niveaux de stress et d’anxiété.
  2. Changement de comportement : l’hypnose peut être utilisée pour aider les gens à abandonner des habitudes indésirables, comme arrêter de fumer ou de manger de façon excessive.
  3. Soulagement de la douleur : l’hypnose peut aider à soulager la douleur en induisant un état de relaxation profonde.
  4. Amélioration de la concentration : l’hypnose peut aider les gens à se concentrer sur une tâche ou un objectif spécifique.
  5. Accès à des souvenirs et des émotions refoulées : l’hypnose peut être utilisée pour aider les gens à explorer des souvenirs ou des émotions qu’ils ont refoulés.
  6. Amélioration de la confiance en soi : l’hypnose peut aider les gens à développer une plus grande confiance en eux-mêmes et en leurs capacités.

L’hypnose et l’inconscient

L’hypnose est souvent associée à l’inconscient car elle implique un état modifié de conscience qui peut permettre un accès plus facile aux parties inconscientes de l’esprit. En effet, l’hypnose peut aider à contourner les barrières mentales qui peuvent empêcher une personne d’explorer et de comprendre les causes profondes de ses problèmes.
L’inconscient est souvent considéré comme la partie de l’esprit qui est responsable de nos pensées, sentiments et comportements qui sont en dehors de notre conscience. Cela peut inclure des choses comme des souvenirs refoulés, des peurs irrationnelles, des désirs inexprimés, des croyances limitantes et des schémas de comportement répétitifs.
En état d’hypnose, le sujet est en état de relaxation profonde et concentré sur les suggestions de l’hypnotiseur. Cette relaxation peut permettre à la personne d’accéder plus facilement à son inconscient, qui peut être plus réceptif aux suggestions positives pour changer les pensées, les sentiments et les comportements.
Mais l’hypnose n’est pas une technique de contrôle de l’esprit. Il est toujours possible pour le sujet de résister aux suggestions qui ne sont pas en accord avec ses valeurs et ses croyances. C’est est un outil puissant pour aider les gens à explorer leur inconscient, mais c’est toujours la personne elle-même qui a le contrôle sur ses pensées, ses sentiments et ses comportements.

L’inconscient collectif

L’inconscient collectif est une théorie psychologique développée par le psychiatre suisse Carl Gustav Jung, qui suggère que nous partageons tous une mémoire collective d’expériences humaines partagées. Selon Jung, cette mémoire collective est constituée d’archétypes, qui sont des modèles de comportement et de pensée universels qui se trouvent dans l’inconscient de tous les êtres humains.
L’hypnose peut être utilisée pour explorer l’inconscient collectif en aidant une personne à accéder à des souvenirs archétypiques. Cela peut se faire en utilisant des suggestions pour explorer des symboles, des mythes ou des histoires universelles qui se trouvent dans l’inconscient collectif.
Par exemple, un hypnotiseur pourrait utiliser des suggestions pour aider une personne à explorer un symbole archétypique comme le héros ou la déesse, pour aider à comprendre les schémas de comportement et les problèmes personnels de la personne à un niveau plus profond.

L’hypnose peut aider à explorer différents symboles liés à l’inconscient collectif. Voici quelques exemples :

  1. Archétypes : Selon la théorie jungienne, les archétypes sont des modèles universels de comportement, de personnalité et de situation qui sont présents dans l’inconscient collectif. L’hypnose peut aider à explorer ces archétypes et à comprendre comment ils peuvent influencer notre comportement et nos émotions.
  2. Symboles de rêve : Les symboles qui apparaissent dans nos rêves peuvent avoir une signification profonde pour notre inconscient. L’hypnose peut aider à explorer ces symboles et à comprendre ce qu’ils représentent pour nous.
  3. Métaphores : Les métaphores peuvent être utilisées pour explorer l’inconscient collectif en utilisant des histoires symboliques pour représenter des concepts et des émotions complexes.
  4. Imaginaire collectif : L’hypnose peut également aider à explorer l’imaginaire collectif, qui fait référence aux histoires, aux mythes et aux croyances partagées par une communauté ou une culture.

En explorant ces symboles et ces concepts de l’inconscient collectif, l’hypnose peut aider à accéder à des informations et des expériences qui sont souvent inaccessibles à notre conscience ordinaire. Cela peut être utile pour résoudre des problèmes émotionnels, comportementaux et mentaux, ainsi que pour développer une compréhension plus profonde de soi-même et du monde qui nous entoure.

Et pour comprendre ce qui peut animer des représentations collectives : l’hypnose peut être utilisée pour explorer les croyances, les valeurs, les mythes, les peurs et les désirs partagés par une communauté ou une culture. Voici quelques exemples de comment l’hypnose peut être utilisée à cette fin :
  1. Exploration des croyances : L’hypnose peut aider à explorer les croyances qui sont partagées par une communauté ou une culture, telles que les croyances religieuses, politiques ou sociales. En explorant ces croyances, on peut comprendre comment elles ont été formées, comment elles sont maintenues et comment elles peuvent influencer le comportement des individus et des groupes.
  2. Exploration des valeurs : Les valeurs sont les principes et les idéaux qui guident le comportement d’une communauté ou d’une culture. L’hypnose peut aider à explorer les valeurs partagées par une communauté, à comprendre comment elles ont été formées et comment elles sont transmises de génération en génération.
  3. Exploration des mythes : Les mythes sont des histoires symboliques qui racontent les origines et les destinées d’une communauté ou d’une culture. L’hypnose peut aider à explorer ces mythes, à comprendre leurs significations profondes et à voir comment ils influencent la façon dont la communauté se perçoit et se comporte.
  4. Exploration des peurs et des désirs : Les peurs et les désirs peuvent être des motivations puissantes pour le comportement des individus et des groupes. L’hypnose peut aider à explorer ces émotions, à comprendre leurs origines et à voir comment elles peuvent influencer les actions d’une communauté.

On peut avoir une meilleure compréhension de ce qui anime une communauté ou une culture. Cette compréhension peut être utile pour résoudre les conflits, pour promouvoir la compréhension et la tolérance, et pour aider à créer des communautés plus saines et plus harmonieuses.
On pourrait ainsi comprendre comment des peurs et des désirs expliquent la guerre des Russes en Ukraine. L’inconscient collectif peut  jouer un rôle important dans les conflits internationaux et les représentations collectives. L’inconscient collectif, tel que décrit par le psychanalyste Carl Jung, fait référence à un niveau de l’inconscient qui est partagé par toute l’humanité et qui est composé de symboles, d’archétypes et de motifs universels. Les symboles et les archétypes de l’inconscient collectif peuvent influencer la manière dont les gens perçoivent le monde, les autres cultures et les autres groupes, et peuvent ainsi contribuer aux conflits internationaux. Par exemple, dans le cas de la guerre en Ukraine, les symboles et les archétypes de l’inconscient collectif russes et ukrainiens pourraient jouer un rôle important dans la façon dont ces deux groupes perçoivent l’autre et se perçoivent eux-mêmes. En explorant ces symboles et archétypes à travers l’hypnose, il pourrait être possible de mieux comprendre les motivations inconscientes qui contribuent au conflit, et de trouver des moyens de réduire les tensions et de promouvoir la compréhension mutuelle.
Il y a bien des mythes russes, une vision mystique aussi qui donne aux Russes cette attirance ou légitimité pour la guerre actuelle. La culture russe est riche en mythes et en symbolisme qui peuvent influencer la façon dont les Russes perçoivent leur place dans le monde et leur attitude envers les conflits. Certaines de ces représentations culturelles incluent  des croyances dans la supériorité de la Russie, une vision mystique ou spirituelle de la guerre, ou une identification avec des héros ou des personnages mythologiques.
Par exemple, la Russie a une longue tradition de culte de la guerre et de la victoire militaire, qui remonte à l’époque préchrétienne. Cette tradition peut être vue dans des événements historiques tels que la bataille de Koulikovo en 1380, qui a été considérée comme une victoire décisive pour la Russie contre les Tatars mongols. Les symboles et les motifs de cette bataille, ainsi que d’autres événements historiques, ont continué à être célébrés dans la culture russe, notamment dans les arts, la littérature et le cinéma. De plus, la religion orthodoxe russe a également une influence importante sur la culture russe, y compris sur la façon dont les Russes perçoivent les conflits. Dans l’orthodoxie russe, la guerre peut être considérée comme une lutte pour la vérité et la justice, et peut être associée à des idées telles que la protection de la patrie et la défense de la foi.
Ces représentations culturelles et symboliques peuvent jouer un rôle important dans la façon dont les Russes perçoivent le conflit en Ukraine et leur légitimité pour y participer. L’hypnose pourrait être un moyen d’explorer ces représentations culturelles et symboliques, ainsi que les motivations inconscientes qui peuvent en découler, afin de mieux comprendre les facteurs psychologiques profonds qui contribuent aux conflits internationaux.

Le rapport de l’inconscient à la mort

La mort est un sujet complexe et difficile pour beaucoup de gens, et l’inconscient peut jouer un rôle important dans la façon dont nous percevons et traitons la mort. Dans la psychanalyse, la mort est considérée comme un élément important de la vie psychique et de l’inconscient. Selon Sigmund Freud, l’inconscient est constamment en lutte entre les pulsions de vie (Eros) et les pulsions de mort (Thanatos). Les pulsions de vie sont associées à la survie et à la croissance, tandis que les pulsions de mort sont associées à la destruction et à la mort.
L’inconscient peut également influencer notre perception de notre propre mortalité. Selon la théorie de la terreur de la mort d’Ernest Becker, la peur de la mort est une force puissante dans la vie humaine, et la plupart des gens cherchent à éviter de penser à leur propre mort autant que possible. Cependant, cette peur de la mort peut également être un moteur pour certains comportements, tels que la recherche de la sécurité, la construction d’une identité et d’un sens de soi, et la création d’une histoire personnelle significative.
Dans le deuil, l’inconscient peut jouer un rôle important dans la façon dont nous traitons notre chagrin. Les émotions associées à la perte d’un être cher peuvent être intenses et complexes, et l’inconscient peut influencer notre façon de les exprimer et de les gérer. Les rêves, les fantasmes et les souvenirs peuvent tous être influencés par l’inconscient, et peuvent jouer un rôle dans notre processus de deuil.
En somme, l’inconscient peut jouer un rôle important dans notre perception et notre traitement de la mort. L’exploration de l’inconscient à travers des méthodes telles que l’hypnose peut être utile pour mieux comprendre les émotions, les croyances et les comportements liés à la mort et au deuil.
 

Que devient l’inconscient avec les croyances ou convictions qui animent les transhumanistes, qui veulent notamment faire reculer voire anéantir la mort ?

Les croyances et convictions des transhumanistes peuvent avoir un impact important sur la façon dont ils perçoivent l’inconscient et la mort. Les transhumanistes sont souvent motivés par une vision de l’avenir dans laquelle la technologie peut être utilisée pour améliorer et augmenter la vie humaine, y compris en prolongeant la vie humaine indéfiniment. Cette vision peut avoir des implications importantes pour la façon dont les transhumanistes perçoivent la mort. Pour certains, la mort peut être perçue comme un obstacle à la réalisation de leur vision transhumaniste, et la recherche de moyens pour prolonger la vie peut être motivée en partie par une volonté d’éviter la mort. Certains transhumanistes peuvent donc chercher à repousser ou à éliminer la mort comme un élément naturel de la vie humaine. Cependant, les croyances et les motivations des transhumanistes peuvent avoir des répercussions sur la façon dont ils abordent leur propre inconscient. Les transhumanistes peuvent être tentés de considérer l’inconscient comme une limitation à la réalisation de leur vision de l’avenir, et peuvent chercher à le contourner ou à le modifier. Cependant, l’inconscient peut également jouer un rôle important dans la compréhension de soi et dans la résolution des problèmes psychologiques. L’exploration de l’inconscient à travers des méthodes telles que l’hypnose peut aider les transhumanistes à mieux comprendre leurs motivations et leurs croyances, ainsi qu’à mieux comprendre leur relation à la mort et à l’inconscient.

L’inconscient nous protège, mais souvent ce n’est pas à bon escient

L’inconscient peut jouer un rôle important dans la protection de notre psyché et de notre bien-être, mais il peut agir de manière inadaptée ou inappropriée. L’inconscient peut agir comme un filtre pour notre perception de la réalité, nous aidant à traiter des informations complexes et à prendre des décisions rapidement. Cependant, ce filtrage peut conduire à des erreurs de jugement ou à des préjugés, qui peuvent avoir des conséquences négatives sur notre vie personnelle et professionnelle. En outre, les expériences traumatisantes affectent la façon dont notre inconscient fonctionne, en créant des mécanismes de défense qui peuvent se manifester sous la forme de comportements addictifs, de troubles de l’humeur ou de troubles anxieux.
Dans ces cas, l’exploration de l’inconscient à travers des méthodes telles que la psychothérapie ou l’hypnose peut être utile pour aider à identifier les blocages et les mécanismes de défense inadaptés, ainsi que pour développer de nouveaux modèles de pensée et de comportement plus sains.
 
 

Coaching et vie spirituelle

On peut se demander comment le coaching peut ne pas aborder la vie spirituelle, l’intériorité, voire les croyances

Voici un livre qui pense le coaching, dans cette dimension, comme une “anthropologie opératoire”, bien sûr comme un dialogue entre le conscient et l’inconscient… et plus encore. Une approche qui fait vraiment du bien, dans l’univers de l’accompagnement souvent tellement banalisé, approximatif, superficiel.

Extraits

Le coaching au service d’une humanité intégrale ne craint pas d’accueillir l’être humain et les collectifs qu’il accompagne dans toutes leurs dimensions, y compris la dimension intime et spirituelle qui se terre, qui affleure, ou qui est là. De la personne jusqu’en ses profondeurs, d’un collectif jusqu’en son impalpable, le coaching peut être une traversée des épaisseurs de l’être humain et des collectifs et conduire à une transformation jusqu’à l’intime, que le coach doit être capable de prendre en compte. Pour autant, le professionnalisme et l’éthique appellent de leurs voeux quelques précisions sur les termes employés pour en explorer les résonnances, voire les connivences, tout en maintenant leur distinction. Coaching professionnel, accompagnement de l’être humain jusqu’à l’accueil de ses profondeurs : de quoi, et de qui parle-t-on ?

Jung, une ressource précieuse pour le coaching
Les ombres, l’une des notions majeures de Jung, désignent ce qui nous fait peur, ce qui nous fait honte, ce que nous ne nous autorisons pas à vivre, ce que nous ignorons de nos propres facultés, ce que nous jugeons en nous sans concession et sans ouverture. C’est ce « non-vécu » qui, lorsqu’il reste tapi ou refoulé au fond de notre inconscient, se rappelle à notre bon souvenir par notre corps, tout au plus souffrant (et c’est la somatisation), tout au moins incontrôlable (et ce sont les lapsus, les actes manqués, les postures inappropriées, les procrastinations, les inhibitions ou encore les comportements inattendus et incontrôlables). « La rencontre avec soi-même signifie d’abord la rencontre avec sa propre ombre », écrit Jung 20. Aussi ce dernier élabore-t-il tout au long de sa vie, de ses recherches et de ses intuitions, sa compréhension du fonctionnement de la psyché humaine et des moyens de son développement, par une croissance de la conscience de soi et un équilibrage entre ce qui nous semble opposé, voire incompatible en nous. Il s’agit de déployer l’ensemble de nos dimensions plutôt que de laisser se développer certaines au détriment d’autres de façon unilatérale. Le déploiement des « opposés » favoriserait leur complémentarité et donc, la liberté d’action et de discernement en fonction des situations rencontrées. Cette perspective de soutenir les tensions relève du génie, qu’Einstein, ami de Jung, définissait comme le fait de savoir « tenir ensemble les contraires un peu plus longtemps ». Nous sommes loin, ici, de la culture dichotomique et simplificatrice souvent prégnante.
(…)
l’ombre ou plutôt les ombres concernent non seulement ce qui est refoulé (au sens freudien du terme) dans l’inconscient, ce qui n’est ni acceptable, dans la vision du monde de la personne ou de son cadre de références (ses parents, ses éducateurs, son milieu social, sa religion…), ni accepté par la personne elle-même (une épreuve, un deuil, etc.). Mais les ombres représentent bien plus : elles sont tout ce que la personne n’a pas eu l’occasion d’explorer et de développer en elle, par interdit culturel plus ou moins tacite, par manque d’occasions favorables, et qui est resté tapi dans son inconscient. Ainsi, l’ombre est inconsciente, et constitue pour Jung une énergie à réintégrer dans la personnalité, de façon construite et toujours sous la conduite du Moi conscient, en vue de son déploiement vers une totalité plus aboutie.
L’ombre inconsciente se projetant sur des rêves, des fantasmes, des idéalisations, ou des personnes, il est possible de la repérer à nos ressentis dans certaines relations humaines ou situations traversées. Certains vulgarisateurs de Jung distinguent les ombres noires, repérables à ce qui nous rebute, nous choque ou nous gêne, des ombres blanches, repérables à ce qui nous fascine en suscitant notre admiration ou notre envie. Quand de tels ressentis surgissent, se présente potentiellement l’occasion privilégiée d’augmenter son champ de conscience de soi, tout en solutionnant du même coup des problématiques personnelles ou relationnelles qui pouvaient sembler inextricables. Il y aura toujours des ombres, tant il est vrai que l’inconscient a une vie propre et utile ; l’enjeu est de veiller à une circulation de l’énergie entre le conscient et l’inconscient. Autrement dit, que l’inconscient existe et vive n’est pas un problème, c’est en termes de poids et de rigidité des contenus inconscients que le danger se profile pour la santé de la personne ;
l’animus et l’anima forment des composantes subtiles, au départ inconscientes, dont la visée est d’équilibrer, comme par compensation, la part féminine et la part masculine de la psyché humaine. Une fois n’est pas coutume, chez Jung, tout est question d’équilibre à rechercher sans cesse. L’animus et l’anima viennent ouvrir en chaque individu comme un espace de dialogue intérieur qui permet non seulement d’équilibrer les composantes de sa psyché mais aussi d’aborder l’altérité sexuée dans une ouverture ajustée. A défaut d’être pris en charge, l’équilibre alors défaillant entre l’identité féminine et l’animus ou l’identité masculine et l’anima, peut conduire à des relations humaines faussées, déformées, et préjudiciables, notamment entre les femmes et les hommes, avec des comportements de domination ou de soumission, d’idéalisations, de projections, d’instrumentalisation. Le dialogue avec l’animus et l’anima ouvre, pour ainsi dire, un espace de conscience de l’individu qui le fait à la fois exister comme être singulier, et capable d’être en relation avec l’autre en tant qu’autre, notamment l’autre de l’autre sexe.

Des expériences sont relatées en permanence, pour illustrer la réflexion

Mylène est une femme très belle, très digne, très discrète, presque froide. Elle impressionne, parle peu, et quand elle parle, elle dit l’essentiel en peu de mots. Dans le groupe de coaching par la danse, elle a revendiqué dans le contrat d’alliance son droit à la distance. Dans les praxis et les enchaînements, on dirait qu’elle avance à tâtons, dans le labyrinthe de ses hésitations. D’ailleurs, cela fait trois ans qu’elle tourne en rond à se demander si elle quitte son métier actuel qui l’ennuie, mais pour aller vers quoi… Le parcours se déroule. Mylène joue le jeu et ne refuse aucune praxis, même pas les improvisations. Seulement pendant les temps de feedbacks, je la sens silencieuse, à l’intérieur, recueillant les retours des autres participants avec solennité, presque une froideur. J’ai du mal à savoir ce qu’elle vit. Dernière séance : il va être temps de nous quitter, après ce thème arrivé au sommet d’une ascension ensoleillée : « Je crée, donc je vis. » partage un mot qui conclura cette aventure personnelle et collective, où les transformations se sont faites sans crier gare, sous l’effet de la baguette de ces magiciens que sont nos corps mus par nos danses intérieures et nos harmonies extérieures. Vient le tour de Mylène : « J’ai découvert un monde. » Silence. (…) Je vous laisse découvrir la suite, dans le livre

 

 

De manière générale, ce n’est pas si original que cela que de parler de spiritualité dans les démarches de coaching.
Le coaching peut inclure une dimension spirituelle si cela fait partie des priorités et des croyances personnelles du client. Certains coachs peuvent intégrer des pratiques spirituelles telles que la méditation, la visualisation ou la prière dans leur processus de coaching pour aider le client à trouver une plus grande paix intérieure et une connexion avec une force supérieure.
Cependant, il est important de noter que le coaching spirituel n’est pas reconnu en tant que domaine professionnel distinct, et que tous les coachs ne sont pas formés ou qualifiés pour inclure une dimension spirituelle dans leur travail. Si vous recherchez un coaching spirituel, il est recommandé de chercher un coach spécialement formé dans ce domaine ou de faire des recherches pour trouver un coach qui partage vos croyances spirituelles et qui est capable de vous aider à les intégrer dans votre développement personnel.
En fin de compte, la vie spirituelle est une question personnelle et individuelle, et il est important de trouver les moyens qui fonctionnent le mieux pour vous pour cultiver une connexion profonde avec votre esprit, votre corps et votre âme.

Cet ouvrage va très loin et très profond : coach ou client, lisez-le !
Vous pouvez vous le procurer chez l’éditeur

Jung et l’alchimie 2 – F Furon & M Rafecas

La problématique Jungienne de l’alchimie est passionnante, et traverse toute son œuvre
__________________

Abordons la ici au travers de l’ouvrage que nous avons présenté ici, La revanche du cerveau droit
Voir aussi la page Jung et l’alchimie 1 – Didier Lafargue et la page Jung de Frédéric Lenoir

Podcast

Extraits

La rencontre de Jung avec l’alchimie a bouleversé sa vie. Toute son œuvre a été influencée par cette philosophie qui brave les âges et les époques. Son histoire à travers diverses civilisations est fascinante.
(…) l’alchimie a aussi un côté « vie de l’esprit » qu’il faut se garder de sous-estimer, un côté psychologique dont on est loin d’avoir tiré tout ce qu’il y a à en tirer. Il existait une philosophie alchimique, précurseur titubant de la psychologie la plus moderne (…). Son secret est le fait de la métamorphose de la personnalité grâce aux mélanges et à la synthèse de ses facteurs nobles et de ses constituants grossiers, de l’alliage des fonctions différenciées et de celles qui ne le sont pas. En bref, des épousailles dans l’être de son conscient et de son inconscient. »
(…) Selon Jung, « le secret des alchimistes consistait, comme le processus d’individuation, en une transmutation de la personnalité par le mélange et la combinaison d’éléments nobles et vils, des fonctions différenciées et intérieures du conscient et de l’inconscient. »

Le processus d’individuation de Jung peut être considéré comme une transformation alchimique qui conduit à une métamorphose de la psyché. Son aboutissement conduit à l’harmonisation et à la réconciliation de toutes les instances psychiques qui la composent par la conjonction des contraires. Cette transmutation interne tend la psyché vers l’unité qui intègre la lumière et l’ombre (conscient et inconscient) comme les deux faces d’une même pièce. C’est la raison pour laquelle nous symbolisons la voie jungienne par celle du « cerveau droit ». On pourrait appeler ce chemin initiatique « la voie de l’âme ». En effet selon Jung, « c’est le désir de l’âme qui sous-tend le processus d’individuation et nourrit son élan créateur ». Il recentre l’être humain vers son individualité propre (personnalité véritable) qui se libère de ses conditionnements qui pèsent sur lui. L’être individué se sépare de la structure collective à laquelle il s’insère. Jung disait que « le but et le sens de ce processus d’individuation sont de réaliser dans son intégration, avec tous ses aspects, la personnalité originellement préfigurée dans le genre embryonnaire ». Cette métamorphose conduit à un élargissement de conscience de la totalité de ce que l’on est.

blancheriejm@gmail.com
Jung et l’alchimie – Éléments essentiels
 
Carl Jung (1875-1961) était un psychologue suisse et fondateur de la psychologie analytique. Il était intéressé par l’alchimie et a consacré une grande partie de sa vie à l’étude de ses symboles et de ses concepts. Selon Jung, l’alchimie était une forme de psychothérapie antérieure à la psychologie moderne, qui travaillait à la transformation intérieure de l’individu.

Pour Jung, l’alchimie symbolisait un processus de transformation personnelle, qui passait par une série de stades décrits en termes d’opérations alchimiques. Il a établi des correspondances entre les concepts alchimiques tels que le “Grand Œuvre” et la “Naissance du Philosophe” avec des processus psychologiques tels que l’individuation, la guérison et la maturation personnelle.

Jung a également vu dans l’alchimie une référence à l’inconscient collectif, qui était un concept clé de sa théorie de la psychologie. Il considérait que l’inconscient collectif était constitué de symboles et d’archetypes universels qui étaient présents dans la conscience humaine depuis la nuit des temps. Les symboles alchimiques, selon Jung, étaient des expressions de cet inconscient collectif.

En conclusion, pour Jung, l’alchimie était un système symbolique qui reflétait les processus de transformation personnelle et qui pouvait être utilisé pour comprendre les processus psychologiques de l’individu. Il a considéré l’alchimie comme une source d’inspiration pour la psychologie et une aide pour comprendre les processus de guérison et de maturation personnelle.

Carl Jung, le psychanalyste suisse, a été fortement influencé par la tradition alchimique dans son travail de développement de la psychologie analytique. Il a vu des similitudes entre les étapes du processus alchimique et le développement personnel, et a utilisé les images et les métaphores alchimiques pour aider ses patients à comprendre leur propre processus de croissance psychique.

Pour Jung, l’alchimie était un système symbolique qui pouvait être utilisé pour explorer les processus psychiques inconscients. Il a interprété les images et les symboles alchimiques en les reliant aux archétypes de l’inconscient collectif, que Jung croyait être des modèles de comportement et de pensée universelles qui étaient présents dans l’inconscient de tous les êtres humains.

Selon Jung, le processus alchimique consiste en un cheminement intérieur vers la transformation et la métamorphose personnelle, et peut être vu comme un parallèle au développement psychologique et spirituel de l’individu. En utilisant les symboles et les images de l’alchimie pour explorer les processus psychiques inconscients, Jung a aidé ses patients à comprendre et à intégrer leurs propres aspects inconscients, ce qui a conduit à une croissance personnelle et spirituelle.

En somme, pour Jung, l’alchimie était plus qu’un simple système pour transmuter les métaux en or. C’était un système symbolique riche qui pouvait être utilisé pour explorer les processus psychiques inconscients et pour aider les gens à atteindre une transformation personnelle et spirituelle.

Psychologie transpersonnelle et EMC

L’interview de Johann Henry par Jean-Marc Blancherie

Un livre écrit à trois, un côté rigoureux, sérieux, dans ce champ de la psychologie transpersonnelle, où l’on entendait des choses qui partaient un peu dans tous les sens.
Ses origines, ses concepts, et sa pratique… ce livre fait vraiment le tour du sujet. Et pourtant le départ de cette approche, à la fois de la spiritualité et de la psychologie humaine est étonnant, loin des sentiers battus.
Impossible d’en faire tout le tour, mais voici quelques extraits qui donnent une idée de l’importance et de l’intérêt de ce travail.
Et pour commencer, presque le plus simple, une des sources inspirant la psychologie transpersonnelle : Carl Jung.

Extraits

JUNG

Jung développe une psychologie ouverte à la parapsychologie, aux anomalies et aux psychologies non occidentales.

  • Il postule des processus inconscients communs à tous les êtres humains.
  • Il s’intéresse aux archétypes et à leurs formes culturelles, reliant psychologie et mythologie.
  • Il repense le principe de causalité, reliant faits objectifs, faits psychiques, probabilité et attribution de sens.

Les auteurs

 

Cyrille CHAMPAGNE dirige un centre de recherche sur les expériences et les pratiques hypnotiques. Il exerce comme psychopraticien hypnologue, et forme des professionnels en dynamiques émotionnelles et relationnelles. Il défend l’approche constructiviste comme étant une clé de la compréhension de l’expérience humaine et de l’accompagnement thérapeutique.

 

Johann HENRY exerce la psychothérapie transpersonnelle et intégrale à Genève. Il anime régulièrement des sessions de respiration holotropique, en individuel et en groupe. En parallèle, il forme des thérapeutes et des soignants à l’écoute et à la relation thérapeutique, et supervise des équipes de travailleurs sociaux. Il est l’un des rares spécialistes francophones de la psychologie intégrale (K. Wilber).

 

Muriel ROJAS ZAMUDIO s’est orientée vers la psychanalyse et l’approche transpersonnelle. Auteure d’ouvrages de vulgarisation sur le recours aux images archétypales en psychothérapie et d’articles destinés à ses pairs, elle travaille actuellement sur l’intérêt d’un dialogue entre arts, spiritualité et psychanalyse dans l’accompagnement des névroses.

 

Aux origines aussi, des approches, des cultures, des pratiques, qui ne sont pas d’habitude en lien avec la psychologie.

LES DOCTRINES DU THÉOSOPHISME ET DU NEW AGE

À la fin du XIXe siècle, différents courants de croyances quant au fonctionnement de l’esprit humain et de l’expérience humaine sont en concurrence dans l’idéologie populaire européenne, récemment libérée des dogmes religieux institutionnels et portée par la philosophie méthodique et relativiste des lumières. La psychologie expérimentale, qui s’inspire des méthodologies de la biologie, émerge progressivement via les travaux de Gustave Fechner (1801-1887), Wilhelm Wundt (1832-1920) et Théodule Ribot (1839-1916). Cette discipline ne pénètrera l’idéologie populaire qu’au milieu du XXe siècle par la diffusion des propositions conceptuelles de psychanalystes, telles que la notion d’inconscient de Sigmund Freud (1856-1939), ou de comportementalistes, telles que la notion de conditionnement d’Ivan Pavlov (1849-1936),

LES INFLUENCES CULTURELLES

(…) Ainsi émerge en Occident un « dualisme conscience-énergie », réunissant les courants autrefois nommés « spiritualistes » et « psychofluidistes », puis « spirites » et « magnétiseurs », où le corps humain possèderait un statut psychophysique qui se nommera bientôt « énergétique » ; et où l’esprit humain serait une partie d’une conscience au-delà de l’individuel, littéralement transpersonnelle, dotée de pouvoirs sur la matière, et permettant une relation dialogique avec des agents surnaturels. À partir des années 1920, cette doctrine est véhiculée par le new-age, qui se développe au travers de très nombreux ouvrages, et s’ancre dans l’imaginaire populaire occidental . Dans les années 1950, la culture américaine s’en empare, alors qu’il connaît un essor considérable dopé par le mouvement hippie des années 1960. Marque de son intégration au niveau socioculturel, la métaphysique conscience-énergie commence à être mobilisée comme une véritable épistémologie (au sens d’un cadre explicatif des phénomènes vécus). C’est-à-dire qu’elle va désormais servir, populairement, de base conceptuelle pour interpréter et appréhender de nombreuses expériences : personnelles, émotionnelles, familiales, motivationnelles, religieuses…

LES PHASES DE KEN WILBER

Il est l’un des fondateurs de la psychologie transpersonnelle, et a évolué vers la “Psychologie intégrale”. Il est connu pour son modèle de développement de la conscience selon 8 stades. Ces stades se répartissent selon 3 phases :

  • Prépersonnelle : c’est le stade de l’enfant, marqué par l’égocentrisme tant dans ses relations interpersonnelles que dans ses processus cognitifs. Le Surmoi, représentant notamment l’intégration des normes sociales transmises par l’éducation, n’est pas encore suffisamment opérationnel. La conscience prépersonnelle agit librement au gré de ses pulsions, elle est donc potentiellement « déviante » du point de vue de la société. Ce stade est prédominé par les processus corporels ;
  • Personnelle : c’est le stade de l’adulte qui a bien intégré les normes sociales du vivre ensemble (stade névrotique pour la psychanalyse). L’individu trouve son identité en lien avec le groupe social auquel il participe et y constitue un facteur de stabilité. Grâce au développement du mental, la conscience devient progressivement capable de se mettre à la place de l’autre, et de comprendre des points de vue différents du sien
  • Transpersonnelle : c’est le stade où la conscience transcende à la fois le corps et le mental, prédominant dans les deux stades précédents, pour entrer dans un rapport au monde « vivant et immédiat », c’est-à-dire en dehors des catégorisations héritées du mental et de l’éducation. La conscience s’éveille ainsi progressivement au « monde de l’Esprit », invisible tant pour les yeux physiques que pour le mental. Du fait qu’il transcende les règles sociales, l’individu en conscience transpersonnelle est potentiellement perçu comme un élément subversif au sein de la société.

Ces trois phases correspondent donc à des modes de fonctionnement foncièrement différents • prépersonnelle personnelle —+ transpersonnelle prérationnelle -+ rationnelle -+ transrationnelle subconscient —+ conscience de soi -+ supraconscient…

L’EXPLORATION ET L’UTILISATION DE L’IMAGINAIRE

L’utilisation de l’imaginaire est très présente dans les techniques reliées à la psychothérapie transpersonnelle. Le phénoménologies et les comportements induits par l’activité imaginative autorisent à catégoriser les expériences mobilisant l’imaginaire comme des états modifiés de Conscience. En effet, ces expériences répondent bien au critère de « déviation de l’expérience subjective par rapport aux normes de l’individu Dans les cultures occidentales, les individus portent très rarement leur attention sur des contenus imaginaires activement stimulés, et l’utilisation active de l’imaginaire constitue pour eux une expérience subjective très inhabituelle et hors-norme. Par utilisation de l’imaginaire, nous entendons ici une expérience d’immersion complète de l’attention dans les représentations imaginales : non pas de simples évocations, mais de véritables perceptions de contenus imaginés,  sous forme d’images (symboles, paysages, personnages), de sons (ambiances, dialogues), et de sensations physiques (intéroception, toucher, système vestibulaire). Il ne s’agit donc pas de « penser à » une situation imaginaire, mais bien imaginer activement les contenus et d’en expérimenter le vécu. L’imaginaire est alors vécu dans le corps, et apparait subjectivement comme véhiculé par les capteurs sensoriels, de manière très analogue à l’expérience du rêve. Cette caractéristique conduit Robert Desoille (1890-1966) à désigner ces expériences par le vocable “rêve éveillé”. Toutefois, à la différence du rêve, le sujet reste parfaitement conscient que l’expérience est imaginée, et il la différencie du monde sensible. (…) Ces expériences imaginales sont accessibles de manière étonnamment rapide, elles ne nécessitent que très peu d’entraînement pour être vécues de manière stable et profonde, et semblent se déployer de manière automatique dès qu’elles sont stimulées. Au XXe siècle, plusieurs chercheurs se sont intéressés à des techniques permettant d’explorer ainsi l’imaginaire.
(…) De notre observation, aujourd’hui seules quelques méthodes d’accompagnement utilisent, à des degrés divers, des techniques imaginales approfondies : psychothérapie transpersonnelle, psychosynthèse, hypnose, sophrologie, yoga nidra et néo-chamanisme. Toutefois, si les praticiens de ces méthodes mobilisent ces techniques et en observent des effets, les ressorts de celles-ci leur restent majoritairement inconnus. Les correspondances que nous avons indiquées entre phénoménologie imaginale, états de conscience spécifiques et affects spécifiques, incitent à approfondir la recherche dans ce domaine.

VERS LE DEVELOPPEMENT TRANSPERSONNEL

quand le développement personnel vise à révéler la singularité de l’individu au-delà des conditionnements du collectif, lui permettant ainsi de trouver et d’exprimer librement son plein potentiel (passage de la dépendance à l’indépendance), le développement transpersonnel serait l’ensemble des outils et des pratiques favorisant l’émergence et le déploiement de cette conscience transpersonnelle, holonique, simultanément individuelle et collective, singulière et universelle, formelle et (progressivement) subtile. En renforçant la conscience non pas du Moi (conscience prépersonnelle égocentrique), ni même du Je (conscience personnelle ethnocentrée voire mondo-centrée), mais celle du Nous (conscience transpersonnelle kosmocentrée qui transcende et inclut à la fois le Moi et le Je), le développement transpersonnel aiderait à libérer le potentiel des collectifs, qu’ils soient petits (une famille, une équipe) ou plus vastes (la société, l’humanité), voire interespèces (incluant les vivants humains et non humains). Tandis que le développement personnel a permis aux individus de se différencier en tant que cellule, unique, autonome et efficace, les pratiques de développement transpersonnel permettraient de (ré)intégrer la conscience-cellule individuelle au sein de la conscience-organe (groupe) à laquelle elle participe, elle-même intégrée dans la conscience-organisme (métagroupe) au sein de laquelle elle œuvre, et ainsi de suite.

DES PRATIQUES PSYCHOTHERAPEUTIQUES INTEGRATIVES

L’exemple de Johann Henry (l’interviewé) : alliant essentiellement inspirations psychanalytique, gestaltiste, transpersonnelle et intégrale. Son intérêt, tant dans ses recherches que dans sa pratique clinique, se porte tout particulièrement sur l’accompagnement de la délicate transition entre les stades de conscience dits « personnels » et les stades dits « transpersonnels ». À cette fin, il aime explorer, notamment dans les sessions de groupe qu’il anime, le potentiel d’alliance entre la respiration holotropique, la méditation, les pratiques corporelles et le psychodrame transpersonnel.

Celui de Muriel Rojas Zamudio : diplômée en Arts et Lettres (arts scéniques et plastiques), avant de s’orienter vers la psychanalyse puis la psychologie transpersonnelle. Elle se positionne en tant que praticienne dont le travail se nourrit d’apports multiréférentiels — auteurs et techniques que la clinique invite à (re)visiter —, c’est dans les médiations artistiques et l’art-thérapie éclairés par la psychanalyse qu’elle a finalement trouvé l’espace exploratoire lui permettant d’articuler ce qui fonde sa pratique : l’expression artistique comme forme de langage de l’imaginaire, la posture du thérapeute comme pivot de l’accompagnement, et le questionnement du vécu, passé ou présent, comme ouverture vers un au-delà du Moi (identité ontologique, inscription dans l’espèce humaine, sens de l’expérience humaine, etc.).

Cyrille Champagne : ses recherches questionnent les effets cognitifs et comportementaux des techniques et des grilles de lecture mobilisées par les différentes pratiques de l’accompagnement (thérapies, développement personnel, coaching…). En particulier, elles étudient les interactions entre attentes, expériences vécues, et interprétations de ces expériences. Cyrille Champagne enseigne sur ces thèmes, sous forme de conférences « Hypnologie », rediffusées en vidéo sur la chaîne YouTube de I’ARCHE. Il soutient une information publique quant aux aprioris culturels et quant aux finalités des différentes pratiques de l’accompagnement, et il défend l’intérêt d’une éducation à la psychologie, à la relation à autrui, et à une hygiène cognitive et émotionnelle.

Articles les plus consultés

Coups de cœur LIVRES& PODCAST

Jung – de Frédéric Lenoir

 

Jung. Un voyage vers soi

Frédéric Lenoir nous convie à un voyage vers soi… vers le soi. C’est ce que propose, bien au-delà de la cure analytique, Jung, aux humains, à l’homme moderne. Car il s’agit bien, aujourd’hui, de réenchanter le monde : “En évoquant le monde occidental moderne, Jung souligne l’extraordinaire progrès de la conscience humaine et tous les avantages qui en découlent : différenciation, connaissance, morale universelle des droits de l’homme, progrès scientifiques et techniques, etc. Mais il déplore aussi le prix à payer de cet essor si intense et si rapide de la conscience et dénonce une triple amputation de l’homme moderne : rupture avec la  nature, avec le passé, avec le cœur et l’intériorité.” (F. Lenoir p. 302)

Le soi ?

L’exemple du Soi et du Moi qu’il faut distinguer précisément, est caractéristique et essentiel à l’œuvre de Jung, qui écrit  :  ” Le moi n’étant que le du champ conscientiel ne se confond pas avec la totalité de la psyché ; ce n’est qu’un complexe parmi beaucoup d’autres. Il y a donc lieu de distinguer entre le moi et le Soi, le moi n étant que le sujet de ma conscience, alors que le Soi est le sujet de la totalité, y compris l’inconscient. En ce sens, le Soi serait une grandeur (idéelle) qui comprend en elle le moi. Il apparaît volontiers dans l’imagination inconsciente sous l’aspect d’une personnalité supérieure ou idéale, un peu comme le Faust de Goethe ou le Zarathoustra de Nietzsche “(Les types psychologiques 1921).
Comme pour tous les concepts que nous présente Frédéric Lenoir, l’éclairage est simple, complet. Il explique : “Terme emprunté à la philosophie hindoue des Upanishad, le Soi représente donc le centre de la totalité de l’âme (conscience, inconscient personnel et inconscient collectif), comme le moi est le centre de la conscience. Il en est aussi le principe directeur, le guide.”

L’ensemble des concepts psychanalytiques Jungiens sont restitués par Frédéric Lenoir, qui est un grand pédagogue en même temps qu’un chercheur. Et d’abord, bien sûr, le conscient, l’inconscient, en éclairant l’origine de ce dernier à partir de Spinoza, le philosophe dont il est aussi spécialiste.

Le dialogue du conscient et de l’inconscient

“Jung constate que le conscient et l’inconscient font rarement coïncider complètement leurs contenus et leurs tendances, En fait, l’inconscient se comporte, face la conscience, sur un mode de compensation ou de complémentarité. Jung fait aussi le constat d’une césure de plus en plus importante chez l’homme moderne entre le conscient et l’inconscient, source de névroses et de psychoses.” (p. 95). La méthode de Jung va consister à travailler par introspection à suspendre le jugement conscient, pour favoriser l’émergence des contenus inconscients de la psyché.

Un explorateur de l’âme humaine

Ce livre de plus de 300 page se lit, s’étudie, sinon se dévore, sans mal, que l’on connaisse déjà le génie de Jung ou qu’on le découvre. Il débute avec un éclairage de sa vie, qui éclaire son parcours de “découvreur”, sa “pensée imaginative et la fonction transcendante”. On comprend très bien comment toute cette œuvre est reliée à une réflexion sur la religion, et devient en même temps une révolution de la psychologie et une approche spirituelle approfondie. Frédéric Lenoir consacre une grande partie de l’ouvrage à “l’expérience intérieure” : le concept jungien du “numineux”, la “nécessité d’une vie symbolique”, la problématique d’un Dieu extérieur au divin intérieur…

Quelques thèmes que nous allons aborder progressivement en podcast

Pensée imaginative, fonction transcendante, imagination active

L’inconscient collectif

L’archétype

Le Yin et le Yang (anima et animus), Y-king et synchronicité

Le processus d’individuation

 

 

 

Frédéric Lenoir vous donne ici la substantifique moelle de cet ouvrage important…
Mais je vous conseille quand-même de le lire, le méditer, et trouver, cultiver, votre Soi, votre processus d’individuation.

 

 

Ce que dit Frédéric Lenoir de la spiritualité

” La spiritualité n’existe pas en dehors de l’intériorité. Sinon, on verse dans l’idéologie. Dans ce « Petit Traité de vie intérieure », j’ai voulu unifier l’expérience mystique, la psychologie des profondeurs et la philosophie, parce qu’elles nous disent la même chose de l’être humain. De ses contradictions, de ses parts d’ombre et des forces de bonté enfouies dans le cœur de tout être humain. Il faut apprendre à se connaître et à s’aimer. Que l’on soit croyant ou athée, c’est le point de départ de la quête spirituelle.”

La conscience animale – Livre et interview

 

Backlight majestic cat in the darkcertaine

L’amour

Ce mystérieux sentiment inconditionnel des animaux présents à nos cotés est une opportunité inespérée pour sortir de siècles de conditionnements qui nous ont désorientés de notre désir, nous éloignant de notre nature authentique. Nous pouvons retrouver le chemin de cette première source accessible qui nous ramènera progressivement a considérer une source première, à la fois plus lointaine mais si proche ; je l’appellerai Source divine, christique Source de vie. A cette condition, nous pourrons nous libérer progressivement de nos monstres intérieurs qui hantent depuis si longtemps notre abîme d’inconscience comme des ombres captivantes de notre caverne. Séparés du dedans, la folie meurtrière s’est emparée de l’esprit humain. Elle cessera son emprise dans la conscience d’être de nouveau reliés à la grande toile cosmique qui enveloppe et harmonise tout ce qui est. Il nous faut donc remettre en dedans de nous ce que nous avons, pendant si longtemps, projeté en dehors. Pour cela, il est nécessaire de comprendre la réalité extérieure comme une création illusoire à interpréter. A cette condition seulement, nous pouvons accéder au monde sensible, celui que les animaux connaissent bien et que notre âme vient reconnaître ici-bas à travers l’expérience humaine.

Tout est vivant de nous et nous sommes vivants du tout

Tout attend d’être contacté et c’est cette expérience que nous faisons quand nous vivons au plus près de la nature extérieure ou de notre intériorité, ou bien des deux ! La résurgence du chamanisme et, comme nous le disions plus haut, la parole donnée progressivement aux peuples autochtones montrent à quel point nous avons besoin de rester cri lien avec notre nature « sauvage » qui est avant tout énergétique, Mais celle-ci nous effraie comme nous paraît hostile ce monde fascinant de nos propres profondeurs parce qu’il s’en racine dans des temps immémoriaux quand la conscience n était pas encore émergente. Nous touchons là au vaste champ de l’inconscient si cher à l’expérience intérieure (le C. Jung. L’être humain porte en lui les mémoires des différents règnes. C’est ainsi que, pendant la vie intra-utérine et jusque vers trois ans, l’enfant passe par tous ces stades et récapitule la phylogénèse (histoire de l’évolution des espèces). Les médecines traditionnelles ne s’y trompent pas quand elles nous soignent avec la lithothérapie grâce au minéral, avec la phytothérapie et l’aromathérapie grâce au végétal et enfin avec des substances actives extraites d’animaux en homéopathie. La recherche s’est même emparée du domaine des venins par exemple pour proposer des applications thérapeutiques scientifiquement validées.

L’âme, une énergie

Revenons sur une notion qui n’est pas toujours très claire : celle de l’âme. Nous devons avant tout la considérer comme une énergie, ce qu’elle est bien évidemment. Mais le préciser permet d’éviter l’éternelle préoccupation comptable ! En effet, nous sommes tellement identifiés à notre individualité que nous assimilons l’âme à notre corps. Pour la plupart des gens, une personne = une âme. Mais la réalité spirituelle est bien plus complexe et il conviendrait davantage de raisonner en termes de collectif (un soleil) dont les rayons sont les émanations qui viennent déclencher l’expérience dans la matière à travers tous les règnes. L’espèce humaine porte donc l’émanation qui est à la fois dans le minéral, le végétal et l’animal. Ce n’est pas une question de chronologie, de temporalité, mais de coexistence. La seule différence réside dans l’éveil de la conscience qui embrasse simultanément tous les règnes. Cette conscience est Une, c’est pourquoi il est possible d’entrer en contact avec l’ensemble du vivant à tout instant. Le primatologue Frans de Waal donne cette image toute simple de l’iceberg : sa partie immergée, la plus importante, correspond à ce qui réunit toutes les espèces animales, nous compris. La minuscule partie émergée correspond à la spécificité humaine. Les sciences humaines sont dingues de ce tout petit bout-là ! Mais pour moi, scientifique, l’iceberg est intéressant dans son ensemble.

Notre nature sauvage

(…) nous avons besoin de rester en  lien avec notre nature « sauvage » qui est avant tout énergétique, Mais celle-ci nous effraie comme nous paraît hostile ce monde fascinant de nos propres profondeurs parce qu’il s’en racine dans des temps immémoriaux quand la conscience n était pas encore émergente. Nous touchons là au vaste champ de l’inconscient si cher à l’expérience intérieure (C. Jung). L’être humain porte en lui les mémoires des différents règnes. C’est ainsi que, pendant la vie intra-utérine et jusque vers trois ans, l’enfant passe par tous ces stades et récapitule la phylogénèse (histoire de l’évolution des espèces). Les médecines traditionnelles ne s’y trompent pas quand elles nous soignent avec la lithothérapie grâce au minéral, avec la phytothérapie et l’aromathérapie grâce au végétal et enfin avec des substances actives extraites d’animaux en homéopathie. La recherche s’est même emparée du domaine des venins par exemple pour proposer des applications thérapeutiques scientifiquement validées.

 

 

 

L’énergie, clé de votre santé



 

Jean-Claude CHIGNAGUÉ aux Editions Mosaïque-Santé

Extrait : LA CONSCIENCE

P. 75

«Notre conscience contemporaine n’est qu’un petit enfant qui commence à peine à dire Je. »   Carl GustavJung

LA CONSCIENCE : QUANTIQUE OR NOT QUANTIQUE ?

Donner une définition de la conscience est encore de nos jours un sujet de controverse. Philosophes ct neuroscientifiques confrontent leurs théories, mais la notion de conscience cache une multitude d’approches, et aucune ne fait actuellement l’unanimité. Grâce à l’imagerie médicale, à l’électroencéphalographie, nous savons néanmoins qu’elle résulte d’une participation active du cerveau. Il est impossible d’ignorer le fonctionnement bioélectrique et chimique des cent milliards de neurones qui le composent, mais cet organe est-il le seul à participer à l’élaboration de la conscience ?

Le cerveau multifonction

Le cerveau représente 2 % de notre masse corporelle et consomme en moyenne de 20 à 25 % de notre énergie. Si le cerveau a l’air d’être le « patron », c’est quand même le corps qui, en douce, lui dicte sa loi à travers nos sens. (…)

INTIMITÉ QUANTIQUE

p.85

Le psychiatre Carl Gustav Jung appelait Persona la structure de la personnalité dont nous avons conscience. Cette structure, disait-il, est en continuel échange avec le monde extérieur et se trouve fortement influencée par l’environnement. L’homme doit en effet s’adapter sans cesse aux différentes situations qu’exige le monde extérieur. C’est pour cette raison qu’il nomma cette structure la Persona, terme dérivé du grec proposons, qui signifie « masque ». Comme les anciens acteurs de théâtre qui portaient des masques différents en fonction du rôle qu’ils jouaient, Jung pense que chaque individu doit assumer un masque pour son « être au monde », et en changer selon son rôle dans la vie quotidienne. On peut dire que notre persona est formée de différents masques, comme celui du père ou de la mère, celui du professionnel, celui du sportif, celui de l’ami, celui du citoyen…
Il faut ajouter à tous ces masques possibles celui de chaque organe. En effet, selon la pensée traditionnelle chinoise, chaque organe de notre corps, en plus de son rôle physiologique, a une forte influence sur notre psychisme (nous développerons ce principe page 165).
Notre persona, notre Moi, serait donc composé de différents masques, de « petits Moi », d’îlots d’énergie qui existent tous en état de superposition et fonctionnent de façon ondulatoire ou corpusculaire selon les besoins. Chaque masque est alors une fonction de la conscience. Pendant tout le temps où je suis concentré sur mon travail, mon masque professionnel devient plus corpusculaire, mais le Moi peut changer à tout moment. Chaque masque peut apparaître tour à tour sous une forme différente. (…)

 

La personne humaine dans l’œuvre de Jung – Âme et spiritualité



Se procurer le livre : La personne humaine dans l’œuvre de Jung – Âme et spiritualité

La spiritualité ? La puissance de l’esprit sur la matière

Didier Lafargue aux Editions du Désir

 

 

 

Voir aussi le livre de Frédéric Lenoir sur Jung

Extrait – L’harmonie universelle

La vie contemplative sur laquelle met l’accent la sagesse orientale vise à nous faire prendre conscience de la relativité de toutes les idées émises par l’intelligence humaine, dans la mesure où elles n’ont de sens que les unes par rapport aux autres et n’ont rien de définitives en elles-mêmes. Ceci, l’Orient a tenté de l’exprimer par sa croyance en l’harmonie universelle, celle issue d’un accord entre principes divergents. C’est ce que Jung appelle la conjonction des opposés.

Pour notre psychologue, le tour combatif pris par le culte chrétien, issu de cette tendance à opposer le bien et le mal, risquait de mener l’homme à commettre des actes inconsidérés. « Le caractère intolérable des opposés dans la psychologie chrétienne provient de leur exacerbation morale »8. Conformément à l’optique chrétienne, l’homme aspire au bien et succombe au mal, ainsi que le lui enseigne l’histoire de la Création suivie de la chute. La recherche effrénée du bien et le rejet catégorique de tout mal qui en résultent, lui fait connaître le danger d’être aveuglé par ses passions. Pourtant, toute chose n’acquiert force et caractère que par son contraire. Il n’est d’authentique progrès pour l’homme qu’en les confrontant l’une à l’autre puisque tout bien n’existe que par rapport à un mal correspondant et qu’il faut à chacun tout son jugement pour en avoir la plus juste notion. « Pour exister toute chose a besoin de son contraire, sinon elle s’affaiblit jusqu’à l’inexistence »9. Cette idée, Héraclite l’avait déjà émise voici plus de deux mille ans. L’originalité de sa pensée résidait dans la vision qu’il avait du conflit entre les contraires, celui régissant un univers pour lui théâtre de forces agissantes et antagonistes : le jour et la nuit, la vie et la mort, la beauté et la laideur, l’amour et la haine, l’ordre et le désordre… Plus que leur combat, leur complémentarité permettait au monde de s’édifier puisque, conformément à la volonté divine, ils étaient liés entre eux.

Jung estimait cette philosophie en accord avec la réalité humaine dans la mesure où il n’existe rien de complètement fixé ici-bas et où tout ce qui régit notre existence demeure relatif. Il n’est que de comparer les civilisations et les règles morales auxquelles chacune obéit pour s’apercevoir de leur différence, voire de leur opposition. « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » disait Pascal. Savoir que les mentalités et les conceptions varient selon les époques et les lieus incite l’homme à s’interroger sur lui-même et l’oblige à un effort de réflexion approfondi sur le sens de ses actes. Jung pense qu’une telle conduite justifie le développement de la psychologie car, pour éviter de se laisser hypnotiser par la séduction de l’idée, obligation est faite à l’individu de se pencher sur sa personne et de comprendre les motivations qui la dirigent. Toute décision prise consciemment a son répondant dans l’inconscient et il ne sert à rien de fixer son esprit sur une chose déterminée si les messages envoyés par celui-ci lui sont défavorables. C’est précisément le sens revêtu par la conjonction des opposés, à savoir que l’homme ne peut être totalement lui-même que s’il consent à se remettre en question, la première manifestation des forces contraires s’exprimant bien dans le couple conscient-inconscient. En observant son âme et en comprenant la relativité des principes qui exercent sur lui leur attrait, il pourra assumer avec dignité les inévitables conflits de devoirs qu’il aura à connaître dans sa vie. « La contemplation des opposés enseigne à l’homme oriental le caractère de la maya. Elle confère à la réalité le caractère de l’illusion. Derrière les opposés, et dans les opposés, se trouve la vraie réalité qui voit et embrasse le tout »10. C’est cet idéal que tentaient d’atteindre les alchimistes et la quête de la pierre philosophale trouvait chez eux tout son sens dans leur effort pour dépasser ces forces divergentes.

(…)

La psychanalyse

Le shadow work Journal de Keila Shaheen

Le shadow work Journal de Keila Shaheen

"The Shadow Work Journal" de Keila Shaheen se concentre sur le concept de "Shadow Work", une pratique psychologique visant à explorer et accepter les aspects les plus sombres de notre personnalité. Shaheen, une psychologue américaine formée à diverses méthodes...

L’alchimie spirituelle

L’alchimie spirituelle

L’Alchimie Spirituelle à Travers l'Histoire : Un Voyage Mystique Introduction : Dans le vaste domaine des croyances humaines, l'alchimie spirituelle se dresse comme un pont entre le mysticisme antique et les quêtes spirituelles contemporaines. L'histoire des religions...

L’inconscient ou l’oubli de l’histoire

L’inconscient ou l’oubli de l’histoire

Quand le Passé façonne notre Psyché Hervé Mazurel, dans son ouvrage majeur, pose une question cruciale : notre inconscient est-il vraiment déconnecté de l'histoire qui l'entoure ? En reliant psychanalyse, histoire des sensibilités, sociologie psychologique et...

Vieillesse, sagesse, relations inter-générationnelles

Vieillesse, sagesse, relations inter-générationnelles

Dialogue avec MONIA La vieillesse est dévaluée en France aujourd'hui ? Malheureusement, la vieillesse est souvent dévaluée en France aujourd'hui. Beaucoup de personnes âgées sont victimes d'inégalités et de discrimination, en particulier dans le monde du travail et du...

Jung et l’alchimie 2 – F Furon & M Rafecas

Jung et l’alchimie 2 – F Furon & M Rafecas

Pour Jung, l’alchimie était plus qu’un simple système pour transmuter les métaux en or. C’était un système symbolique riche qui pouvait être utilisé pour explorer les processus psychiques inconscients et pour aider les gens à atteindre une transformation personnelle et spirituelle.

Rencontre avec un livre et un auteur : la paix intérieure

Rencontre avec un livre et un auteur : la paix intérieure

Vers la page de présentation du livre Interview de l'auteur : Alain Delourme Vidéo d'animation . Quelques idées clés de cette interview  Voici un très beau livre, très bien écrit, une belle écriture   et une pensée vraiment profonde Sans prétention, je travaille...

Psychologie transpersonnelle et EMC

Psychologie transpersonnelle et EMC

L'interview de Johann Henry par Jean-Marc Blancherie Un livre écrit à trois, un côté rigoureux, sérieux, dans ce champ de la psychologie transpersonnelle, où l'on entendait des choses qui partaient un peu dans tous les sens.Ses origines, ses concepts, et sa...

Jung – de Frédéric Lenoir

Jung – de Frédéric Lenoir

  Jung. Un voyage vers soi Frédéric Lenoir nous convie à un voyage vers soi... vers le soi. C'est ce que propose, bien au-delà de la cure analytique, Jung, aux humains, à l'homme moderne. Car il s'agit bien, aujourd'hui, de réenchanter le monde : "En évoquant le monde...

La conscience animale – Livre et interview

La conscience animale – Livre et interview

  L'amour Ce mystérieux sentiment inconditionnel des animaux présents à nos cotés est une opportunité inespérée pour sortir de siècles de conditionnements qui nous ont désorientés de notre désir, nous éloignant de notre nature authentique. Nous pouvons retrouver...

Etre un avec – l’acceptation

Etre un avec – l’acceptation

Arnaud Desjardin - Extraits Tout non et toute forme ne sont que des vagues limitées changeantes, expression d'une unique énergie, elle, infinie et éternelle. Le refus Si vous refusez un tant soit peu une de ces vagues une de ces formes vous lui donnez existence et...

Oh ! Mon rêve

Enfin un livre de spiritualité écrit dans une belle langue ! Ecoutez les passages que nous vous présentons !

Et ce n’est pas la seule originalité de ce bel objet qui est un compagnon d’exploration et de progrès pour chacun : c’est un GRIMOIRE ! Un livre de magie… pour créer des enchantements !

Il ne s’agit pas de lancer des sorts, de se livrer à la divination, de fabriquer des objets magiques ou d’invoquer des entités surnaturelles, anges, démons, esprits et divinités… La magie va venir de toutes ces pages dont vous disposez pour dire, personnellement, le plus profond de vous-même. « C’est un lieu qui ressemble aux couleurs de votre âme », dit l’auteure, Amala Klep Kremmel. Le texte vous accompagne, les anges vous accompagnent… En fait, ce livre de spiritualité vient chercher pour vous et par vous-même ce qui est depuis toujours à votre disposition, à portée de l’humanité profonde de l’homme : le rêve ! Il nous guide vers le Soi.

Un voyage accompagné vers soi-même

Il propose un passionnant voyage vers soi-même, une présence quotidienne à soi, active, enchanteresse.

Dans un premier temps, il vous indique des « rituels oniriques », les moyens du dialogue avec son âme, d’une « relation intime avec le sacré ». Au travers de vos rêves, qui vous ouvrent à une réalité bien différente de celle qui nous accapare normalement : la réalité d’une perspective emplie de magie et de mystères, celle de votre âme. C’est bien de l’intérieur de nous-même, de ce fil tendu par nos rêves, que vient l’ouverture. Pour laisser parler le désir, le dialogue entre conscient et inconscient, le Soi, entièreté psychique de nous-même, centre éternel de la conscience aux fondements essentiels et à l’appartenance commune dans la continuité du vivant.

Transcrire votre transformation par les rituels oniriques

La belle idée qui anime ce livre, qui va le transformer en grimoire, c’est une méthode inédite pour coopérer avec votre vie intérieure. Au fil des nuits et des jours vous allez éduquer, faire surgir, le langage de votre âme. Dévoiler le sens caché qu’elle manifeste, les actes qui sont là, significatifs, et ceux vers lesquels votre âme vous guide.
Un effort est nécessaire ? Certes ! Mais il est pétri de joie et d’intimité réjouissante !

EXTRAITS en podcast

Les énergivores

Amala kLEP nous fait prendre conscience du potentiel que recèlent nos rêves. Ils permettent un dialogue essentiel avec notre âme. Notre monde intérieur, notre relation intime avec le sacré s’inscrivent dans nos rêves ; rêver c’est la clé secrète pour matérialiser notre désir. L’auteur nous fait prendre conscience des vertus et des bénéfices des rêves, par exemple nous donner les informations importantes de la journée et la mettre et les mettre dans la mémoire à long terme, nous révéler les émotions refoulées, trouver des ressources et des alternatives, développer sa créativité, clarifier son rôle, vivre des expériences avec d’autres points de vue que celui que nous donne notre conscience. Le rêve va nous guider personnellement et spirituellement dans notre évolution. Il peut nous aider aussi à prendre des décisions il y a comme une sorte d’alchimie onirique.

L’auteur va nous aider à nous sortir du cauchemar, à ne plus s’identifier à nos blessures et à choisir d’exprimer notre lumière dans le monde elle nous explique, car c’est toujours notre interprétation qui est importante, le langage des rêves puis diverses catégories de rêves. Les rêves d’évolution, les rêves récurrents, les rêves spirituels, le rêve télépathique…

Nous pouvons maîtriser l’art de rêver, faire des rêves lucides. Avec les rêves nous pouvons devenir médium de notre propre vie
L’auteur termine on nous expliquant comment transformer ce livre en grimoire, grimoire magique et alchimie

Le Kybalion

Le Kybalion : Étude sur la philosophie hermétique de l’ancienne Égypte et de l’ancienne Grèce  a été publié anonymement (par “Trois initiés”) en 1908. C’est le livre ésotérique qui contient tout ce que les développements de la littérature et pratiques spirituelles d’aujourd’hui proposent dans un langage plus “moderne”… quand il est compris. Quant à ses origines, on peut dire qu’il développe le texte hermétique “La table d’émeraude” et transmet donc l’enseignement d’Hermès Trismégiste.

Vous pouvez écouter ici l’ensemble du livre.

Ou vous le procurer auprès de Spiritualités Magazine qui publie aussi une interprétation actuelle très claire du Kybalion

 

Jung et l’alchimie 1 – Didier Lafargue

Un extrait du livre de Didier Lafargue : La personne humaine dans l’œuvre de Jung – T. 2 Âme et spiritualité – Disponible ici

Alchimie et renaissance de l’âme.

« L’alchimie reprend et prolonge le Christianisme. Le christianisme a sauvé l’homme, mais non la nature ». Précisément, dans son intérêt pour le monde naturel, l’alchimie proposait un remède aux défaillances issues de la voie où s’était engagée l’Église officielle.

Dans sa volonté de connaître toutes les formes de spiritualité connues par l’humanité, Jung s’est intéressé à celles les plus cachées, les plus ésotériques et les plus en marge des croyances officielles, afin de déceler des traces visibles des symboles archétypiques dont il voulait montrer l’universalité. Ainsi a-t-il éprouvé un vif intérêt pour l’alchimie, cet art occulte, mystérieux et original que certains hommes ont pratiqué aux époques médiévales et modernes et qui a exercé une fascination indéniable sur les esprits de leur temps. « L’alchimie est la mère des contenus essentiels de la pensée » soutenait-il.

La tradition a présenté l’alchimie comme l’art de transmuter les métaux. Ceux qui le pratiquaient supposaient que ces derniers étaient vivants, et que leur destination était de se transformer en or, métal parfait. A terme, ils rêvaient d’obtenir la pierre philosophale censée communiquer à son détenteur toute sorte de pouvoirs merveilleux. L’alchimie est ainsi passée à la postérité comme étant « l’art de faire de l’or », en vertu de quoi ses adeptes furent considérés comme des hommes uniquement préoccupés de s’enrichir par la découverte des secrets de la matière. Pourtant, au-delà de buts aussi matériels existait une alchimie mystique davantage attachée à la vie du cosmos régi par Dieu ainsi qu’à l’âme humaine et à son devenir spirituel. Ce choix était celui d’hommes profondément croyants dont toute la vie était réglée par le sens du sacré et qui avaient pour désir véritable de faire naître un nouvel être humain, accompli et spiritualisé.

Transformation, transmutation

A partir de là, on en est venu de nos jours à désigner sous le terme d’alchimie toute opération de transformation quelle que puisse être sa nature. Peut-être en effet considérée comme alchimique chaque tentative pour faire passer les choses d’un état initial et élémentaire à un état élaboré et achevé. Principe tourné vers l’action et le dynamisme, l’alchimie s’oppose à tout ce qui est sur terre inerte et immobile, fait en sorte que ce qui existait déjà à l’état latent émerge et s’anime. A l’image de l’agriculture qui permet que d’une graine naisse une plante, elle exprime la vie animant la matière et le pouvoir de Dieu dans la nature. Ce qui est vrai pour celle-ci l’est aussi bien pour l’homme, car le but de son existence est de mener à bien l’opération alchimique visant à transcender son âme.

Par conséquent, le but de l’alchimiste n’est pas tant la recherche de l’or dans son acceptation la plus stricte que l’épuration de l’âme et les métamorphoses de l’esprit, et son action expérimentale n’existe qu’en relation avec les plus nobles idéaux. La transmutation du plomb en or représente l’effort de l’être humain tendant vers le Beau et le Vrai, assurant par là sa transmutation spirituelle. Aussi, une fois dépassé le préjugé de vulgaires sorciers entachant l’image des alchimistes, force est de voir en eux des philosophes au sens le plus complet du terme. On comprend en même temps que leur art ait suscité l’intérêt de notre psychologue si l’on considère la richesse spirituelle qu’elle représentait pour l’âme. Tous les symboles dont usaient les alchimistes étaient autant de projections de l’inconscient.

Dans le but de favoriser l’accomplissement de chacun, les alchimistes ont voulu fonder leur art sur une connaissance approfondie de la nature. Selon eux, sous la diversité des choses naturelles, existe une essence commune à laquelle l’homme participe nécessairement. Minéraux, végétaux, animaux, chacun a une âme et la Création entière s’affirme comme l’expression même du Tout puissant. Ainsi ont-ils axé leur intérêt sur la science des corps, laquelle correspondait pour eux à une vision plus naturelle de l’être humain, et donné de la sorte une importance accrue à notre monde intérieur.

La connaissance des lois de la vie de l’homme et de la nature

En définitive, l’alchimie serait la connaissance des lois de la vie de l’homme et de la nature, et la reconstitution du processus par lequel cette vie, souillée par la faute d’Adam, peut recouvrer sa pureté et sa plénitude. Si l’on considère que les « métaux vils » sont l’image de la chair et des désirs les plus triviaux et que la pierre philosophale représente la perfection, le passage du premier au second état serait celui de l’âme succombant à elle-même pour renaître en une existence supérieure. Trouver la Pierre philosophale n’est pas autre chose qu’approcher l’Absolu et posséder la Connaissance parfaite. Elle symbolise la victoire de l’esprit sur la matière, la communion avec Dieu, trouve son expression dans la passion du Christ. Les alchimistes font en effet revivre le mythe du Dieu qui meurt et ressuscite et pensent que la Résurrection de chacun peut être accomplie dans cette vie même. Il suffit pour cela de suivre une ascèse et de renoncer à tout ce qui sur terre entrave le développement de l’être humain authentique. L’alchimie, par son désir de s’élever au dessus des impuretés des passions terrestres, donne tout son sens au mystère de la sainte Trinité. « C’est tout le problème […] du processus de devenir de la personnalité, appelé processus d’individuation, qui s’exprime dans la symbolique alchimiste ».

Rien ne permet d’appréhender au mieux l’apport de l’alchimie dans l’épanouissement de l’individu que sa différence de nature avec la chimie moderne. Certes, celle-ci a succédé à l’alchimie et a concrétisé des intuitions que sa devancière avait formulées. Pourtant elle est avant tout une science et comme telle axe ses préoccupations sur l’analyse des corps simples et leur action les uns sur les autres. Elle ne tourne ses investigations que vers leurs formes extérieures, non leur transformation, et après chaque réaction chimique n’existent que les éléments présents auparavant. C’est plutôt à l’idée de purification, de transcendance et de développement que l’alchimie est attachée. Plus que vers les objets eux-mêmes, elle oriente son attention vers les préoccupations spirituelles de l’individu. Dans le principe d’évolution elle trouve sa vocation pour le plus grand bonheur de la personne humaine.

Par-dessus tout, cet idéal tire sa force du mystère entourant toute sa trame symbolique, car ce n’est que dans la mesure où le langage reste caché qu’il se rendra efficace auprès de l’individu. En cela, l’alchimie est une religion du mystère et montre au mieux l’importance détenue par le secret dans le cheminement spirituel de l’individu. Les alchimistes étaient peu soucieux de dévoiler la clef de leurs symboles car ils estimaient que cela eut enlevé toute leur efficacité à leur science. Révéler un secret est lui ôter toute valeur et l’on ne saurait faire un usage vulgaire de ces supports de sagesse. L’art du Grand Œuvre se rapproche là des célèbres mystères d’Eleusis, ainsi que de toutes les religions ésotériques au sein desquels la spiritualité dépend d’une tradition réservée aux initiés. Du moment que le message religieux n’est pas révélé au plus grand nombre, il dépend seulement de l’individu qui accepte de se soumettre à cette révélation d’en ressentir en lui les bienfaits et de laisser guider son âme par les images qui lui sont proposées. Un fait religieux resté caché fait ainsi toujours la part belle à l’individu indépendamment de la collectivité à laquelle il appartient. La promesse de ne pas dévoiler à ses semblables le contenu du message spirituel garantit l’effet exercé par ce dernier sur sa personne en même temps que reste intacte son indépendance d’esprit. Cela, Jung l’avait relevé lors de ses voyages, ainsi dans le nouveau monde où il fut frappé par le mystère de la religion des Indiens Pueblo. La force maintenant ce peuple, la personnalité qu’il avait su garder, lui venaient de ce secret renfermant ses croyances et grâce auquel survivait sa culture. « La préservation du secret donne au Pueblo fierté et force de résistance en face du Blanc tout-puissant ».

La vie de l’âme

De fait, il est indiscutable que l’art alchimique offre à l’individu une vie de l’âme plus authentique, plus personnelle et plus mystique que celle renvoyée par les croyances officielles. Les alchimistes ont su proposer une voie spirituelle ayant pour avantage de faire connaître à leurs adeptes une vie intérieure plus intime, tout en leur donnant conscience de ce que le culte de leur temps pouvait avoir de figé. Au-delà des dévotions populaires qui étaient le lot de la multitude, leur sagesse se présentait comme une mystique visant à intérioriser Dieu en leur âme par étapes successives. Son but était à terme de trouver l’illumination et c’est en ce sens qu’elle suscitait l’inquiétude de la théologie traditionnelle. L’Église, qui n’avait pour but que de rassembler les fidèles dans une même vie communautaire cimentée par des traditions, n’éprouvait que méfiance envers tout ce qui pouvait détourner les croyants de la vie sociale, en dépit de son attachement au dogme du Saint Esprit. « Alors que, dans l’Église, la différenciation grandissante du rite et du dogme éloignait la conscience de ses racines naturelles dans l’inconscient, l’alchimie et l’astrologie se préoccupaient inlassablement de ne pas laisser tomber en ruine le pont les reliant à la nature, c’est-à-dire à l’âme inconsciente »29. Le secret dont l’alchimie s’entourait faisait passer celle-ci pour un art occulte et comme tel suspect de magie et de superstitions, toutes choses propres à laisser perplexes les membres reconnus de l’autorité ecclésiastique. La tendance à laquelle ceux-ci cédaient vouait l’individu à vivre uniquement en conformité avec des usages imposés. Tout en acceptant les principes du dogme chrétien, l’alchimie proposait à ses adeptes d’ouvrir leur âme à un savoir plus large et une vie religieuse plus profonde. Jung voyait dans la Pierre philosophale, tant rêvée par les alchimistes, un symbole de notre Soi, et considérait que cette philosophie pouvait apporter un intéressant complément au dogme religieux en aidant à l’épanouissement personnel de chacun.

Conte de fée et franc-maçonnerie

Il existe un conte de fée qui exprime cet approfondissement, Blanche neige et les sept nains. « Ah ! que n’ai-je un enfant blanc comme la neige, rouge comme le sang et noir comme le bois de ce cadre ! » dit la mère de Blanche-neige. L’œuvre au blanc, l’œuvre au noir, l’œuvre au rouge, ces trois couleurs marquant les étapes du travail alchimique jusqu’à la pierre philosophale, image du Soi. Le travail des nains s’activant dans leur mine pour en extraire des diamants va dans le même sens, représentent ce désir de l’âme d’extraire en elle le joyau mystérieux et caché. Blanche-neige elle-même meurt finalement à la vie profane pour renaître à la lumière.

Entre cette renaissance prônée par l’art royal et les principes de l’ordre maçonnique existe une intime corrélation. Du statut d’apprenti à celui de maître existent une succession de grades jalonnant le parcours du franc-maçon, lesquels représentent autant de renaissances successives. Chacun doit progressivement acquérir la maturité et la sagesse. Les couleurs blanche, noire et rouge présentes dans les rituels maçonniques en témoignent, même si leur ordre de valeur n’est pas le même que dans l’alchimie. Le tablier blanc de l’apprenti, les draps mortuaires noirs, la couleur rouge visible dans les décors sont autant de symboles à la signification évocatrice.

A travers l’alchimie se perçoit au regard de Jung la faiblesse inhérente à l’évolution de la croyance religieuse. Le message de liberté et d’humanité que Jésus était venu apporter au monde avait été détourné de sa vraie valeur par la civilisation occidentale. Aussi d’autres cultures devaient-elles proposer à l’homme des choix différents visant à lui faire prendre conscience des excès du monde moderne.

Synchronicités, archétypes, alchimie : un penseur unique – Dialogue avec Frédéric Lenoir

La Magie selon Marsile Ficin et Pic de la Mirandole

Balzac fait parler l’alchimiste de la reine Catherine, le florentin Laurent Ruggieri,

«Quelle puissance entretient la vie en nous? un mouvement. Ce mouvement, pourquoi la science ne le saisirait-elle pas?» «Autour de nous, au-dessous, au dessus, se trouvent les éléments d’où sont sortis les innombrables millions d’hommes qui ont foulé la terre avant et après le déluge. De quoi s’agit-il? de surprendre la force qui désunit; par contre, nous surprendrons celle qui rassemble… Quand les eaux ont couvert notre globe, il en est sorti des hommes qui ont trouvé les éléments de leur vie dans l’enveloppe de la terre, dans l’air et dans leur nourriture. La terre et l’air possèdent donc le principe des transformations humaines, elles se font sous nos yeux avec ce qui est sous nos yeux; nous pouvons donc surpendre ce secret».

«Enfin, je frappe incessamment à la porte de la création, et je frapperai jusqu’à mon dernier jour. Quand je serai mort, mon marteau passera en d’autres mains également infatigables, de même que des géants inconnus le transmirent. De fabuleuses images incomprises, semblables à celles de Prométhée, d’Ixion, d’Adonis, de Pan etc… qui font partie des croyances religieuses en tout pays, en tout temps, nous annoncent 3que cet espoir naquit avec les races humaines. La Chaldée, l’Inde, la Perse, l’Egypte, la Grèce, les Maures se sont transmis le Magisme, la science la plus haute parmis les sciences occultes, et qui tient en dépot le fruit des veilles de chaque génération…»


D’après Wikipédia

Marsile Ficin

C’est l’un des philosophes humanistes les plus influents de la Première Renaissance italienne. Il dirigea l’Académie platonicienne de Florence, fondée par Cosme de Médicis en 1459, et il eut pour disciples et collègues de travail Jean Pic de la MirandoleAnge Politien et Jérôme Benivieni.
Il a traduit et commenté l’œuvre de Platon et de Plotin, il connaissait l’œuvre d’Aristote, il s’intéressa aussi à l’occultisme et l’hermétisme, et fut le représentant majeur du néoplatonisme médicéen. Sa philosophie, composition intime de métaphysique, de religion et d’esthétique, fit autorité en son temps.

Selon Les Mystères du Tarot de Marseille, Marsile serait à l’origine des arcanes majeures du Tarot de Marseille ; en effet, Marsile est célèbre pour avoir été le premier à avoir traduit les oeuvres complètes de Platon du grec vers le latin. Cette traduction avec ses commentaires contient de troublantes ressemblances avec les descriptions des lames.

Jean Pic de la Mirandole

Philosophe et théologien humaniste italien, troisième fils d’une vieille famille comtale. À la recherche de la prisca theologia (ou théologie première exposée par les Anciens), il étudia et synthétisa les principales doctrines philosophiques et religieuses connues à son époque, notamment le platonisme, l’aristotélisme, la scolastique. Il est le fondateur de la kabbale chrétienne.

Citations sous licence CC

Papus : Traité méthodique de magie pratique

 – Extraits

Dans son introduction Gérard Encausse – PAPUS – définit la magie, et au-delà, la position que l’on peut avoir vis à vis de la magie, particulièrement lorsqu’on est « étudiant » ou « chercheur » en la matière. « La magie est l’étude et la pratique du maniement des forces secrètes de la Nature. C’est une science pure ou dangereuse comme toutes les sciences, et il faut que l’étudiant se rende bien compte d’un fait, c’est qu’il est anti-initiatique de dire du mal de la Magie, sous prétexte qu’on y étudie des forces mauvaises autant que des forces bonnes, comme il serait ridicule d’avoir peur de la chimie, sous prétexte qu’elle permet de fabriquer de la nitroglycérine et des corps explosifs. Il est certain, et nous ne saurions trop le répéter hautement, que l’appel aux forces divines, l’exercice de la charité et l’usage de la prière qui constituaient ce que, sous l’Antiquité, on appelait « La Magie divine » et qui forme aujourd’hui la théurgie, est le seul usage licite et utile pour l’homme des forces divines. Le caractère primordial de tout cerveau qui aspire à participer à la bénédiction des forces du ciel, c’est le courage ; et vouloir accuser ses adversaires de faire de la Magie ou d’écrire des livres de magie (ou des billets sur un blog en faveur de la Magie), c’est montrer qu’on n’a rien compris à cette question ou qu’on ferme volontairement les yeux devant la responsabilité que doit assumer tout véritable étudiant des questions de la Haute Science. »

Pin It on Pinterest