Sélectionner une page

Magicultrice

Magicultrice, dès qu’on le tient dans les mains devient un objet magique : ses couleurs de fond, les pages dont chacune est conçue de manière à marier les formes et les textes, donnent envie de le toucher et le parcourir autant que de le lire.

“Magicultrice” est bien plus qu’un livre ; c’est un voyage initiatique au cœur de la magie personnelle et de la redécouverte de soi à travers l’archétype ancestral et puissant de la sorcière. Symbolisant la force, l’indépendance, et une connexion profonde avec le monde naturel, la figure de la sorcière a longtemps été source de fascination, de mystère et de malentendus. Dans cet ouvrage révolutionnaire, Ariane Legale dévoile les voiles de la magie, invitant chaque lecteur à s’aventurer dans les profondeurs de sa propre âme, à la rencontre de sa force intérieure et de son potentiel créatif.
Le terme “Magicultrice” combine habilement la magie et la culture, offrant une perspective unique sur la manière dont chacun peut cultiver et partager sa propre essence magique. Contrairement aux idées reçues, la magie n’est pas un domaine réservé à une élite ou entouré de secrets obscurs ; elle est accessible à tous et se manifeste dans les aspects les plus quotidiens de notre vie. À travers des récits personnels, des références culturelles et des exercices pratiques, l’auteure nous guide sur le chemin de l’autodécouverte et de l’empowerment.

Ariane Legale nous invite à repenser notre relation avec le monde qui nous entoure, à reconnaître la magie dans les cycles de la nature, les rites de passage, et même dans nos interactions quotidiennes. Elle aborde des thèmes variés tels que la maternité, la guérison, la créativité et la solitude, en les reliant toujours à la pratique magique et à la quête de sens. Chaque page de “Magicultrice” est imprégnée d’une sagesse profonde et d’une invitation à embrasser la vie avec émerveillement et respect.

Ce livre s’adresse à ceux et celles qui ressentent l’appel de la magie, mais qui ne savent pas par où commencer. Il est destiné à ceux qui cherchent à approfondir leur compréhension de la sorcellerie moderne tout en explorant leur propre pouvoir intérieur. Que vous soyez novice en matière de pratiques magiques ou que vous soyez déjà sur le chemin de l’éveil spirituel, “Magicultrice” offre des clés pour déverrouiller les portes de la perception et découvrir la richesse de votre propre nature magique.

En redéfinissant ce que signifie être une sorcière à l’ère moderne, Ariane Legale brise les stéréotypes et ouvre la voie à une nouvelle compréhension de la magie comme moyen d’autonomisation et de transformation personnelle. Le livre encourage les lecteurs à réfléchir sur leur propre vie, à identifier et à cultiver leur magie unique, et à devenir des agents de changement dans leur communauté et dans le monde. “Magicultrice” est une célébration de la vie, de la féminité, de la nature et de la magie qui réside en chacun de nous. C’est un appel à reconnaître et à honorer notre part la plus profonde, magique et authentique. Ce livre est un compagnon précieux pour toutes celles qui souhaitent parcourir un chemin épanouissant, teinté de magie et de sens, et il s’adresse tout particulièrement à celles qui sont prêtes à embrasser pleinement leur pouvoir personnel et à contribuer à un monde plus magique et harmonieux.

 
 

Mais qu’est-ce que les sorcières aiment faire en Mars ?

 

Mars est un mois où les sorcières sortent leurs balais, non pas pour voler dans le ciel nocturne, mais pour le grand nettoyage de printemps ! Et quel meilleur moment pour le faire que lors d’Ostara, ce sabbat qui célèbre le réveil de la nature et l’équilibre parfait entre le jour et la nuit ? C’est la période où nos amies sorcières troquent leurs chaudrons et leurs grimoires pour des pelleteries de fleurs et des nids douillets.

Pendant Ostara, la magie prend une tournure particulièrement printanière. Les sorcières se transforment en jardiniers mystiques, plantant des graines non seulement dans leurs jardins mais aussi dans leurs vies. C’est le moment idéal pour démarrer de nouveaux projets, que ce soit des légumes à cultiver ou des plans pour conquérir le monde (de manière éthique, bien sûr). Et quoi de mieux pour accompagner cette plantation que de réaliser des pots de fleurs en coquilles d’œufs ? Écologique, esthétique, et tellement sorcière !

Mais Ostara, c’est aussi la saison des œufs – pas seulement ceux en chocolat que certains confondent avec le butin d’une chasse au trésor. Nos sorcières peignent des œufs naturels avec des teintures végétales, créant des œuvres d’art à la fois magnifiques et comestibles. Imaginez la tête de leurs voisins moldus en découvrant un œuf violet teint au chou rouge dans leur jardin !

Cueillir des fleurs sauvages est une autre tradition d’Ostara très prisée. Cependant, loin de se limiter à une simple promenade champêtre, les sorcières lisent dans les pétales les réponses de l’univers. Un bouquet de pâquerettes peut révéler bien plus sur l’avenir que n’importe quel tarot si on sait écouter. Bien sûr, l’activité est doublement productive quand on se rappelle que chaque fleur cueillie est un potentiel nouvel ingrédient pour un sort ou un remède.

En matière de décoration, les sorcières d’Ostara ne lésinent pas sur les moyens. Elles transforment leurs autels avec des éléments de saison : des nids, des plumes, des bourgeons prêts à éclore. Chaque objet est chargé de magie, prêt à aider nos sorcières dans leur travail spirituel. Et que dire des “land arts” ? Ces créations éphémères dans la nature sont la preuve que les sorcières sont les véritables pionnières de l’art écologique.

Bien sûr, Ostara ne serait pas complet sans un rituel pour honorer la renaissance et la fertilité de la terre. Les sorcières se rassemblent (dans le respect des mesures de distanciation sociale, pandémie oblige) pour célébrer l’équilibre et la lumière. Le moment est propice pour partager des intentions, des rêves et des graines – littérales et métaphoriques – dans le but de voir ce qui fleurira dans les mois à venir.

Et après toute cette activité, quoi de mieux que de se reconnecter avec son enfant intérieur ? Ostara invite à la légèreté, au jeu, à redécouvrir le monde avec émerveillement. Les sorcières peuvent être vues se roulant dans l’herbe, dansant sous la lune, ou même organisant une chasse aux œufs magiques (avec des surprises autrement plus intéressantes que des bonbons).

En résumé, Mars pour les sorcières est un mois de renouveau, de nettoyage, de créativité et de préparation pour l’avenir. C’est le moment de lâcher prise sur le passé et d’embrasser le potentiel infini du présent. Alors, si vous croisez une sorcière en mars, n’oubliez pas de lui souhaiter un joyeux Ostara – et peut-être de lui demander quelques graines de son jardin magique !

Répétons en divers styles pour que vous soyez sûrs de comprendre ce qu’il  faut faire en Mars


1. Style Administratif :

Objet : Célébration du mois de mars et activités associées à Ostara.

Madame, Monsieur,

Veuillez noter que le mois de mars marque le début de la période de renouveau conformément aux traditions ancestrales. L’événement principal, Ostara, se caractérise par le réveil de la nature. Il est coutumier que les individus adoptent des comportements écologiques et agricoles, tels que le jardinage et le nettoyage de printemps. Les activités recommandées incluent la plantation de végétaux divers et la teinture d’œufs avec des colorants naturels.

Les rassemblements extérieurs seront organisés pour célébrer l’équilibre et la renaissance, en respectant les normes de distanciation sociale en vigueur. La collecte et l’utilisation de fleurs sauvages sont encouragées pour favoriser la connexion à l’environnement naturel.

Cordialement, Le Bureau des Traditions Saisonnières

2. Style Poétique :

Mars, oh Mars, quand les sorcières, Dansent avec la brise printanière. Ostara, douce muse de verdure, Ouvre nos cœurs à l’aventure.

Dans les jardins de nos âmes, nous semons, Des espoirs, des rêves, sous le ciel monotone. Les œufs, teintés de l’arc-en-ciel de la terre, Nous parlent de renaissance, de mystères.

Champs de fleurs, toiles d’artiste, Dans cette symphonie, la magie persiste. Ostara, nous voici, enfants de la lune, Dansant, riant, sous le soleil, aucune brume.

3. Style Dramatique :

Scène : Une clairière au lever du jour. Les sorcières, face au dilemme du renouveau, se rassemblent pour célébrer Ostara.

Sorcière 1: “Voici Mars, le temps du nettoyage, de purger l’ancien!” Sorcière 2: “Oui, mais le cœur lourd de ce qui fut, comment embrasser ce qui sera?” Sorcière 3: “Par les graines que nous plantons, par les œufs que nous colorons, nous écrivons notre destinée!”

Le chœur des sorcières: “Laissons les fleurs sauvages guider nos âmes, dans cette danse, trouvons notre calme.”

4. Style Culinaire :

Recette pour un Mars Magique :

Ingrédients :

  • Une pincée de nettoyage de printemps
  • Un bouquet de projets à planter
  • Œufs à teindre avec amour
  • Une promenade pour cueillir des fleurs sauvages

Instructions :

  1. Mélangez le nettoyage de printemps avec une bonne dose d’énergie renouvelée.
  2. Intégrez délicatement vos projets dans le sol fertile de vos intentions.
  3. Teignez les œufs dans un bain de couleurs naturelles, laissez sécher sous un rayon de soleil printanier.
  4. Finalisez par une marche méditative, cueillez les fleurs de vos aspirations.

5. Style Médical :

Diagnostic : Manque de renouveau printanier. Prescription : Ostara, impliquant des activités de jardinage, nettoyage intensif, et interactions enrichissantes avec la nature. Mode d’emploi : S’engager quotidiennement dans la plantation de nouvelles idées et le nettoyage des espaces de vie. Utilisation externe de fleurs sauvages recommandée pour améliorer le bien-être émotionnel.

6. Style Philosophique :

Dans le théâtre de Mars, les sorcières incarnent le principe de renouveau, naviguant sur les vagues de l’éphémère Ostara. Le nettoyage de printemps, métaphore de la purification de l’âme, se juxtapose au semis, acte d’engagement vers l’avenir. Les œufs, symboles d’origine, sont colorés, non dans une quête d’esthétique, mais comme un rituel de renaissance.

7. Style Sportif :

Bienvenue dans le grand stade de Mars, où les sorcières se préparent pour le grand match d’Ostara ! Au programme : un marathon de nettoyage, suivi d’un tournoi de jardinage. Les épreuves de teinture d’œufs promettent de vives compétitions. Gardez un œil sur la météo, car la cueillette de fleurs pourrait être influencée par des conditions imprévisibles. Que le meilleur printemps gagne !

8. Style Enquête Policière :

Inspecteur : “Regardez ces traces, une claire indication que les sorcières ont orchestré le grand nettoyage.” Partenaire : “Et ces éclats de couleur ?” Inspecteur : “Des œufs teints, un signe incontestable d’Ostara. Elles préparent quelque chose de grand, quelque chose de renouvelé.” Partenaire : “Il semblerait qu’elles aient laissé derrière elles plus que de simples fleurs sauvages…”

9. Style Enfantin :

Mars, c’est trop rigolo, c’est quand les sorcières sortent leurs gros balais pour faire le ménage mais pas dans le ciel, non non, dans leur maison ! Et puis, c’est la fête d’Ostara, un peu comme un anniversaire pour la nature. Elles plantent des graines comme si elles jouaient à la dinette mais avec de la vraie terre, et elles peignent des œufs, pas pour les manger mais pour les décorer tout jolis !

10. Style Fantaisiste :

Au royaume de Mars, les sorcières, ces charmantes gardiennes de la verdure, s’affairent à la grande quête d’Ostara. Elles brandissent leurs balais enchantés non pour le vol mais pour la bataille contre la poussière ancienne. Le rituel des œufs, une tradition sacrée, où chaque couleur dévoile un secret de la terre. Dans ce ballet printanier, chaque fleur cueillie est un sortilège doux, un chant à la renaissance de la nature

Stratégies anti-stress – Yves Golder

Stratégies Anti-Stress : Guide Pratique pour une Vie Équilibrée” est un ouvrage exhaustif et profondément éclairant, écrit par l’expert en bien-être Yves Golder. Ce livre se distingue par son approche holistique et pragmatique du stress, un fléau moderne qui touche pratiquement tout le monde, dans toutes les sphères de la vie. Plutôt que de se contenter de fournir des solutions temporaires, Golder propose une méthode complète pour comprendre, affronter et finalement maîtriser le stress.

Dès les premières pages, l’auteur démystifie le concept de stress, le rendant accessible et compréhensible. Il explore non seulement les origines et les manifestations du stress mais aussi ses impacts profonds sur notre santé physique, mentale et émotionnelle. Ce faisant, Golder met en lumière comment le stress, souvent perçu comme un ennemi, peut être transformé en une force motrice pour le changement positif et l’autocroissance. La structure du livre est conçue pour guider le lecteur à travers un parcours de découverte personnelle, avec des chapitres qui s’articulent autour de la reconnaissance des signes de stress, la compréhension de ses déclencheurs, et l’apprentissage de techniques pour y faire face efficacement. L’ouvrage est ponctué de fiches de synthèse qui offrent des résumés clairs et des points d’action, facilitant ainsi l’application des concepts dans la vie quotidienne.
Un des aspects les plus novateurs du livre est l’accent mis sur la reconstruction de la confiance en soi comme moyen de combattre le stress. À travers des chapitres tels que “La lucidité dans un monologue constructif”, “Le détachement”, “L’estime de soi”, et “L’action à tout prix”, Golder présente des stratégies pour renforcer l’estime de soi, encourager l’action proactive et favoriser une attitude de détachement sain. Cette approche permet non seulement de réduire le stress mais aussi de bâtir une fondation solide pour une vie épanouie et résiliente.

“Stratégies Anti-Stress” s’adresse à un large éventail de lecteurs, des professionnels submergés par les exigences de leur carrière aux individus cherchant à améliorer leur qualité de vie en ces temps incertains. Les professionnels de la santé et du bien-être y trouveront également une ressource précieuse pour accompagner leurs clients dans la gestion du stress.

“Stratégies Anti-Stress” se différencie des autres livres sur le stress, selon l’auteur, par sa perspective unique sur la compréhension et la gestion du stress. Plutôt que de s’appuyer uniquement sur des conseils génériques et des solutions universelles souvent répétées dans la littérature sur le sujet, l’auteur choisit d’embrasser une approche plus personnelle et dialogique, soulignant l’importance de la relation directe entre l’écrivain et le lecteur. Il critique l’approche conventionnelle qui consiste à traiter le stress par des moyens bien connus comme une alimentation saine, l’exercice physique, l’évitement de l’alcool ou du tabac, la méditation ou le yoga, en soulignant qu’en dépit de toutes ces stratégies, le stress demeure une constante dans la vie de beaucoup. Cette observation le conduit à proposer une réévaluation radicale de la façon dont nous définissons, prévenons, combattons et ultimement nous libérons du stress.
L’auteur se distingue par son utilisation intentionnelle des pronoms personnels “je”, “vous” et “nous”, cherchant à créer une connexion plus intime et égalitaire avec le lecteur, ce qui est moins courant dans les écrits académiques ou professionnels sur le sujet. Cette approche vise à reconnaître que le stress est une expérience partagée, affectant les auteurs et les lecteurs de manière égale, et qu’une véritable compréhension de ses effets ne peut être atteinte qu’en reconnaissant et en partageant ces expériences personnelles. “Stratégies Anti-Stress” se distingue par son refus d’adopter une perspective fataliste sur le stress, son rejet des solutions simplistes et sa volonté de remettre en question les approches conventionnelles pour offrir une vision plus nuancée et personnalisée de la gestion du stress.

Stress court et stress long

L’auteur distingue le stress long et le stress court pour souligner la différence dans la nature, la durée, et l’impact de ces deux types de stress sur l’individu. Le stress court est souvent décrit comme un stress aigu, résultant d’une situation ou d’un événement spécifique qui est relativement bref et dont la résolution est souvent rapide et claire. Il peut être provoqué par un événement soudain ou une pression ponctuelle, comme une échéance imminente ou une présentation importante. Ce type de stress, bien qu’intense, est généralement gérable car il a une fin identifiable et peut même être utilisé positivement pour stimuler la motivation et la performance.

Le stress long, en revanche, est un stress chronique qui résulte d’une exposition prolongée à des situations stressantes sans répit ou solution évidente. Il peut découler de problèmes persistants dans la vie personnelle ou professionnelle, tels que des conflits au travail, des défis relationnels, des soucis financiers, ou d’autres pressions continues. Ce type de stress s’accumule avec le temps et peut avoir des effets néfastes sur la santé physique et mentale, réduisant la capacité d’une personne à fonctionner efficacement dans son quotidien.

L’auteur met en évidence cette distinction pour aider les lecteurs à comprendre que les stratégies de gestion du stress doivent être adaptées au type de stress rencontré. Tandis que des techniques de gestion du stress à court terme peuvent être efficaces pour le stress aigu, elles peuvent ne pas être suffisantes pour traiter le stress chronique, qui peut nécessiter une approche plus holistique et soutenue, incluant des changements dans le mode de vie, la gestion du temps, le soutien émotionnel, et parfois une aide professionnelle.

Une autre vision de la méditation

Dans “Stratégies Anti-Stress”, l’approche de la méditation se distingue par sa praticité et sa focalisation sur la préparation de l’esprit et du corps à l’état méditatif, plutôt que sur la méditation comme une pratique isolée ou mystique. L’auteur souligne l’importance de préparer le terrain avant de plonger dans la méditation, en utilisant des exercices préliminaires pour faciliter le passage vers un état de calme intérieur. Cette préparation est essentielle pour contrer efficacement le stress, en particulier le stress longue durée, qui ne se dissipe pas simplement par la volonté ou des pratiques ponctuelles.
Le livre critique les approches conventionnelles qui traitent la méditation comme une solution rapide au stress, insistant sur le fait que la réussite de la méditation, notamment pour les débutants, nécessite des étapes préparatoires et une approche graduelle. Cette perspective est appuyée par des exemples concrets et des techniques spécifiques, comme les exercices de respiration et de mouvement coordonné, qui aident à reprendre le contrôle sur le corps et l’esprit de manière progressive. L’accent est mis sur l’intention et l’attention comme forces motrices derrière la méditation réussie. L’auteur explore comment ces deux éléments, lorsqu’ils sont consciemment appliqués, peuvent renforcer les effets bénéfiques de la méditation sur la réduction du stress. Cette approche souligne que la méditation n’est pas simplement une pratique de l’esprit, mais une activité intégrée qui engage le corps, l’esprit et la respiration de manière coordonnée pour atteindre un état de relaxation profonde et de présence accrue. “Stratégies Anti-Stress” propose une vision renouvelée de la méditation, la présentant non comme une échappatoire magique au stress, mais comme une pratique exigeant engagement, préparation et persévérance. Cette approche terre-à-terre et pragmatique vise à rendre la méditation accessible et efficace pour tous, en particulier pour ceux qui sont confrontés au stress chronique dans leur vie quotidienne.

Une petite histoire ?

Sous le crépuscule d’un vendredi ordinaire, Léa, éreintée, traverse le silence de son appartement avec la lourdeur d’une âme en peine. Les murs, témoins muets de ses luttes intérieures, semblent rétrécir autour d’elle, emprisonnant ses rêves et ses désirs dans un espace de plus en plus étroit. Directrice de projet dans une agence de communication dynamique, elle porte le fardeau d’une perfection inatteignable, un écho constant de ses propres exigences, un murmure incessant qui la pousse toujours plus loin, toujours plus fort, jusqu’à l’épuisement. C’est dans ce décor, où chaque objet semble porter la trace de ses renoncements, qu’elle découvre “Stratégies Anti-Stress”, un livre oublié, acheté sur un coup de tête et jamais ouvert. Le livre, posé là, sur le rebord de la fenêtre, attire son regard comme un phare dans la brume de sa détresse. Elle l’ouvre, et les mots de l’auteur, Yves Golder, se déploient devant elle comme les pièces d’un puzzle longtemps ignoré.
Le livre parle à Léa, pas seulement à travers les mots, mais à travers les silences entre les lignes, les espaces blancs où se loge sa propre histoire. Elle y voit le reflet de son stress long, ce compagnon insidieux qui a teinté ses jours d’une couleur sombre, la privant de la joie des petites choses, de la lumière des instants partagés. Yves Golder ne lui offre pas de solutions toutes faites, mais un miroir où observer la complexité de son être, un chemin à travers le labyrinthe de ses émotions.
Un soir, alors que la pluie tambourine contre les carreaux, Léa s’imagine dialoguer avec l’auteur. “Pourquoi ce stress me consume-t-il ainsi ?” demande-t-elle à la page blanche devant elle. La réponse vient, non pas dans les mots, mais dans un sentiment profond de reconnaissance. Elle comprend que le stress n’est pas l’ennemi, mais un signal, une invitation à se pencher sur ses propres besoins, ses limites, ses désirs.
La révélation la plus poignante survient lorsqu’elle lit sur la nécessité de distinguer le stress court du stress long. Le premier, un sprint effréné vers une échéance ; le second, une marche sans fin dans un désert aride. Léa voit sa vie comme une série de sprints épuisants, sans jamais s’accorder le repos, sans jamais permettre à son âme de se poser, de respirer.
Le livre devient son compagnon dans la quête d’un équilibre perdu. Elle apprend à dire “non”, non pas comme un refus, mais comme une affirmation de soi, une délimitation de son espace personnel où le stress ne peut plus entrer. Elle redécouvre la passion de son travail, non pas dans la frénésie de l’accomplissement, mais dans la beauté de la création, dans le plaisir de la collaboration. “Stratégies Anti-Stress” ne lui offre pas une échappatoire, mais une voie vers une intimité retrouvée avec elle-même, une conversation intérieure où chaque mot compte, où chaque silence est un espace de guérison. Léa, enfin, se retrouve au bord d’une plage imaginaire, regardant l’horizon s’ouvrir devant elle, le stress long se dissipant comme la brume sous les premiers rayons du soleil. Elle est prête à naviguer sur les eaux de la vie, armée de nouvelles stratégies, mais surtout, d’une nouvelle compréhension d’elle-même, plus tendre, plus indulgente, plus vraie.

Méditations calme intérieur – facilitées par les images

Ce podcast de méditations fait partie d’une expérience de méditations puissantes facilitées par les images.
Ces méditations calme intérieur, véritables stratégies anti-stress, sont publiées en livre, et par thèmes, avec des images suggestives, symboliques, magnifiques et l’audio qui est dit en podcasts ici.
Des objets ou des pierres, par exemple, sont recommandées pour agir sur nos énergies subtiles et apporter un calme intérieur. Ici, avec ces images finement choisies, la connexion est à la fois explicite, symbolique, et vibratoire. Elles constituent au niveau vibratoire des “ondes de forme” agissantes. La méditation guidée audio parle explicitement à votre psyché, à différents niveaux de conscience, et avec un peu d’entrainement vous pourrez aussi ouvrir votre champ d’expérience par une méditation entièrement personnelle et vous découvrir au-delà de ce que vous pensiez.  C’est un processus qui peut être comparé à de l’auto hypnose.

Vous pouvez vous procurer le livre ici

Nous proposons aussi ces images supports de méditation sous forme de tableaux sur panneaux composites en aluminium élégant et durable. Leur  résolution extrêmement précise est d’un effet étonnant 

Le livre, et plus encore lorsqu’il est accompagné d’un ou plusieurs tableaux, est pour vous un support constant, qui influe sur votre psychisme, disponible aux bons moments. Il peut être aussi un cadeau très original : faites-lui du bien !

Une question, un conseil ?

8 + 14 =

Dis moi où tu as mal

“Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi” de Michel Odoul est une exploration fascinante de la relation entre le corps et l’esprit. L’auteur, spécialiste en shiatsu et fondateur de l’Institut Français de Shiatsu, offre une vision intégrative de la santé, mêlant la médecine occidentale et les principes de la médecine traditionnelle chinoise.

Ce livre est une véritable mine d’informations pour ceux qui s’intéressent à la compréhension des maux physiques à travers une perspective psycho-émotionnelle et énergétique. Odoul propose un décodage des pathologies et des tensions physiques, offrant des clés de lecture pour chaque partie du corps. Il aborde la notion de responsabilité individuelle dans la gestion de sa santé, encourageant à une approche plus holistique et consciente.

Destiné à un large public, cet ouvrage s’adresse particulièrement à ceux qui cherchent à comprendre les messages de leur corps et à améliorer leur bien-être global. Que vous soyez un professionnel de la santé, un passionné de médecines alternatives, ou simplement curieux de mieux comprendre l’interaction entre vos émotions et votre santé physique, ce livre est une ressource précieuse. Il invite à une réflexion profonde sur la manière dont nos émotions et notre état mental peuvent influencer notre état physique, et vice versa.

  1. Idée clé et Intentionnalité: Michel Odoul dans “Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi” vise à établir un lien entre les maux physiques et les états émotionnels et psychiques. L’auteur utilise une approche narrative qui mélange explications scientifiques et anecdotes personnelles, visant à rendre accessible sa théorie de la somatisation des émotions. Son but est d’encourager la prise de conscience de l’impact des émotions sur la santé physique.
  2. Objets principaux du thème: Le livre ne se concentre pas sur des personnages ou des événements spécifiques, mais plutôt sur des parties du corps et les déséquilibres émotionnels associés. Chaque partie du corps est décrite comme un symbole des émotions refoulées ou des traumas non résolus, jouant un rôle crucial dans la compréhension globale de la santé.
  3. Dimension subjective: Odoul explore les dynamiques émotionnelles à travers les douleurs physiques. Il met en lumière comment la répression ou le non-traitement des émotions peut se manifester sous forme de douleurs corporelles. Les émotions sont transmises de manière indirecte, à travers les descriptions des symptômes corporels et leur interprétation psycho-émotionnelle.
  4. Synthèse: L’intentionnalité d’Odoul de lier le corps et l’esprit est illustrée par l’analyse des différentes parties du corps (objets du thème) et leur lien avec les états émotionnels (dimension subjective). Ce lien est le fil conducteur de l’ouvrage, offrant une perspective holistique sur la santé.

 

Le chapitre “Les membres inférieurs” extrait du livre “Dis-moi où tu as mal” se focalise sur une approche détaillée et fascinante du squelette et de la colonne vertébrale, en mettant en lumière les liens étroits entre notre structure osseuse et notre bien-être émotionnel et physique. Cette section pourrait particulièrement intéresser ceux qui s’intéressent à l’ostéopathie, la médecine alternative, ou à la compréhension approfondie du corps humain.

L’auteur commence par décrire la composition de la colonne vertébrale, comprenant les vertèbres sacrées, lombaires, dorsales et cervicales, chacune ayant un rôle spécifique dans la distribution des données vibratoires du cerveau au reste du corps. Cette distribution est essentielle pour la communication entre les plans conscient et non conscient et impacte directement notre santé physique.

Une attention particulière est accordée à la manière dont les tensions et les déséquilibres à différents niveaux vertébraux peuvent conduire à des douleurs, des contractures musculaires, et à terme, à des pathologies plus graves comme l’arthrose ou les hernies discales. L’auteur propose un tableau détaillant les liens entre chaque vertèbre et des symptômes spécifiques, offrant ainsi une compréhension plus fine des messages que notre corps peut envoyer à travers ces maux.

Le livre aborde ensuite la symbolique des structures osseuses, les considérant comme les fondements de nos croyances de vie et nos archétypes profonds. Les pathologies osseuses peuvent ainsi être interprétées comme des manifestations de perturbations dans ces croyances profondes.

Pour ceux intéressés par la médecine holistique et la connexion entre le corps et l’esprit, ce chapitre est une lecture incontournable. Il offre des perspectives enrichissantes sur la façon dont nos émotions et nos croyances peuvent influencer notre santé physique, particulièrement autour de la structure clé qu’est notre colonne vertébrale. C’est une ressource précieuse pour les praticiens de santé, les étudiants en médecine, ou toute personne cherchant à comprendre les messages subtils que notre corps nous envoie.

 

La symbolique des structures osseuses, telle qu’abordée dans ce chapitre du livre “Dis-moi où tu as mal”, est un sujet fascinant qui explore les dimensions profondes et métaphoriques de notre squelette. La structure osseuse, incluant les os et le squelette, est considérée comme bien plus qu’une simple charpente physique; elle représente symboliquement nos fondements intérieurs, nos croyances et nos archétypes les plus profonds.

Fondements et Croyances de Vie

  1. Os comme Fondements Intérieurs: Les os sont considérés comme la manifestation physique de nos structures intérieures les plus profondes. Ils représentent nos croyances de vie, souvent inconscientes, sur lesquelles nous nous appuyons quotidiennement dans notre rapport au monde.
  2. Os et Archétypes Culturels: Les os symbolisent aussi les grandes croyances des peuples, comme l’histoire, la culture, les coutumes et les religions. Ces éléments façonnent notre vision du monde et sont ancrés en nous au plus profond niveau.
  3. Croyances Personnelles: Sur un plan plus personnel, nos os reflètent nos croyances individuelles, comme notre éthique, nos peurs viscérales, ou même nos préjugés. Ces éléments constituent la base sur laquelle nous construisons notre expérience de vie.

Manifestations Physiques et Psychologiques

  1. Expression de l’Inconscient: La santé de notre structure osseuse peut refléter des perturbations dans nos croyances profondes. Par exemple, une douleur osseuse peut symboliser un conflit interne ou un bouleversement dans nos valeurs fondamentales.
  2. Os et Émotions: Les pathologies osseuses peuvent également être vues comme une manifestation physique de troubles émotionnels ou psychologiques. Par exemple, une fracture peut symboliser une “cassure” dans nos systèmes de croyances ou un choc émotionnel profond.

Métaphore de la Solidité et de la Rigidité

  1. Solidité et Rigidité: Les os sont à la fois les éléments les plus durs et les plus rigides de notre corps. Cette caractéristique peut symboliser la force, mais aussi la rigidité dans nos croyances et attitudes.
  2. Changements et Adaptation: Les problèmes osseux peuvent aussi indiquer une résistance au changement ou une difficulté à s’adapter à de nouvelles circonstances, reflétant notre propre rigidité mentale ou émotionnelle.

La symbolique des structures osseuses nous invite à regarder au-delà de la simple anatomie pour comprendre comment nos croyances les plus profondes, nos expériences et nos émotions se manifestent dans notre corps physique. Cette perspective holistique offre une compréhension plus riche de la santé et du bien-être, suggérant une interconnexion profonde entre l’esprit et le corps. Pour ceux qui s’intéressent à la médecine intégrative, à la psychosomatique, ou à la guérison holistique, ces concepts offrent une voie fascinante pour explorer la santé et la maladie sous un angle nouveau et plus profond.

Une petite histoire ?

Échos de l’Âme : Le Voyage Intérieur de Camille avec ‘Dis-moi où tu as mal

Dans ce qu’elle vivait comme les dédales de son appartement parisien, les ombres jouaient avec la lumière. Camille se tenait immobile, le regard fixé sur le livre “Dis-moi où tu as mal, je te dirai pourquoi” de Michel Odoul. Elle était enveloppée d’une atmosphère presque magique, comme si les murs eux-mêmes respiraient en écho à sa tension intérieure. Depuis qu’elle avait commencé à lire ce livre, un tourbillon d’émotions l’avait saisie, l’entraînant dans un voyage au cœur de ses douleurs les plus profondes. Autour d’elle, les objets semblaient vibrer, comme si le livre avait éveillé quelque chose de surnaturel dans l’appartement. Camille se sentait à la fois fascinée et terrifiée par les révélations du livre. Chaque chapitre disait une part cachée d’elle-même, une vérité enfouie sous des années de silence et de douleurs inexpliquées.
Une tension croissante s’empara d’elle lorsqu’elle lut le passage sur les maux de tête, qui selon Odoul, pouvaient être le reflet d’une lutte interne, un conflit entre ce qu’elle voulait et ce qu’elle croyait devoir être. Les maux de tête avaient été son compagnon constant, une douleur lancinante qu’elle n’avait jamais réussi à expliquer. Était-ce le signe de sa propre bataille intérieure ?
Cette nuit-là, Camille s’endormit dans un état de semi-conscience, où rêve et réalité se mêlaient. Elle se voyait marchant dans une forêt dense, suivant un chemin bordé de miroirs. Dans chaque miroir, le reflet de ses douleurs. Son dos courbé sous le poids de responsabilités… qu’elle imaginait ? Ses épaules tendues par les attentes des autres. Le livre était là, flottant à côté d’elle, ses pages se tournant d’elles-mêmes, comme animées par une force mystérieuse.
Au réveil, Camille sentit une transformation en elle. Elle se leva, déterminée à affronter les vérités que ce livre suggérait ou éclairait. Elle prit son téléphone et composa le numéro de sa mère. Depuis des années, un fossé silencieux s’était creusé entre elles. C’était le moment de parler, de libérer les mots et les émotions enfermés.

La conversation fut intense, ponctuée de larmes et de rires. Camille ressentit une libération émotionnelle, comme si elle s’était débarrassée d’un poids qu’elle portait depuis trop longtemps. Et alors qu’elle raccrochait, elle remarqua quelque chose d’étonnant : son mal de tête s’était évaporé. Camille, les yeux brillants d’une nouvelle compréhension, regarda à nouveau le livre. Il n’était plus seulement un guide; c’était un portail vers un monde où la douleur physique et émotionnelle ne faisait qu’un, un monde où guérir l’un signifiait guérir l’autre. Elle savait que son voyage venait juste de commencer, un voyage vers la guérison, l’acceptation et la vérité. Un voyage plein de réalisme magique, où chaque douleur était une porte vers une nouvelle découverte de soi.

Une petite histoire ?

Les Pas Invisibles

Léa, avec son air pensif et ses yeux qui semblaient toujours chercher quelque chose au loin, avait trouvé dans les pages de “Dis-moi où tu as mal” un écho à ses propres maux. Assise dans le petit salon baigné de la lumière dorée du crépuscule, elle tenait le livre comme un trésor révélé.

Son pied gauche, depuis des mois, portait une douleur sourde, un malaise qui se reflétait dans son pas incertain. Et puis, il y avait cette tension récurrente dans son genou droit, comme un rappel constant d’une blessure invisible.

Léa: “Le pied gauche… lié aux peurs du père, aux tensions Yang. Et le genou droit, le Yin, la mère. Un équilibre rompu entre les deux, peut-être?”

Elle se remémora les paroles de l’auteur sur la symbolique des membres inférieurs, reflet de nos relations au monde. Son pied gauche, était-ce le symbole de son rapport conflictuel avec son père, cet homme distant et exigeant, dont elle avait toujours cherché l’approbation sans jamais la trouver ?

Léa: “Et mon genou droit… est-ce le reflet de ma relation avec maman, avec sa tendresse étouffante, son amour qui me retenait toujours un peu trop près d’elle?”

Léa se leva, marcha lentement dans la pièce, sentant chaque mouvement comme un dialogue entre son corps et son histoire. Chaque pas était une conversation silencieuse avec son passé, avec ces émotions qu’elle n’avait jamais osé exprimer.

Léa: “Ai-je toujours cherché à m’échapper de l’ombre de papa, tout en me sentant coupable de laisser maman derrière?”

Elle se tenait maintenant devant la grande fenêtre, regardant les derniers rayons du soleil embraser le ciel. Léa pensa à son parcours, à ses choix, souvent dictés par cette quête d’équilibre entre la force paternelle et la douceur maternelle.

Léa: “Peut-être que ma douleur est le langage de mon corps, me demandant d’écouter ces parties de moi que j’ai ignorées, de guérir ces liens qui m’ont façonnée.”

Elle ferma les yeux, prit une profonde inspiration et se concentra sur ses sensations. La douleur, loin d’être un ennemi, était devenue un guide, une boussole pointant vers les blessures de son âme à apaiser.

Léa: “Je dois trouver ma voie, entre la force et la douceur, entre l’indépendance et l’attachement. Guérir, ce n’est pas seulement soulager une douleur, c’est réconcilier les parties de moi qui ont été en désaccord.”

Dans le silence de la pièce, une décision naquit dans le cœur de Léa. Demain, elle commencerait un nouveau chapitre de sa vie, un voyage vers la guérison intérieure, armée de la compréhension de son corps et de son esprit. Elle savait que le chemin serait long et parfois pénible, mais elle était prête à l’affronter. Avec le livre comme compagnon, elle se sentait moins seule, plus forte, prête à redéfinir son équilibre, un pas après l’autre.

Le Grand Livre de l’Énergie Vitale

Le Grand Livre de l’Énergie Vitale : Un Voyage au Cœur de la Médecine Énergétique

Cet ouvrage de référence, écrit par le Dr Li Wu et Nathalie Lauer, est une exploration approfondie des approches traditionnelles et contemporaines de la médecine énergétique. Que vous soyez novice ou connaisseur, ce livre vous offre une plongée dans les secrets de la médecine traditionnelle chinoise, de la médecine ayurvédique, ainsi que des thérapies basées sur les chakras et l’aura.
Chaque chapitre détaille des méthodes pratiques pour traiter divers maux, allant des virus saisonniers aux douleurs chroniques, en passant par les problèmes de peau et l’affaiblissement du système nerveux. Grâce à des fiches pratiques, apprenez à utiliser des plantes, des tisanes, l’acupression, le yoga, le tai-chi-chuan, et le qi gong pour détecter et libérer les blocages énergétiques.
Ce livre s’adresse particulièrement à ceux qui cherchent à développer leurs capacités d’auto-guérison, à prévenir les troubles de santé et à découvrir les richesses des méthodes holistiques. Que vous soyez un professionnel de la santé ou simplement curieux de mieux comprendre et gérer votre énergie vitale, ce guide est un incontournable.

Une petite histoire ?

Trouver l’Équilibre grâce à l’Énergie Vitale

Clara, consultante en marketing, se sentait constamment submergée par le stress et l’anxiété. Son travail exigeant et son rythme de vie effréné lui causaient des maux de tête persistants et un sommeil perturbé. C’est dans ce contexte qu’elle découvre le “Grand Livre de l’Énergie Vitale”.

Dès les premiers chapitres, Clara est captivée par les sections sur la gestion du stress et l’amélioration du sommeil grâce à la médecine énergétique. Intriguée, elle décide d’expérimenter les techniques proposées.

Un problème récurrent pour Clara était son incapacité à décompresser après le travail. Le livre suggérait des exercices de respiration profonde et de méditation pour calmer l’esprit. Clara commence par des sessions de cinq minutes chaque soir. Au bout de quelques semaines, elle remarque une diminution notable de son anxiété et une amélioration de la qualité de son sommeil.

Un autre défi pour Clara était sa tendance à souffrir de maux de tête en fin de journée. Le livre recommandait l’acupression pour soulager les tensions. Clara apprend les points d’acupression pour les maux de tête et les pratique régulièrement. Elle est étonnée de constater une réduction significative de la fréquence et de l’intensité de ses maux de tête.

Motivée par ces premiers succès, Clara explore d’autres aspects du livre, notamment l’utilisation des plantes médicinales pour renforcer le système immunitaire. Elle commence à incorporer dans son alimentation des tisanes et des aliments recommandés, notant une amélioration de son énergie et une réduction des petits maux saisonniers.

Le dialogue intérieur de Clara change progressivement. Elle se surprend à penser : “Je ne suis pas juste une victime du stress, je peux le gérer.” Cette nouvelle perspective, alliée à ses pratiques quotidiennes d’auto-guérison, lui confère un sentiment de contrôle et d’harmonie.

Clara partage ses expériences avec sa famille et ses amis, leur expliquant comment le livre a été un catalyseur de changement dans sa vie. “C’est comme si j’avais redécouvert ma propre force”, confie-t-elle lors d’un dîner. Grâce au “Grand Livre de l’Énergie Vitale”, Clara a non seulement surmonté ses défis personnels mais a également inspiré son entourage à explorer la puissance de la médecine énergétique.

60 minutes pour prévenir le burn-out de Margaux Studer

Notre analyse du livre

But essentiel : Intentionnalité de l’auteur : Margaux Studer vise à éduquer et à sensibiliser sur la prévention du burn-out. À travers des expériences personnelles et des conseils pratiques, elle cherche à aider les lecteurs à reconnaître et à gérer les symptômes du burn-out. Le choix des thèmes (besoins fondamentaux, valeurs personnelles, intuition, gestion des conflits, etc.), du style (narratif personnel, direct et empathique), et de la narration (progression logique, chapitres structurés avec questions et conseils) vise à rendre le sujet accessible et engageant pour un large public.

  • Objet principal :
  • Le livre aborde divers éléments clés liés au burn-out, notamment :
      • Besoins fondamentaux : importance de prendre soin de soi-même en termes de santé physique et mentale.
      • Valeurs personnelles : réflexion sur ce qui compte vraiment pour l’individu et comment cela influence le travail et la vie personnelle.
      • Intuition : encourager l’écoute de son intuition comme un guide pour la prise de décision et la prévention du burn-out.
      • Gestion des conflits et refus du mobbing : stratégies pour gérer les conflits interpersonnels et éviter le harcèlement.
  • Dimension subjective :
    • Dynamiques émotionnelles et relationnelles : Le livre explore la façon dont le burn-out affecte les émotions et les relations. L’auteur partage ses propres expériences émotionnelles, offrant un aperçu intime des effets dévastateurs du burn-out sur la vie personnelle et professionnelle.
  • Synthèse :
    • Lien entre intentionnalité, objets, et dimension émotionnelle : Studer relie son intention de prévenir le burn-out à la reconnaissance et la gestion des besoins fondamentaux, des valeurs personnelles et de l’intuition. Elle montre comment l’ignorance de ces aspects peut conduire à l’épuisement émotionnel et physique. En intégrant ces éléments, elle offre une compréhension holistique de la prévention du burn-out.

Les voies du destin… Du burn out à l’amour

 

Début d’un roman que nous a inspiré le livre !

 

Prologue : Sous les Lumières de Paris

Dans les ruelles pavées et brumeuses de Paris, une ville où la splendeur historique flirtait avec l’ombre de la mélancolie moderne, deux âmes égarées se frayaient un chemin à travers le labyrinthe de la vie urbaine. Clara Lefevre, une jeune cadre prometteuse dans l’univers impitoyable de la publicité, et Marc Girard, un infirmier passionné et altruiste, menaient chacun un combat solitaire contre un ennemi invisible et insidieux : le burn-out.

La Ville des Lumières et des Ombres

Paris, avec ses boulevards majestueux et ses cafés intimes, était une ville de contrastes. Derrière chaque façade haussmannienne se cachait une histoire, derrière chaque regard échangé dans le métro, un secret. C’était une ville qui promettait amour et aventure, mais pour Clara et Marc, elle était devenue le théâtre de leur lutte intérieure.

Clara, native de Bordeaux, avait été attirée par la capitale comme tant d’autres, avec des rêves plein les yeux et une ambition brûlante. Elle avait vite gravi les échelons dans l’agence de publicité où elle travaillait, se faisant un nom parmi les requins de l’industrie. Mais le coût de cette ascension était élevé. Sous le poids des deadlines et des attentes démesurées, Clara avait perdu son éclat. Ses journées étaient devenues une course contre la montre, ses nuits, peuplées de cauchemars où se mêlaient chiffres de vente et stratégies marketing. Le peu de temps libre qu’il lui restait se dissolvait dans la solitude de son appartement sous les toits, où les rires des passants dans la rue lui semblaient appartenir à un autre monde.

Marc, quant à lui, était un Parisien de naissance, un enfant de la ville lumière. Il avait choisi la voie de l’aide et du soin, travaillant dans un des hôpitaux les plus fréquentés de la ville. Son quotidien était un ballet incessant de cas urgents, de vies à sauver, de douleurs à apaiser. Il trouvait dans son travail une satisfaction profonde, mais le rythme effréné, les nuits blanches et le poids émotionnel de chaque décision commençaient à éroder son enthousiasme. Il rentrait chez lui chaque matin, après ses longues gardes de nuit, dans un appartement vide où les murs semblaient absorber ses soupirs de fatigue.

Le Réveil Brutal

Un soir d’hiver, alors que Paris s’était drapée d’un manteau de brouillard, Clara s’effondra. Elle était seule dans son bureau, face à un énième plan marketing à finaliser. Sa respiration s’accéléra, son cœur tambourinait contre sa poitrine, et les murs semblaient se rapprocher. C’était un appel au secours de son corps et de son esprit, un signal que tout ne tournait pas rond. Ce soir-là, elle réalisa qu’elle ne pouvait plus continuer ainsi.

Pour Marc, la prise de conscience fut tout aussi dramatique. Une nuit, après une série de cas particulièrement difficiles, il se retrouva incapable de prendre une décision cruciale pour un patient. Ce moment d’hésitation, bref mais lourd de conséquences, fut le miroir de son épuisement. Il comprit qu’il ne pouvait plus être le pilier de secours sur lequel tous comptaient s’il s’effondrait lui-même.

La Quête d’Équilibre

Dans leur quête désespérée de réponses, Clara et Marc trouvèrent refuge dans le livre de Margaux Studer, “60 minutes pour prévenir le burn-out”. C’était un phare dans leur tempête, offrant des conseils pratiques et un réconfort dans ses pages. Le livre les amena à s’interroger sur leurs choix de vie, leurs priorités, et la façon dont ils géraient leur stress et leur fatigue.

Pour Clara, cela signifiait apprendre à dire non, à reconnaître ses limites, à redécouvrir les plaisirs simples comme une promenade le long de la Seine ou un café pris en terrasse, loin de l’agitation du bureau. Pour Marc, cela se traduisait par des nuits de sommeil réparateur, des moments de détente avec des amis, et surtout, l’acceptation que prendre soin de soi n’était pas un acte d’égoïsme, mais de nécessité.

Sous le Ciel de Paris

Le destin allait bientôt entrelacer leurs chemins. Ils se rencontreraient lors d’un atelier sur la prévention du burn-out organisé dans un charmant petit café du Marais. Ce serait le début d’une histoire, pas seulement de guérison, mais aussi d’amour, de découverte de soi et de l’autre.

Sous les lumières de Paris, Clara et Marc allaient apprendre que la plus grande force réside dans la vulnérabilité, et que dans la quête d’équilibre, on peut trouver non seulement la paix, mais aussi l’amour.

Les princesses ont toujours raison – Peau d’Ane

Découvrez l’analyse perspicace de Fabrice Midal sur le conte “Peau d’Âne”. Cet article explore les thèmes du désir complexe, de la résilience face au traumatisme, de la puissance de l’amour véritable, de la réappropriation de soi, de la réconciliation, et de la nature sauvage du désir humain, offrant une lecture profonde du conte classique.

L’histoire

L’histoire de “Peau-d’Âne” de Charles Perrault comporte plusieurs moments clés :

  1. Un Roi Heureux : Un roi grand et aimé vit une vie prospère avec sa femme belle et vertueuse, et leur fille gracieuse. Leur bonheur est accentué par un âne magique qui produit des pièces d’or​​.
  2. Décès de la Reine : La reine tombe gravement malade et meurt, en faisant promettre au roi de ne se remarier qu’avec une femme plus belle qu’elle​​.
  3. Le Roi et sa Fille : Après le décès de sa femme, le roi, ne trouvant aucune femme à la beauté équivalente à celle de la défunte reine, se tourne vers sa propre fille, la jugeant plus belle que sa mère, et décide de l’épouser​​.
  4. Refus de la Princesse : Horrifiée par la proposition de son père, la princesse consulte sa marraine, la fée des Lilas, pour trouver une issue. La fée lui suggère de demander au roi des robes impossibles à fabriquer pour retarder le mariage​​.
  5. Les Trois Robes : La princesse demande d’abord une robe couleur du temps, puis une robe couleur de la lune, et enfin une robe couleur du soleil. Contre toute attente, le roi parvient à faire fabriquer ces robes​​.
  6. La Peau d’Âne : Lorsque toutes les autres tentatives échouent, la fée conseille à la princesse de demander la peau de l’âne magique. Après avoir obtenu la peau, la fée dit à la princesse de s’enfuir déguisée sous cette peau​​.
  7. La Nouvelle Vie de la Princesse : Vivant sous un déguisement de souillon, la princesse travaille dans une ferme. Elle attire l’attention du fils du roi, propriétaire de la ferme, qui la voit un jour habillée de manière élégante et tombe amoureux d’elle sans savoir qui elle est réellement​​.
  8. Le Gâteau Magique : Tombé gravement malade par amour, le prince demande que Peau-d’Âne lui fasse un gâteau. En le cuisinant, elle laisse tomber une bague dans la pâte, que le prince trouve plus tard en mangeant le gâteau​​.
  9. La Quête de la Bague : Le prince, déterminé à épouser celle à qui appartient la bague, organise un test pour que toutes les femmes du royaume essaient la bague. Finalement, Peau-d’Âne est appelée et sa véritable identité est révélée lorsque la bague lui va parfaitement​​.

 

 
 

Interprétation

 

L’histoire de “Peau-d’Âne” offre plusieurs leçons et sagesses

 

  • La Vertu de la Patience et de la Résilience : La princesse fait face à une situation difficile avec patience et résilience, cherchant des solutions plutôt que de céder au désespoir.

 

  • L’Importance de la Sagesse et du Conseil : La princesse s’appuie sur les conseils de la fée des Lilas, montrant l’importance de chercher la sagesse et le soutien dans les moments difficiles.

 

  • La Force de la Morale et de la Vertu : La princesse refuse de se soumettre à une demande immorale, même venant de son propre père, soulignant l’importance de rester fidèle à ses principes.

 

  • Les Conséquences Inattendues des Promesses : La promesse de la reine mourante au roi mène à des conséquences imprévues et montre qu’il faut réfléchir aux implications potentielles de nos paroles et engagements.

 

  • L’Apparence vs la Réalité : L’histoire illustre comment les apparences peuvent être trompeuses. La princesse, bien que déguisée en souillon, conserve sa noblesse intérieure et sa beauté véritable.

 

  • L’Amour Véritable Triomphe : Finalement, c’est l’amour sincère et pur qui triomphe, soulignant que l’amour véritable va au-delà des apparences et des circonstances.

 

  • L’Importance de l’Autonomie et de l’Indépendance : La décision de la princesse de fuir plutôt que de se soumettre à un mariage forcé montre l’importance de l’autonomie personnelle et du courage de prendre son destin en main.

La sagesse de Fabrice Midal

 

  • Les Complexités du Désir : Le conte illustre comment le désir peut être complexe et parfois destructeur, comme le montre le désir incestueux du roi pour sa fille.

 

  • La Résilience Face au Traumatisme : La princesse, bien que traumatisée, trouve des moyens de se reconnecter avec sa dignité et son humanité, montrant l’importance de la résilience et de l’autopréservation.

 

  • La Puissance de l’Amour Véritable : Le prince voit au-delà des apparences et aime la princesse pour sa véritable essence. Cela souligne que l’amour véritable peut transcender les circonstances extérieures et restaurer la dignité.

 

  • La Réappropriation de Soi : Peau d’Âne trouve des moments pour se rappeler de sa vraie nature et de sa noblesse, ce qui est crucial pour sa guérison et sa transformation.

 

  • Le Pardon et la Réconciliation : La fin du conte avec la réconciliation et le pardon entre le roi et sa fille montre l’importance de guérir des blessures passées pour avancer.

 

  • La Nature Sauvage du Désir : Le conte symbolise également la nature brute et sauvage du désir humain, et comment elle peut être apprivoisée ou canalisée de manière constructive à travers l’amour.

Et si je tentais de réécrire “Peau d’Ane” ?

Dans l’ombre d’un royaume oublié était un roi. Ce roi, dont l’âme voguait dans le silence de ses vastes chambres, aimait une reine. Elle, belle comme les premières lueurs de l’aube, portait en elle un secret, une tristesse profonde qu’elle dissimulait derrière un sourire timide. De leur union naquit une fille, une enfant aux yeux clairs, reflets d’un ciel d’été. Elle grandit, isolée, dans les jardins clos du palais, apprenant le monde à travers les fenêtres de son âme solitaire.

Un jour, la maladie vint. Elle s’installa, insidieuse, dans le corps de la reine, la consumant lentement. Le roi, déchiré par un chagrin sans nom, veillait à son chevet, cherchant désespérément dans ses yeux un signe, un espoir. Mais la reine, dans un murmure presque inaudible, lui fit promettre, une promesse lourde comme les cieux d’orage : ne se remarier qu’avec une femme surpassant sa beauté. Une promesse impossible, un vœu éphémère, lancé dans le vent de l’agonie.

La reine s’en alla, laissant derrière elle un royaume en deuil, un roi en ruines, et une princesse errant dans les allées du jardin, comme un spectre, perdue dans les méandres de son innocence. Le roi, hanté par le spectre de son amour perdu, se détourna de sa fille, laissant le vide envahir son cœur..

La princesse, dans son isolement, grandit. Une fleur dans un désert. Elle fleurissait en beauté, en grâce, à l’abri des regards. Son père, le roi, égaré dans les méandres de son chagrin, la découvrit un jour, comme par hasard, comme s’il la voyait pour la première fois. Sa beauté le frappa, éveillant en lui un désir profond, interdit, qui vint à le consumer de l’intérieur. Il voulut l’épouser, pour honorer cette promesse faite à la reine mourante, ignorant l’abîme qu’il creusait alors entre eux.

La princesse, terrifiée, se tourna vers sa marraine, la fée Lilas, cherchant refuge dans ses paroles, dans son regard. La fée, dans sa sagesse ancienne, lui souffla des énigmes, des défis impossibles pour le roi – des robes de couleur du temps, de la lune, du soleil. Mais le roi, aveuglé par son désir, releva chaque défi, apportant ces robes impossibles à la porte de la princesse.

La dernière épreuve, la demande de la peau de l’âne magique, fut la plus cruelle. Le roi, dans son obsession, ne vit pas la douleur qu’il infligeait, ne vit pas la lumière s’éteindre dans les yeux de sa fille.

La princesse, revêtue de la peau d’âne, s’enfuit dans la nuit. Elle quitta le palais, laissant derrière elle sa vie, ses rêves. Dans un village lointain, elle se cacha sous cette peau, devenue son refuge, son armure contre le monde.

Et là, dans cette cabane modeste, sous les étoiles silencieuses, elle rêvait. Parfois, elle se glissait dans ses robes magnifiques, se regardait dans le miroir brisé, cherchant à se rappeler qui elle était, avant que tout ne bascule.

Dans le village, la princesse sous sa peau d’âne vivait, invisible, une ombre parmi d’autres. Jours après jours, elle s’effaçait, devenant une part du décor, une figure parmi les figures du village, simple gardienne des bêtes.

Mais un jour vint… le prince !  Jeune, d’une beauté troublante, portant en lui cette même solitude que la princesse reconnaissait en elle. Il la vit, un jour de fête, parée de sa robe couleur de soleil, un éclat fugace dans l’obscurité de sa cabane. Il fut frappé, non pas par sa beauté, mais par ce qui émanait d’elle – une force, une tristesse, une énigme.

Le prince, de retour dans son palais, ne pouvait l’oublier. Il demanda un gâteau fait par ses mains, un lien, un geste. Dans la pâte, une bague se glissa, symbole de son passé, de son identité perdue.

Et ce fut cette bague qui scella leur destin. La princesse, appelée au palais, révélée dans sa véritable splendeur, fit tomber la peau d’âne, laissant apparaître la femme, la princesse qu’elle n’avait jamais cessé d’être.

Dans les yeux du prince, elle vit enfin le reflet de son propre être, non pas une figure de désir, mais une âme sœur. Leur union fut la célébration de la fin d’un long voyage, le retour à la lumière après un long séjour dans les ténèbres.

Et c’est ainsi que le conte se termine, non pas dans l’oubli, mais dans la mémoire de ces moments passés, dans la douce mélancolie des choses qui étaient et qui ne seront plus jamais.

La princesse, autrefois prisonnière de son destin, trouva dans son voyage un chemin vers sa propre renaissance, un hymne à la résilience de l’esprit humain. La fin de leur conte n’était pas une simple conclusion, mais le commencement d’une nouvelle légende, écrite non pas dans les pages des livres de contes, mais dans les cœurs de ceux qui osent braver l’obscurité pour trouver leur lumière.

 
 
 

1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN

Voir aussi un exemple concret : l’écoute de podcasts !

Quentin Turquet nous prend doucement par la main…

 

Il n’est pas rare de sentir un léger malaise face à la répétition du quotidien. « 1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN » vient à la rescousse de ceux qui cherchent à injecter un vent de fraîcheur dans leur vie quotidienne, sans avoir à se plonger dans des tomes complexes sur le développement personnel ou la psychologie humaine. L’auteur dévoile avec délicatesse un chemin élégant mais efficace pour réinventer la routine. En prenant la plume, il offre aux lecteurs une mosaïque d’habitudes à explorer. Chaque mois se voit attribuer une valeur fondamentale – de la santé à l’authenticité, en passant par le bonheur et la discipline – engendrant ainsi un parcours équilibré et harmonieux tout au long de l’année.
Cette démarche ne prône pas un changement radical et instantané. Au contraire, le lecteur est encouragé à adopter ces nouvelles pratiques à son propre rythme, en s’octroyant la liberté de les ajuster selon ses besoins et aspirations personnelles. Ce livre n’est pas une doctrine, mais un compagnon silencieux qui marche aux côtés de ceux désireux de donner une nouvelle profondeur à leur existence.
Pour ceux qui ressentent l’appel de l’aventure, des challenges supplémentaires s’ajoutent à ces habitudes, pour titiller la curiosité et provoquer des étincelles d’énergie et d’enthousiasme. Rien d’imposé, tout est invitation. C’est dans cette souplesse que réside la beauté de l’ouvrage. « 1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN » est une œuvre à la fois subtile et puissante, un délicat équilibre entre l’élégance de l’écriture et la pragmatique quotidienne. L’occasion peut-être, pour les couples, les amis, les familles, d’unir leurs forces, de partager cette quête et d’enrichir l’expérience par le prisme des perspectives multiples.

 

Storytelling

La vallée était verdoyante, et chaque arbre et chaque brin d’herbe lui semblait baigné d’une lumière sereine. Élise, pourtant, se trouvait à un carrefour de sentiers. Elle était là, hésitante, chaque chemin offrant un horizon différent, une promesse distincte.
Un vieux sage, à la barbe aussi blanche que la neige, la regardait avec des yeux emplis d’une douceur infinie. Il s’approcha, son sourire évoquait une chaleur réconfortante : « Je vois l’orage des questionnements dans ton regard, jeune Élise. » Élise leva les yeux, et ses mots, comme chargés d’une douce mélancolie, trouvèrent le chemin de l’air. « Je suis prisonnière d’une routine qui érode mon âme. Je cherche le changement positif, mais il me fuit, insaisissable. » Le vieux sage hocha la tête, « La transformation personnelle, mon enfant, est un voyage, non une destination. » Il pointa vers le sentier du milieu, « C’est un chemin d’apprentissage continu. Une voie où chaque pas est une découverte de soi. »
« Mais comment puis-je acquérir la vitalité nécessaire pour emprunter ce chemin ? » demanda Élise.
Le vieux sage sourit, son rire résonnant avec la douce mélodie du vent dans les arbres. « La vitalité naît du bien-être. Prends soin de ta santé, nourris ton corps et ton esprit, et tu seras une rivière débordante d’énergie. » Élise regarda le sentier, ses yeux emplis d’une curiosité naissante. « Et le bonheur ? Est-il une fleur que l’on cueille sur ce sentier d’apprentissage ? »
« Le bonheur, chère enfant, n’est pas une quête mais une création. C’est l’essence même du développement personnel. Tu le façonneras dans l’atelier de tes actions et de tes pensées. Cultive de bonnes relations, avec toi-même et avec les autres, et le bonheur fleurira comme le printemps après un hiver rigoureux. » Élise semblait absorbée par chaque parole du vieux sage. Il y avait dans ses mots une lumière qui dissipait l’obscurité de ses doutes.
« Mais comment briser la chaîne de la routine ? » Elle posa cette question avec une ardente soif de libération. Le vieux sage la prit par la main et la guida vers le sentier du milieu. « Vois-tu, Élise, la routine est un sol fertile où la graine de l’anti-routine peut être semée. Embrasse chaque jour comme une terre inexplorée. Que chaque aube soit une invitation à la découverte, et chaque crépuscule, un miroir de réflexion. »
Élise, les yeux brillants d’une nouvelle lumière, s’engagea sur le sentier. Chaque pas résonnerait-il de la promesse d’une aube nouvelle ?
Le vieux sage, avec la sagesse de ses années et la douceur de ses paroles, avait allumé une flamme. Une flamme qui danserait et grandirait au rythme des pas d’Élise, illuminant son chemin de transformation personnelle dans l’abondante forêt de la vie.

Un peu plus tard Élise s’avançait sur le sentier, les paroles du vieux sage résonnant en elle comme une mélodie douce et envoûtante. Chaque mot était une étincelle, illuminant les recoins sombres de ses pensées et de ses incertitudes. Le vent caressait ses cheveux, chaque souffle de la nature semblant porter les échos des sages paroles qu’elle venait de recevoir. Elle murmurait chaque mot : “transformation personnelle”, “développement personnel”, “bien-être”… Ces termes, autrefois abstraits et lointains, prenaient désormais une forme et une substance, comme des pierres précieuses qu’elle pouvait toucher et sentir. Mais alors qu’elle progressait, une question se posait, insistant et insistante. Comment ces mots, aussi beaux et puissants soient-ils, s’articuleraient-ils dans la trame complexe et imprévisible de la vraie vie ? Comment le “changement positif” se traduirait-il au-delà du sentier, dans le monde tumultueux et bruyant où la routine et le quotidien gouvernent impitoyablement ?
“Énergie”, “santé”, “vitalité”… Elle réfléchissait à ces mots, les retournant dans son esprit comme on caresse des pierres lisses au bord d’une rivière. Elle comprenait leur importance, leur valeur, mais le pont entre la compréhension et la mise en pratique était un territoire non cartographié, un mystère qu’elle se sentait à la fois impatiente et anxieuse de démystifier. “Relations”, “bonheur”, “découverte de soi”… Comment ces éléments s’entrelacent-ils dans le dance complexe de l’existence ? Comment, dans le rythme effréné du monde, trouve-t-on le temps et l’espace pour cultiver, arroser et nourrir ces graines pour qu’elles fleurissent en un jardin luxuriant ? “Apprentissage”, “anti-routine”… Élise était à ce carrefour de la connaissance et de l’action, où les mots et les idées doivent prendre racine dans le sol fertile des actes et des choix quotidiens pour révéler leur vrai pouvoir.  Ces mots étaient désormais ses compagnons de voyage, et la jeune femme savait qu’à chaque étape de son périple, elle devrait les inviter, les consulter, et les laisser guider ses pas, à travers la vallée sereine et au-delà, dans le vaste, complexe et magnifique paysage de la vie.

Manipulation de l’Esprit : L’Impact Éthique et Spirituel de la Technologie

David Colon, “La guerre de l’information”, “Les Etats à la conquêt de nos esprits”

Dans ce livre qui vient de sortir (Septembre 2023), David Colon dit tout l’impact que cette VRAIE guerre à sur nos esprits

Voici l’une des explications qu’il propose à notre conscience, son livre étant, au-delà, très complet en termes de géopolitique

La confrontation contemporaine ne se limite plus à des champs de bataille physiques mais s’étend désormais au cerveau humain, une réalité alarmante qui nécessite une attention urgente. Les réseaux sociaux tels que TikTok ont créé une dynamique où le contenu addictif et l’engagement utilisateur priment, souvent aux dépens du bien-être mental et physique des utilisateurs. L’interface addictive de l’application, conçue pour encourager la réaction plutôt que la réflexion, rappelle tristement l’épidémie d’opium qui a autrefois ravagé la Chine.
Les cas de jeunes impressionnables engagés dans des défis dangereux, voire mortels, mettent en lumière les risques associés à une consommation non régulée et incontrôlée de ces contenus. La responsabilité de TikTok dans la propagation de contenus nocifs est un sujet de préoccupation croissante, exacerbé par son refus de s’aligner sur les directives de protection des mineurs.
Au-delà des préoccupations immédiates liées à la santé et à la sécurité, une menace plus insidieuse émerge. Les stratèges militaires, en particulier en Chine, reconnaissent le potentiel de la guerre cognitive – une confrontation où le cerveau humain devient à la fois le champ de bataille et l’enjeu. La « guerre intelligentisée » s’appuie sur des technologies avancées pour manipuler l’information, accélérer la prise de décision, et saturer l’ennemi avec un flux incessant de contenus pour affaiblir ses défenses psychologiques et cognitives.
Cette nouvelle forme de guerre a le potentiel de déstabiliser des nations, manipulant les perceptions et les croyances pour affaiblir la société de l’intérieur. Il s’agit d’un combat silencieux mais dévastateur pour l’intégrité cognitive, où les victoires ne sont pas mesurées par les territoires conquis, mais par les esprits influencés.

Ce que nous en déduisons sur un plan spirituel

Sur un plan spirituel, la situation décrite engendre une série de réflexions profondes. Elle soulève des questions concernant la dignité humaine, l’intégrité de l’âme, et les effets de la technologie et de la manipulation cognitive sur notre essence spirituelle.

Dignité Humaine

Valorisation de l’Individu :

  • La manipulation de la conscience et de la psychologie individuelle par des technologies comme TikTok peut être vue comme une violation de la dignité humaine. Spirituellement, chaque personne est souvent considérée comme unique, précieuse et dotée d’une âme inviolable.

Intégrité de l’Âme

Influence Externe :

  • La subversion des valeurs individuelles et la manipulation des comportements par des algorithmes et des contenus numériques peuvent être interprétées comme des attaques à l’intégrité de l’âme. Dans de nombreuses traditions spirituelles, la liberté de choix et la volonté propre sont centrales à la croissance et au développement spirituels.

Technologie et Spiritualité

Harmonie et Équilibre :

  • La dépendance et la manipulation technologiques peuvent être perçues comme des perturbateurs de l’équilibre spirituel. Les technologies qui manipulent ou exploitent l’esprit peuvent entraver la quête individuelle de sens, de paix et d’harmonie.

Questions Spirituelles Profondes

Quête de Sens :

  • L’impact des médias sociaux et des technologies de l’information sur notre perception de la réalité, nos croyances et nos valeurs peut affecter la quête spirituelle d’un individu. Cela soulève la question de savoir comment maintenir l’authenticité et la pureté de l’âme dans un monde saturé d’informations et d’influences externes.

Liberté Spirituelle :

  • La manipulation cognitive et psychologique érode la liberté spirituelle, la capacité d’explorer, d’exprimer et de cultiver son propre parcours spirituel. La saturation de l’esprit avec des contenus manipulés et dirigés menace cette liberté.

Un Appel à la Vigilance Spirituelle

L’éveil spirituel dans ce contexte exige une vigilance accrue face aux forces qui cherchent à manipuler et contrôler l’esprit et l’âme. Il invite à une réaffirmation des valeurs spirituelles de l’autonomie, de la dignité et de l’intégrité. Dans un monde de plus en plus dominé par des forces invisibles et insidieuses, la préservation de l’espace sacré intérieur, où réside l’essence véritable de chaque individu, devient un acte de résistance et d’affirmation spirituelle.

L’inconscient ou l’oubli de l’histoire

Quand le Passé façonne notre Psyché

Hervé Mazurel, dans son ouvrage majeur, pose une question cruciale : notre inconscient est-il vraiment déconnecté de l’histoire qui l’entoure ? En reliant psychanalyse, histoire des sensibilités, sociologie psychologique et anthropologie critique, ce livre éclaire les liens entre l’individu et son contexte socioculturel.

1. Freud et le Postulat de l’Inconscient universel

Mazurel questionne le postulat de Freud selon lequel l’inconscient transcende les réalités socio-culturelles. Selon Freud, la structure de la personnalité qu’il étudiait chez ses patients du XIXe siècle représentait l’humain dans son universalité. Mais Mazurel soulève un point crucial : cette perception n’était-elle pas plutôt le reflet d’une époque, d’une culture et d’une classe sociale spécifiques ?

2. La Vie psychique à travers l’Histoire

L’auteur nous entraîne dans une exploration où il démontre que notre psyché est imprégnée d’histoire. Les changements dans le refoulement pulsionnel et le contrôle des émotions ne sont-ils pas le reflet des évolutions de nos mœurs et de nos désirs ? Mazurel nous incite à regarder comment des éléments tels que les tabous, la pudeur ou la définition de l’intimité ont évolué au fil du temps.

3. Les Névroses à travers les Âges et les Classes

Chaque époque, chaque classe sociale peut présenter ses propres formes de névroses. Les fantasmes, les symboliques des rêves et même des complexes aussi fondamentaux que le complexe d’Œdipe sont influencés par les évolutions sociales, les dynamiques familiales et les rapports de genre.

4. Un Appel à l’Évolution de la Psychanalyse

Enfin, “L’inconscient ou l’oubli de l’histoire” est une invitation pour la psychanalyse et les sciences psychologiques à reconnaître l’influence séculaire de l’histoire sur nos inconscients. C’est un plaidoyer pour la compréhension de notre vie psychique et affective, non pas comme un élément isolé, mais profondément enraciné dans le tissu socio-historique.

Composition du Psychisme Inconscient : Mémoire, Désirs et Histoire

Notre psychisme inconscient demeure un mystère pour beaucoup d’entre nous. Au cœur de cet inexploré se trouvent des fragments d’émotions, d’apprentissages et de souvenirs qui façonnent notre identité. Dans cette analyse, nous plongerons dans les profondeurs de l’inconscient, inspirés par les idées de Cornelius Castoriadis et d’autres penseurs, pour découvrir comment l’inconscient est lié non seulement à nos vies individuelles, mais aussi à la richesse de l’histoire collective.

1. L’Inconscient : Un Réservoir de Mémoire et d’Émotion

L’inconscient est principalement un lieu de mémoire. Il abrite nos désirs non réalisés, nos traumatismes cachés, ainsi que nos leçons apprises pendant l’enfance et ensuite oubliées. Au-delà de cela, comme le mentionne Castoriadis, il s’agit d’un “magma” d’émotions, de désirs et de pensées qui, souvent à notre insu, influencent nos actions et notre perception du monde.

2. Langage et Corps : Les Voies de l’Inconscient

L’inconscient s’exprime de différentes manières, notamment à travers le langage, révélant parfois nos secrets les plus cachés. Il se manifeste également dans nos gestes, notre respiration, et nos émotions, servant d’intermédiaire entre nos pensées internes et le monde extérieur.

3. Les Liens avec le Passé : La Profondeur Historique de l’Inconscient

Une perspective fascinante sur l’inconscient est qu’il n’est pas seulement personnel, mais aussi collectif. Les générations passées, à travers leurs expériences et leur héritage, habitent notre inconscient. Ces ancêtres influencent nos désirs, rêves et émotions, jouant un rôle déterminant dans notre comportement quotidien. En somme, l’inconscient est un pont entre le passé, le présent et l’avenir.

4. L’Importance de Reconnaître notre Histoire Collective

Reconnaître que l’inconscient est intrinsèquement lié à l’histoire nous pousse à réévaluer notre compréhension de nous-mêmes. En examinant de plus près ces souvenirs cachés, nous pouvons découvrir l’impact de l’histoire collective sur notre individualité.

Débordé ? Gestion du temps

Voir aussi l’article de LOVE FRANCE


 

Gérer Son Temps : Un Voyage vers la Meilleure Version de Soi

Apprendre à gérer son temps est une aventure profonde et enrichissante. C’est bien plus qu’une simple tâche, c’est une expression de qui nous sommes et de ce que nous aspirons à créer. Chaque moment compte et savoir comment l’utiliser judicieusement est un art en soi.

Le voyage vers une meilleure gestion du temps Gérer son temps est une quête, semée de réussites, d’échecs, de découvertes et de remises en question. Tout comme un héros naviguant à travers une épopée, chaque individu doit faire face à des défis quotidiens, nécessitant persévérance, conviction et persistance.

La puissance des choix individuels Il n’y a pas de machine universelle pour gérer le temps, car la gestion du temps est profondément personnelle et multidimensionnelle. Elle touche des aspects tels que les émotions, les relations, et même la physiologie. Bien que des outils puissent nous guider, le pouvoir réel réside dans nos choix individuels.

L’impact du management sur la gestion du temps Si vous êtes manager, votre rôle est crucial. Votre approche de la gestion du temps peut avoir un effet d’entraînement :

  1. Amélioration personnelle : Votre propre efficacité et bien-être sont amplifiés.
  2. Efficacité d’équipe : L’adoption de bonnes pratiques peut améliorer la productivité de toute l’équipe.
  3. Empowerment individuel : Transmettez vos connaissances à chaque membre de votre équipe et regardez-les s’épanouir.

Des bénéfices qui rayonnent La gestion efficace du temps ne se limite pas au travail. Elle se répercute dans toute l’entreprise, renforce les bonnes pratiques et accroît l’efficacité générale. De plus, une meilleure gestion du temps se traduit par des avantages dans la vie personnelle, des relations familiales épanouies, des loisirs enrichis, et une estime de soi renforcée.
La gestion du temps est un voyage qui mérite d’être entrepris. Elle nécessite une introspection, une volonté et des outils, mais les récompenses sont inestimables.

Décortiquons chaque chapitre pour une gestion du temps optimisée

Chaque moment compte. Si vous cherchez à gérer votre temps de manière efficace, ces chapitres sont une mine d’or pour y parvenir. Gardez à l’esprit les termes clés tels que “gestion du temps”, “efficacité”, “principes fondamentaux” et “management” pour une recherche optimisée.

Chapitre 1 : Les Fondamentaux de la Gestion du Temps La gestion efficace du temps repose sur la compréhension et la réalisation de ce qui est véritablement essentiel. Découvrez les enjeux et les étapes fondamentales pour maîtriser et prendre en main votre temps.

Chapitre 2 : Diagnostic de Votre Gestion du Temps Actuelle Avant de progresser, vous devez savoir où vous en êtes. Ce chapitre vous guide dans l’analyse de vos habitudes actuelles, identifiant vos points forts et vos domaines d’amélioration.

Chapitre 3 : Les Pilliers de la Gestion du Temps S’appuyant sur des principes éprouvés, ce chapitre est votre guide pour réinventer votre relation avec le temps. Apprenez à prioriser, focaliser et optimiser chaque moment.

Chapitre 4 : Gestion du Temps pour les Managers Être à la tête d’une équipe requiert une approche spécifique en matière de gestion du temps. Explorez les pratiques essentielles pour garantir l’efficacité de chaque membre de votre équipe.

Chapitre 5 : Sélectionner et Maîtriser vos Outils Des outils adaptés peuvent décupler votre efficacité. Découvrez une gamme d’outils éprouvés pour atteindre vos objectifs, et apprenez à les personnaliser selon vos besoins.

Chapitre 6 : Collaborer Efficacement avec Autrui La collaboration est essentielle pour l’efficacité collective. Dans ce chapitre, vous trouverez des stratégies pour travailler harmonieusement avec d’autres, garantissant une synergie maximale.

Chapitre 7 : Maintenir la Discipline dans le Temps Instaurer une bonne gestion du temps est un défi, mais la maintenir est encore plus exigeant. Trouvez des astuces et conseils pour rester sur la bonne voie, même face aux obstacles.

En se plongeant dans ces pages, vous aurez accès à une expertise forgée sur des décennies de pratique et d’accompagnement professionnel. Chaque conseil, outil et pratique a été testé en conditions réelles, offrant une approche concrète et pratique de la gestion du temps.

L’humanisme contesté de Fanny Nusbaum

L’œuvre d’art de votre existence selon Fanny Nusbaum

Plongez dans le voyage philosophique proposé par Fanny Nusbaum, experte en intelligence, à travers son 4e ouvrage. Elle nous invite à percevoir notre vie non pas comme une série d’événements ordinaires, mais comme une véritable œuvre d’art sculptée par nos propres mains. Dans une époque où la société semble privilégier l’essence plutôt que l’existence, Nusbaum sonne l’alarme, nous appelant à reconquérir notre dignité, à cesser de ramper et à commencer à créer activement. Elle nous guide vers une quête d’excellence décomplexée, nous encourageant à embrasser nos aspirations les plus profondes. L’auteure nous interpelle en disant : « L’humanisme actuel nous uniformise, diluant le feu intérieur qui fait la grandeur de l’Homme. » Elle nous avertit de la dérive de notre société, la comparant à un système qui s’emballe, oublie ses valeurs et se tourne vers les dogmes. Mais loin de n’être que critique, Fanny Nusbaum nous offre une boussole pour naviguer dans ce monde compliqué. Elle dévoile 40 commandements pour résister aux normes sociétales oppressantes et embrasser pleinement la vie. Elle nous incite à redécouvrir notre courage, notre ambition et notre instinct – des outils que la bienveillance moderne semble souvent nous demander d’oublier. Chaque page de cet ouvrage est une invitation à réfléchir, à défier le statut quo et à faire de notre existence une aventure unique et passionnée. C’est un véritable appel à tous ceux qui se sentent submergés par une culture qui valorise la sécurité et la conformité au détriment de ce qu’elle appelle “la véritable essence humaine”. Si vous êtes convaincu, prêt à revendiquer votre place dans le monde et à vivre avec passion, ce livre est pour vous. Embarquez dans le voyage de la transformation avec Fanny Nusbaum et découvrez comment vous pouvez, alors, véritablement exister… Mais n’oubliez pas de garder votre esprit critique !

Fanny Nusbaum s’en prend à “la guimauve humaniste”

 

Elle entreprend d’abord d’interpréter les origines et l’évolution de l’humanisme

  1. Descartes et le Cogito : Descartes, avec son fameux “Cogito, ergo sum” (Je pense, donc je suis), a positionné la pensée comme essence de l’existence humaine. Cette affirmation suggère que l’être humain n’existe que parce qu’il pense, remettant ainsi en question la validité d’autres aspects de l’expérience humaine, comme l’action, l’intuition et l’instinct.
  2. Rejet du Corps : Selon cette opinion, Descartes aurait tendance à négliger ou à dévaloriser le corps humain, la faim, la douleur et d’autres expériences physiques, en faveur d’une existence axée sur la pensée.
  3. Parallèle avec le Nouveau Testament : La pensée cartésienne est vue comme une interprétation modernisée du Nouveau Testament. Elle met l’accent sur l’essentialisme, c’est-à-dire la croyance en une essence ou nature intrinsèque des choses.
  4. Évolution de l’Humanisme :
    • Avant les Lumières: Un humaniste était une personne qui étudiait et enseignait les langues classiques, les arts et les sciences. L’humanisme, à cette époque, signifiait retrouver sa dignité par l’auto-perfectionnement et la maîtrise de disciplines nobles.
    • Après les Lumières : Avec Diderot et d’Alembert, la définition de l’humaniste change. Dans leur Encyclopédie, ils définissent un humaniste comme un philanthrope, c’est-à-dire quelqu’un qui aime l’humanité et souhaite la promouvoir. Cette nouvelle définition déplace l’accent de l’auto-perfectionnement vers la simple promotion de l’existence humaine.
  5. Changement de Paradigme : La vie humaine est sacralisée, non pas par sa capacité à s’élever, mais simplement par son existence. L’importance est mise sur l’élévation collective des plus démunis, principalement par la pensée.

Elle présente une critique des évolutions conceptuelles de l’humanisme à travers le temps, suggérant que l’ère des Lumières a déplacé l’accent de l’auto-amélioration personnelle vers une acceptation et une célébration plus générale de l’humanité dans son ensemble.

L’auteur poursuit sa réflexion sur la nature et l’évolution de l’humanisme, en mettant l’accent sur l’essentialisme.

  1. Religion de l’Humanisme : La majorité des conventions modernes soutiennent l’humanisme, qui est défini comme la promotion de la race humaine par et pour elle-même. Ce courant est influencé par les valeurs chrétiennes, et il considère que chaque vie humaine est sacrée, indépendamment des qualités ou défauts individuels.
  2. Pandémie de Covid-19 : Lors de la pandémie, de nombreux dirigeants ont affirmé l’importance et la valeur de chaque vie humaine, illustrant la prédominance de cette vision humaniste.
  3. Promotion de la Multiplication Humaine : La société encourage la multiplication de la race humaine, même si cela peut sembler paradoxal dans un contexte de surpopulation mondiale.
  4. Essentialisme :
    • Philosophie de l’Être : L’humanisme moderne est fortement teinté d’essentialisme, qui soutient que l’essence de chaque individu est primordiale et préexistante. Les caractéristiques intrinsèques (comme le genre, la couleur de peau ou l’orientation sexuelle) sont vues comme déterminantes pour la vie de l’individu.
    • Passivité : Selon cette perspective, la vie est composée d’événements qui “arrivent” à l’individu, suggérant une forme de destin prédéfini. Cela peut mener à un mode de vie passif, où l’individu se contente simplement d’exister plutôt que de chercher activement à se réaliser.
    • Origines : L’essentialisme provient de la philosophie de Parménide et d’autres éléates, qui considéraient l’univers comme stable, éternel, et essentiellement immuable.
  5. Convention Imaginaire : La société moderne favorise une vision essentialiste de l’humanisme, où l’individu est encouragé à simplement “être” plutôt qu’à “devenir”. Cela suggère qu’à un certain moment, chaque individu reçoit une révélation de sa véritable nature et doit alors chercher à être toujours plus en accord avec cette révélation.

Elle critique donc la passivité induite par l’essentialisme et souligne le danger potentiel d’une vision de l’humanité trop statique et non évolutive.

Elle critique aussi le “développement personnel”

Pour elle toute une catégorie de personnes, qualifiées d'”essentialistes”, se caractérisent par une quête de développement personnel axée sur l’acceptation de soi  :

Les essentialistes s’investissent dans le développement personnel, cherchant à se connaître et à s’accepter plutôt qu’à se transformer ou à s’améliorer en termes conventionnels. Ils lisent sur le sujet, participent à des formations, des stages et consultent régulièrement des psychologues. Au lieu de chercher à être “meilleur”, “plus grand” ou “plus fort”, l’essentialiste apprend à s’accepter, à accueillir ses peurs et ses faiblesses. Le processus est si profond qu’il pourrait même finir par chérir ces imperfections.

L’essentialiste aime réfléchir profondément et prendre le temps de comprendre les choses et les personnes, sans nécessairement vouloir les changer. Il a tendance à être critique envers ceux qui poursuivent des objectifs ambitieux, qu’il s’agisse de réussite, de mouvement ou d’exploitation des ressources. Pour l’essentialiste, la philosophie devient une forme de morale, avec des notions claires de bien et de mal. Par exemple, il peut juger que gagner de l’argent est mal, tout en simplifiant les motivations derrière cette quête d’argent. Nusbaum suggère que l’essentialiste a une vision morale de nombreuses choses, comme l’argent, la joie, la colère, la paix et la guerre, et qu’il a tendance à porter des jugements basés sur ces perceptions.

Le rôle du féminin dans la perception et l’institutionnalisation de la vulnérabilité, en lien avec les conventions humanistes.

L’auteur explique que la symbolique féminine coïncide avec les codes humanistes, mais prévient que son discours pourrait déclencher des controverses. Elle anticipe que certains pourraient contester la notion de spécificités masculines ou féminines. Toutefois, elle souligne que diverses études ont mis en avant certaines différences entre les hommes et les femmes, en particulier sur le plan émotionnel ou en matière d’hyperactivité.

La liste exhaustive des qualités et des attributs associés au féminin, selon l’auteur, englobe des traits tels que la sensibilité, la douceur, l’empathie, la compassion, et bien d’autres. Ces symboles ne sont pas le fruit du hasard, mais sont plutôt issus d’un inconscient collectif ancien.

L’auteur cite Nietzsche pour souligner le rôle traditionnellement attribué à la femme. Elle précise cependant que ces attributs féminins ne décrivent pas nécessairement toutes les femmes. En réalité, le féminin ne se réfère pas spécifiquement à la femme. Hommes et femmes possèdent tous deux des dimensions féminines et masculines, qui s’expriment de différentes manières selon les individus et les situations. Une personne peut être prédominamment masculine dans certains contextes et féminine dans d’autres.

Donc pour elle c’est  notre époque qui est principalement féminine. Cette prédominance féminine s’est naturellement intégrée dans la “religion humaniste”, en soutien à la philosophie essentialiste prévalente.

 

L’auteur y oppose, bien sûr, l’idée de  “Restaurer le masculin”

Elle aborde la distinction entre les valeurs typiquement associées au masculin et au féminin, suggère qu’en milieu “embelliste”, des qualités comme le flair, l’excellence, l’audace et le rayonnement sont valorisées plus que la gentillesse, la bienveillance et la discrétion. Cela ne signifie pas que nous devrions abandonner les qualités féminines; au contraire, elles devraient être exprimées en fonction de la situation. Elle suggère que l’existentialisme, avec sa proactivité et sa quête d’intensité, porte l’ADN du masculin. Il est orienté vers l’action, le dépassement et la force plutôt que la réflexion ou la transmission. Ce trait est illustré par de nombreux personnages historiques, qu’ils soient hommes ou femmes. Elle liste une série d’attributs associés au masculin – de la force à la combativité, en passant par la créativité et la démesure. Ces attributs ne sont pas forcément valorisés dans la perspective de l’humanisme contemporain, mais l’auteur soutient que chaque individu aspire naturellement à exprimer sa volonté de puissance et à nourrir ces traits.
Le texte aborde aussi la tension ressentie par de nombreux individus entre leur aspiration à exister, à se différencier et à gagner en puissance, et la pression sociétale de montrer de la douceur et d’autres vertus typiquement associées au féminin. Enfin, l’auteur souligne qu’en situation de survie ou de crise, les instincts prédominants sont ceux du masculin. Le féminin se retire, se protège et soutient de manière indirecte, tandis que le masculin prend les devants.
Elle plaide pour une reconnaissance et une valorisation du masculin, tout en respectant l’équilibre avec le féminin, selon les situations et les contextes.

 

La suite s’inscrit dans une cohérence de la réflexion de l’auteur

L’éloge de la performance, qui est un thème qu’elle a déjà travaillé dans d’autres ouvrages. Puis suivent LES 40 COMMANDEMENTS DE LA SAGESSE EMBELLISTE

Un livre à lire, car il est rare de trouver une telle critique des pensées dominantes et séculaires (!)… mais en conservant sa propre force critique 😁

Notre point de vue

Exprimé également ici

L’humanisme est contesté souvent sur les points suivants

L’humanisme, qui place l’humain au centre de toute préoccupation, a connu diverses critiques depuis son émergence pendant la Renaissance. Voici quelques critiques courantes :

  1. Anthropocentrisme excessif : L’humanisme est souvent critiqué pour son anthropocentrisme, c’est-à-dire sa tendance à considérer l’humain comme l’élément central ou le plus important de l’univers. Cette vision peut mener à l’exploitation de la nature et à l’ignorance des droits des autres espèces. Elle est souvent remise en question par les écologistes, les défenseurs des droits des animaux et les penseurs post-humanistes.
  2. Optimisme démesuré : L’humanisme peut parfois être critiqué pour son optimisme concernant les capacités humaines. Cette vision peut conduire à une surévaluation des capacités humaines à résoudre les problèmes du monde et à progresser moralement et intellectuellement.
  3. Universalisme problématique : L’humanisme prétend souvent à l’universalité, suggérant une essence ou nature humaine commune. Cette vision est critiquée par ceux qui soulignent les différences culturelles, historiques et individuelles entre les personnes. De plus, elle peut mener à une marginalisation des cultures non-occidentales et à une forme de colonialisme culturel.
  4. Négligence du contexte social : Les critiques de l’humanisme soulignent souvent qu’il se concentre trop sur l’individu et néglige l’importance des contextes sociaux et économiques. Les théories comme le structuralisme, le post-structuralisme, et le marxisme mettent l’accent sur les structures sociales plutôt que sur les individus.
  5. Limites face aux avancées technologiques : Avec les progrès de l’intelligence artificielle et de la génétique, certains pensent que l’humanisme traditionnel n’est pas équipé pour traiter les questions éthiques qui se posent. Le transhumanisme, par exemple, critique l’humanisme pour son refus d’envisager l’augmentation ou le dépassement des capacités humaines par la technologie.

Il convient de noter que l’humanisme est un courant de pensée divers et ces critiques peuvent ne pas s’appliquer à toutes les formes d’humanisme. De nombreux humanistes ont également répondu à ces critiques, parfois en révisant ou en élargissant leurs conceptions de ce que signifie être humain.

On peut opposer à ces critiques des réponses précises

  1. Anthropocentrisme excessif : C’est vrai historiquement, mais les humanistes ont  élargi le concept d’humanisme pour y inclure un respect accru pour l’environnement et d’autres espèces. Le respect de la nature et le souci de la biodiversité peuvent être vus comme une extension de la préoccupation humaniste pour le bien-être et la dignité. La perspective est systémique aujourd’hui, et l’humanisme tente de tenir compte des interactions entre tous les éléments actifs du système terre.
  2. Optimisme démesuré : Il ne s’agit pas tant d’un optimisme naïf que d’un engagement actif à améliorer le monde. Ils pourraient également souligner que l’humanisme ne nie pas les défauts et les limites humaines, mais cherche plutôt à les comprendre et à les surmonter par l’éducation, la réflexion critique et l’action éthique.
  3. Universalisme problématique : Certains humanistes peuvent croire en une “nature humaine” universelle, beaucoup adoptent une vision plus flexible, soulignant la diversité des expériences et des perspectives humaines. Ils peuvent également soutenir que l’humanisme est une tradition en constante évolution, capable de s’adapter à de nouveaux contextes et de nouvelles idées.
  4. Négligence du contexte social : L’humanisme affirme l’importance des contextes sociaux et économiques et cherche à promouvoir la justice sociale et l’égalité. L’humanisme est social et combine l’accent sur la dignité humaine et l’éthique avec une critique du capitalisme et une préoccupation pour les questions sociales et économiques.
  5. Limites face aux avancées technologiques : Certains humanistes sont sceptiques à l’égard de la modification génétique, de l’intelligence artificielle, etc. D’autres embrassent ces technologies comme des outils potentiels pour améliorer la vie humaine. Ils soulignent que le défi est de s’assurer que ces technologies sont utilisées de manière éthique et bénéfique. D’autres encore se rendent compte que la problématique n’est pas celle des outils, les technologies ayant très rapidement et très profondément pénétré aussi bien les pratiques sociales que les mentalités, les prises de décision, etc.

 

Comprendre l’universalisme humaniste

Les principes universalistes de l’humanisme visent des questions de portée à la fois individuelle et collective, liées à la vaste question de la conscience :

  1. La dignité et la valeur de chaque individu : Chaque personne a une valeur intrinsèque et mérite le respect et la considération.
  2. L’autonomie personnelle : L’humanisme met l’accent sur la liberté individuelle et le droit de chaque personne à diriger sa propre vie, tant que cela ne porte pas préjudice aux autres. C’est sur cette base aussi que l’on peut faire société, en cultivant la responsabilité individuelle et collective, et la progression sur cette voie.
  3. La rationalité et l’évidence empirique : Les humanistes valorisent la pensée critique, la logique, la science et l’évidence empirique comme moyens de comprendre le monde et de prendre des décisions éthiques. Certaines voies humanistes cultivent aussi l’approche symbolique et une spiritualité laïque.
  4. L’éthique séculière : L’humanisme propose une approche de l’éthique qui ne repose pas sur des croyances religieuses ou surnaturelles, mais sur la raison, l’empathie et le souci du bien-être humain.
  5. L’engagement envers le progrès humain : Les humanistes croient en la capacité des humains à améliorer le monde et à résoudre les problèmes par l’innovation, l’éducation et l’action collective.

 

Un point sur le “développement personnel”

 

Le développement personnel est une voie de transformation individuelle. Il vise l’épanouissement de l’individu, l’acquisition de nouvelles compétences, la compréhension de soi, l’amélioration de la qualité de vie et la réalisation de ses aspirations et rêves. En s’engageant dans un travail de développement personnel, un individu peut surmonter des obstacles psychologiques, émotionnels ou comportementaux qui entravent son bien-être ou sa réalisation.

Quand les individus se développent et s’améliorent eux-mêmes, cela vise aussi des répercussions positives sur les interrelations humaines, voire au-delà :

  1. Amélioration des relations interpersonnelles : Un travail sur une meilleure compréhension de soi inclut le souci d’une meilleure compréhension des autres. Les compétences en communication, l’empathie et la gestion des conflits, souvent abordées dans le cadre du développement personnel, peuvent améliorer considérablement les relations.
  2. Contribution positive à la société : Des individus épanouis et conscients de leurs responsabilités vont contribuer de manière plus positive à leur communauté ou à la société dans son ensemble.
  3. Modèle pour les autres : En se développant personnellement, un individu peut inspirer d’autres personnes dans son entourage à entreprendre un voyage similaire. Il peut “rayonner” et créer un climat collectif positif, ce qui est aujourd’hui particulièrement nécessaire !
  4. Amélioration de la santé mentale et physique : En apprenant à gérer le stress, les émotions négatives et en adoptant des habitudes de vie saines, les individus améliorent le bien-être général, en même temps que le leur.

Toutefois, certaines conceptions et pratiques du développement personnel peuvent être critiquées. Certains le voient comme une industrie commerciale exploitant les insécurités des gens. D’autres estiment qu’il va promouvoir un narcissisme excessif ou détourner l’attention des problèmes sociaux plus larges en se concentrant uniquement sur l’amélioration individuelle. Cela dit, le développement personnel peut être abordé de manière authentique et équilibrée et conduire à une transformation individuelle bénéfique et à des relations améliorées entre les individus.

Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même – Lise Bourbeau

Imaginez-vous naviguer dans une mer agitée, le vent et les vagues vous poussent dans tous les sens. Vous vous battez pour garder le cap, mais vous ne pouvez pas comprendre pourquoi c’est si difficile. Vous pensez que c’est peut-être la mer, le vent, ou même votre bateau, mais la vérité est qu’il y a des trous dans la coque, des blessures invisibles que vous portez depuis toujours. Ces cinq blessures – le rejet, l’abandon, l’humiliation, la trahison, l’injustice – sont le cœur de notre souffrance humaine, et “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même” de Lise Bourbeau nous aide à les découvrir et à les comprendre.
Dans ce voyage de découverte, nous comprenons qu’il n’y a pas de coupables, seulement des êtres humains blessés, portant leurs propres fardeaux. Nous voyons que ce que nous reprochons aux autres est souvent ce que nous ne voulons pas voir en nous-mêmes. Nous réalisons que nos plus grandes souffrances sont des échos de problèmes passés, et que nos relations les plus complexes sont souvent avec ceux que nous pensions être les plus proches. Mais le plus révélateur est le miroir que Lise Bourbeau nous tend pour voir notre propre égoïsme. Elle définit l’égoïsme comme le désir que l’autre s’occupe de nos besoins avant les siens, comme la croyance que les autres sont responsables de notre bonheur. Elle nous montre comment l’égoïsme est un obstacle à l’amour véritable. Pourtant, “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même” n’est pas un livre sur le blâme ou la culpabilité. Au contraire, il s’agit d’un guide pour guérir. Lise Bourbeau nous enseigne que le changement n’est pas nécessaire, mais la guérison l’est. Elle nous apprend à reconnaître et à accepter nos blessures pour que nous puissions commencer à les guérir. Enfin, elle nous libère de la nécessité de plaire à tous, de la pression d’être parfaits. Elle nous rappelle que nous avons le droit d’être humains, avec toutes nos imperfections et nos réactions.
En lisant “Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même”, vous vous embarquez dans un voyage de guérison et de découverte de soi. Vous apprendrez à naviguer dans les eaux tumultueuses de la vie avec une meilleure compréhension de vous-même et des autres. Ce livre peut être un phare dans la tempête, un guide pour trouver la paix et l’équilibre dans un monde plein de blessures et de douleur.

Méditation body scan – balayage du corps


Au fil des semaines, alors que je continue ma pratique de la méditation body scan, je commence à remarquer quelque chose de nouveau. Ce n’est pas juste la relaxation ou la réduction du stress, bien que ces éléments soient certainement là. C’est quelque chose de plus profond, de plus intrinsèque.
Je réalise que je suis en train de découvrir une connexion plus profonde entre mon esprit et mon corps. Chaque fois que je médite, chaque fois que je concentre mon attention sur les différentes parties de mon corps, je sens cette connexion se renforcer. C’est comme si je redécouvrais mon propre corps, comme si je m’éveillais à des sensations et des sentiments qui étaient toujours là, mais que je n’avais jamais vraiment remarqués avant. Au début, c’était simplement une question de sentir mon corps, de remarquer les différentes sensations. Mais maintenant, c’est comme si mon esprit et mon corps commençaient à parler la même langue. Lorsque je sens une tension ou une douleur dans une certaine partie de mon corps, je ne l’ignore plus ou ne la repousse pas. Au lieu de cela, j’accueille cette sensation, je la reconnais. Je la laisse me parler, me guider. Et, étrangement, cela apporte souvent un certain soulagement. Plus je pratique, plus cette connexion esprit-corps se renforce. Il y a un sentiment de bien-être qui s’installe, un sentiment d’harmonie. C’est comme si mon corps et mon esprit étaient enfin en phase, travaillant ensemble au lieu de se battre ou de s’ignorer. C’est un sentiment d’équilibre et de paix que je n’avais jamais vraiment connu auparavant.
Je réalise à quel point il est important de prendre soin de mon corps, pas seulement physiquement, mais aussi mentalement et émotionnellement. Je réalise que mon corps n’est pas juste quelque chose qui m’emmène d’un endroit à un autre, qui me permet de faire des choses. Mon corps est une partie de moi, tout comme mon esprit. Ils sont intrinsèquement liés et ils ont besoin l’un de l’autre pour fonctionner correctement.
C’est une réalisation puissante, et elle change ma perspective sur beaucoup de choses. Elle change ma façon de m’occuper de moi-même, ma façon de gérer le stress et l’anxiété, ma façon de vivre ma vie. Je me sens plus en harmonie avec moi-même, et cela me donne un sentiment de tranquillité et de satisfaction que je n’aurais jamais cru possible.

La voie, notion symbolique

La notion symbolique de VOIE

La notion symbolique de “voie” est présente dans de nombreuses traditions de sagesse à travers le monde. Ce terme englobe différents aspects et significations, et il est difficile de le définir de manière précise. La voie peut désigner la recherche de la vérité, l’attitude du chercheur, le chercheur lui-même, la méthode pour accéder à la sagesse, la connaissance de la réalité, voire la réalité en elle-même. Cependant, la voie ne se réduit pas à ces éléments, car elle transcende les concepts et les limites de la pensée.
Dans différentes traditions, le terme chinois “tao” est souvent traduit par “voie”, mais cette intuition symbolique va au-delà du taoïsme. Elle se retrouve dans les enseignements de sagesse de toutes les sociétés traditionnelles. La vacuité de ce mot renvoie à l’être humain lui-même. La voie exprime le sentiment qui émerge lorsque l’être humain se découvre en tant que chercheur, sans pouvoir donner de contenu précis à cette recherche. C’est une attitude d’attention à ce qui se manifeste et d’écoute intérieure, qui naît lorsque l’être humain réalise sa nature fondamentale de chercheur.

La voie représente également la possibilité de transformation individuelle. Elle est le cheminement de la conscience depuis un niveau noyé dans l’empirique et l’ordre du moi, jusqu’à l’ouverture et la reconnaissance de la réalité transcendantale, symbolisée par le terme “soi”. Ainsi, la voie n’est pas un simple contenu de savoir ou une forme de connaissance, mais une expérience vécue. Elle nous fait expérimenter la réalité que nous croyons être. La connaissance de soi est essentielle dans cette expérience, et aucun texte sur la voie ne peut s’en dispenser. C’est une exigence personnelle et unique, qui nécessite de découvrir sa propre voie intérieure.
La voie ne peut pas être donnée ni reçue de manière rationnelle, ni être imposée par une volonté externe. L’image du chemin peut être trompeuse, car elle donne l’impression d’un but et d’un itinéraire préétablis. En réalité, la voie est un simple accompagnement, une adhésion au mouvement qui se déploie. Tout se joue dans le présent, et les maîtres de sagesse rappellent sans cesse l’importance de l’ici et maintenant. La voie vise à instaurer dans la conscience un état de recherche, une mobilité immobile, qui consiste à être pleinement présent à la réalité intérieure et extérieure, à accompagner sa propre marche. C’est une attitude qui allie vigilance et relâchement, confiance et prudence, engagement total et réserve. Il ne s’agit pas de chercher quelque chose en particulier, mais de trouver en soi une attitude juste. La voie n’est pas une “conscience de”, mais une “conscience à”, une attention disponible à ce qui se déploie. Il s’agit simplement de laisser les choses se manifester. La voie apparaît alors vide d’intention.

Pour les philosophies “sapientielles”, l’accomplissement symbolisé par le terme “voie” réside dans la simplicité d’être pleinement présent à chaque instant de notre existence, à chaque action que nous accomplissons. La voie nous invite à cultiver une conscience aiguisée et attentive à ce que nous faisons, à être totalement immergé dans l’expérience présente, sans projections ni attentes. Cette présence à l’instant présent est le fondement de la voie, car c’est à travers cette attention profonde que nous pouvons véritablement nous connecter à la réalité telle qu’elle est. La voie ne nous demande pas de rechercher des réponses extérieures ou de gravir un chemin préétabli, mais plutôt de nous tourner vers l’intérieur, d’explorer notre propre nature et de trouver une résonance avec le flux de la vie qui nous entoure.

La voie ne se résume pas à une accumulation de connaissances intellectuelles, mais plutôt à une transformation intérieure profonde. C’est une invitation à transcender nos limitations habituelles, nos conditionnements et nos croyances limitantes, afin d’accéder à une dimension plus vaste de notre être. En empruntant la voie, nous sommes amenés à remettre en question nos schémas de pensée, à remettre en cause nos attachements et à explorer des territoires inconnus de nous-mêmes. La voie est souvent décrite comme un voyage intérieur, une exploration des profondeurs de notre propre conscience. C’est un chemin qui nécessite courage, persévérance et humilité. Sur cette voie, nous pouvons rencontrer des obstacles, des doutes et des épreuves, mais c’est précisément à travers ces défis que nous avons l’opportunité de grandir et de nous transformer.
Chaque individu a sa propre voie, sa propre manière d’explorer et de vivre cette quête de sens et de vérité. Il n’y a pas de voie universelle qui convienne à tous, car chaque être humain est unique et possède son propre cheminement. La voie est donc une invitation à écouter notre propre intuition, à suivre notre propre rythme et à nous ouvrir à notre propre vérité intérieure.

La voie est donc un symbole puissant qui représente la recherche de la réalisation de soi, de la sagesse et de la connexion profonde avec le monde qui nous entoure. C’est un chemin intérieur qui nous guide vers une compréhension plus profonde de nous-mêmes et de notre place dans l’univers. La voie nous rappelle que la vie elle-même est un voyage, et que chaque pas que nous faisons dans la quête de la vérité et de la réalité est en réalité une partie essentielle de notre propre chemin spirituel.

La voie, symbolique et imaginale

La notion de “voie” peut également être explorée du point de vue de l’imaginaire et du symbolique. Dans ce contexte, la voie représente un chemin intérieur qui transcende la réalité matérielle et nous conduit vers des dimensions plus profondes de l’existence.
L’imaginal fait référence à un espace de l’âme où les symboles, les images et les archétypes prennent vie. C’est un domaine intermédiaire entre le concret et l’abstrait, où la réalité matérielle et la réalité spirituelle se rencontrent. La voie imaginal est celle qui se déroule dans cet espace, où les symboles et les images se manifestent et guident notre parcours intérieur.

Les symboles jouent un rôle essentiel dans la compréhension imaginale de la voie . Ils représentent des idées, des concepts ou des aspects de la réalité qui dépassent la compréhension rationnelle. Par exemple, le symbole de la traversée d’un pont peut représenter la transition d’un état à un autre, ou encore le passage d’un niveau de conscience à un autre. Les symboles nous offrent une voie d’accès à des significations plus profondes et nous aident à explorer les aspects invisibles et intangibles de notre être.
La voie imaginale nous invite à nous engager dans un processus d’exploration intérieure à travers l’utilisation de l’imagination, de la créativité et de la visualisation. C’est un chemin qui demande de cultiver notre capacité à entrer en relation avec les symboles et les images qui émergent de notre inconscient, afin de les comprendre et de les intégrer dans notre vie quotidienne.

La voie symbolique, quant à elle, se rapporte à l’utilisation des symboles et des rituels pour donner un sens à notre existence et établir des connexions avec des réalités plus vastes. Les symboles peuvent représenter des valeurs, des idéaux ou des aspects transcendants de la vie humaine. Par exemple, le symbole du cercle peut évoquer l’unité, l’infini ou l’harmonie. En empruntant la voie symbolique, nous cherchons à entrer en relation avec ces réalités plus profondes à travers des pratiques rituelles, des cérémonies ou des rites de passage. La voie imaginale et symbolique nous offre un moyen d‘explorer et de donner un sens à notre expérience humaine. Elle nous permet de transcender les limites de la pensée rationnelle et d’accéder à des niveaux de compréhension plus vastes. En empruntant cette voie, nous sommes invités à développer notre capacité à écouter notre imaginaire, à nous connecter à nos symboles intérieurs et à honorer les rituels qui nourrissent notre âme. C’est un cheminement qui nous permet de cultiver notre dimension symbolique et d’explorer les profondeurs de notre être à travers des langages non verbaux et des formes d’expression créative. La voie imaginal et symbolique représente une exploration de l’invisible, de l’ineffable et de l’ineffable dans notre être. C’est une invitation à cultiver notre capacité à percevoir et à interpréter les symboles, à entrer en relation avec notre imagination et à utiliser ces ressources pour approfondir notre compréhension de nous-mêmes et du monde qui nous entoure.

En empruntant la voie imaginale et symbolique, nous entrons dans un espace où les frontières entre le réel et l’imaginaire s’estompent. C’est un espace où les symboles prennent vie, où les archétypes se manifestent et où les histoires mythiques résonnent en nous. Dans cette exploration, nous sommes invités à nous ouvrir à la poésie, à la beauté et à la magie du monde symbolique.
Par le biais de l’imagination, nous sommes capables de créer des images, des métaphores et des récits qui donnent forme à nos expériences intérieures les plus profondes. Cela nous permet d’explorer nos blessures, nos aspirations, nos peurs et nos désirs de manière symbolique. Les symboles agissent comme des clés qui ouvrent des portes vers des dimensions intérieures et nous aident à donner du sens à notre existence.

La voie imaginale et symbolique nous invite à développer une relation intime avec notre monde intérieur. C’est un appel à cultiver notre capacité à écouter les messages symboliques qui émergent de notre inconscient, à les interpréter et à les intégrer dans notre vie quotidienne. En engageant ce dialogue créatif avec notre imaginaire, nous pouvons découvrir de nouvelles perspectives, de nouvelles significations et de nouvelles ressources pour notre cheminement personnel. Il est important de souligner que la voie imaginale et symbolique est une démarche personnelle et subjective. Chaque individu est invité à explorer ses propres symboles, à créer ses propres images et à trouver sa propre signification. Il n’y a pas de voie prédéfinie ou universelle, car chaque parcours symbolique est unique et individuel. C’est une invitation à cultiver notre imagination, à développer notre sensibilité symbolique et à entrer en relation avec les réalités invisibles qui habitent notre être. C’est un voyage fascinant et enrichissant qui nous permet d’approfondir notre compréhension de nous-mêmes, de la vie et de notre place dans le vaste tissu de l’existence.

ECOLOGAÏ L’écologie au cœur de la transformation personnelle et collective – Laetitia Blondel

A l’inverse de l’éco-anxiété, ce livre nous donne les clés d’un engagement plein de sens et de positivité, et de plus concret, pour aller vers une transformation personnelle qui favorise une transformation collective.

C’est un cahier pratique qui propose un parcours pas à pas vers une vie plus écologique. Il offre 50 exercices pour aider les lecteurs à comprendre leur contexte personnel et à explorer de nouvelles manières de vivre et d’agir, avec l’objectif d’adopter des habitudes durables dans leur quotidien.
Les deux premiers chapitres sont essentiels et doivent être suivis dans l’ordre, car ils posent les fondations nécessaires à un changement réussi. Les exercices des chapitres 3 à 5 sont plus flexibles et peuvent être suivis à votre rythme et selon vos préférences. Le dernier chapitre vise à synthétiser l’ensemble du parcours et à fournir des outils pour maintenir votre motivation à long terme. Il est recommandé d’aborder ce chapitre une fois tous les autres exercices terminés. L’auteur encourage les lecteurs à être indulgents avec eux-mêmes pendant ce processus de transformation. Si certains exercices ne résonnent pas avec vous pour le moment, mettez-les de côté pour y revenir plus tard. L’important est de respecter votre rythme et de prendre le temps nécessaire pour ces transformations.
Le livre souligne l’importance de la patience dans le processus de changement, car l’adoption d’habitudes durables, saines et alignées avec vos valeurs ne se fait pas du jour au lendemain. Cependant, une fois que ces nouvelles habitudes sont en place, il est pratiquement impossible de revenir en arrière.

Une idée clé de ce livre est le lien entre ce qui est personnel et ce qui est collectif

Dans le domaine de l’écologie et particulièrement du climat, l’action individuelle et collective sont souvent mises en opposition. Pourtant, ces deux types d’actions sont interdépendants. Certes, un seul individu qui renonce à consommer de la pâte à tartiner contenant de l’huile de palme et emballée dans un pot en plastique ne va pas stopper la déforestation, prévenir l’extinction des orangs outangs ou réduire la pollution plastique dans les océans. Cependant, imaginez l’effet si nous étions 7 milliards à prendre cette décision : l’impact serait colossal! Adopter une vie écoresponsable influence notre entourage de plusieurs manières:

  • Influence personnelle : une seule personne peut directement influencer dix autres personnes, qui à leur tour en influenceront dix autres, et ainsi de suite. Cela peut rapidement toucher une large population!
  • Choix de consommation : les entreprises et les distributeurs s’efforcent de répondre à nos besoins et ajustent leurs produits en fonction de la demande des consommateurs.
  • Choix politiques : notre vote lors des élections a autant d’importance que la manière dont nous dépensons notre argent!
  • Engagement collectif : en participant à des organisations collectives, nous pouvons augmenter considérablement notre impact environnemental.

Soulignons aussi sa méthode : progressive, douce et un accompagnement d’exercices très pertinents

Sur son site, Laetitia Blondel présente explicitement l’idée d’une philosophie de vie

CETTE NOTION DE « PHILOSOPHIE DE VIE » NE FAIT-ELLE PAS UN PEU PEUR ?

Au contraire !

On cherche toutes à revenir à davantage de simplicité et de légèreté ; l’écologaï nous aide en cela. Elle s’appuie en plus sur des valeurs fortes et des principes de la permaculture : liberté, sens, authenticité, respect, bienveillance, …

On aspire toutes à cela, non ?

Et il y a quelque chose de très vertueux de se dire que finalement, on met les principes de l’écologie au service des différents domaines de notre vie !

“ÉCOLOGAÏ” est un livre pratique qui guide le lecteur à travers un parcours en six chapitres pour intégrer l’écologie dans tous les aspects de sa vie.

Le Chapitre 1 “Partir du bon pied” est une introduction à l’écologie, explorant les émotions liées aux défis écologiques, identifiant pourquoi et comment agir, et soulignant l’importance du changement de perspective et de la prise de conscience de notre pouvoir.

Le Chapitre 2 “Explorer son écologie intérieure” aborde des questions d’écologie personnelle, y compris nos valeurs, nos besoins, nos priorités et comment alléger notre charge morale et notre quotidien.

Le Chapitre 3 “Impacter positivement le monde” explore comment notre gratitude, nos actions, notre argent et notre information peuvent influencer positivement le monde. Il offre également des conseils sur la façon de s’inspirer et d’impacter les autres, de relever des défis en famille et d’agir à une échelle plus large.

Le Chapitre 4 “Rendre son logement écolo” fournit des stratégies pour réduire la consommation d’eau et d’électricité, désencombrer l’intérieur, limiter la pollution intérieure et faire des choix plus écologiques en ce qui concerne nos biens.

Le Chapitre 5 “Prendre soin de la planète” donne des conseils sur comment améliorer notre alimentation, réduire nos déchets, adopter une cuisine antigaspi, faire des courses en vrac, faire des choix de consommation plus responsables, gérer notre utilisation du numérique, adopter des modes de transport plus doux et apprécier le pouvoir de la nature.

Enfin, le Chapitre 6 “Agir durablement” fournit des outils pour maintenir ces nouvelles habitudes, y compris comment se fixer des objectifs, se soutenir, rester motivé et célébrer les progrès réalisés.

Mon cahier des mouvements qui guérissent

Voici “Mon cahier des MOUVEMENTS qui guérissent” de Anne Dufour, un guide pratique qui propose des solutions pour soulager 40 maux physiques et émotionnels courants grâce à 80 mouvements faciles à mettre en œuvre. Ce cahier est conçu de manière à ce que vous puissiez trouver rapidement le geste approprié pour résoudre votre problème.

Que vous souffriez de maux physiques tels que des douleurs dorsales, des problèmes respiratoires, des genoux raides, des migraines, ou que vous recherchiez des moyens de soulager des maux émotionnels comme le stress, l’anxiété et l’insomnie, ce livre vous offre une variété d’exercices simples qui peuvent être réalisés n’importe où, sans matériel particulier. Pas besoin d’être un expert en gymnastique ou en yoga pour les pratiquer !

Chaque exercice est accompagné d’une illustration pour vous guider dans votre pratique et vous assurer d’obtenir des résultats efficaces. Vous découvrirez également des conseils et des explications sur les bienfaits de l’activité physique sur la santé mentale, notamment comment le sport peut aider à combattre la déprime et la dépression légère à modérée. En effet, l’activité physique stimule la sécrétion d’hormones et de neurotransmetteurs tels que les endorphines, également connues sous le nom d'”hormones du bonheur”, qui apaisent, soulagent la douleur et stimulent notre bien-être.

Le livre vous propose deux approches principales pour améliorer votre santé quotidienne. La première consiste à vous engager dans au moins 30 minutes d’exercice doux par jour, de préférence à l’extérieur. Que ce soit la course à pied, la marche rapide, la marche nordique, le vélo, le paddle, la marche dans l’eau de mer ou toute autre activité qui élève votre rythme cardiaque sans vous essouffler, choisissez celle qui vous convient le mieux.

La deuxième approche suggérée est d’adopter le yoga dans votre routine quotidienne, ou du moins plusieurs fois par semaine. Les études montrent que la pratique du yoga aide à contrôler la respiration, les émotions et le rythme cardiaque, et lorsque tous ces éléments sont équilibrés, l’humeur s’améliore également. Le livre propose une petite routine de yoga pour vous aider à démarrer, mais une séance complète de yoga sera encore plus bénéfique.

En plus de ces conseils généraux, le livre offre des recommandations spécifiques pour différents maux. Par exemple, si vous souffrez d’hypertension artérielle, il est recommandé de bouger chaque jour et de programmer trois séances d’activité physique modérée et prolongée par semaine. Des suggestions concrètes, comme une heure de marche quotidienne, le yoga et le qi gong pour débutant, ainsi qu’une séance d’endurance de 60 minutes trois fois par semaine, sont fournies pour vous aider à contrôler votre tension artérielle.

“Mon cahier des MOUVEMENTS qui guérissent” est un compagnon pratique pour ceux qui cherchent des moyens simples et accessibles de soulager les maux physiques et émotionnels du quotidien. Que vous soyez confronté à des douleurs physiques ou émotionnelles, ce cahier vous guide étape par étape vers des mouvements spécifiques qui peuvent vous aider à vous sentir mieux.

La structure du livre est organisée par affections, ce qui facilite la recherche du mouvement adapté à votre problème. Que vous ayez mal au dos, que vous ayez besoin de dégager vos voies respiratoires, que vos genoux soient douloureux ou que vous souffriez de migraines, vous trouverez des exercices appropriés pour vous soulager physiquement.

De même, si vous faites face à des maux émotionnels tels que le stress, l’anxiété ou l’insomnie, le livre propose également des mouvements pour vous aider à les surmonter. Ces exercices sont conçus pour être simples et ne nécessitent aucun équipement particulier. Vous n’avez pas besoin d’être un expert en gymnastique ou en yoga pour les pratiquer avec succès.

Chaque mouvement est accompagné d’une illustration détaillée, ce qui vous permet de suivre facilement les instructions et de les mettre en pratique de manière efficace. Que vous soyez débutant ou expérimenté, vous pourrez tirer profit de ces exercices pour améliorer votre bien-être physique et émotionnel.

Par exemple, le livre souligne l’importance de l’activité physique pour lutter contre la déprime et la dépression légère à modérée. Il explique que le sport provoque la sécrétion d’hormones et de neurotransmetteurs qui ont un effet apaisant, antidouleur et stimulant sur notre corps, notamment les fameuses “hormones du bonheur” appelées endorphines. Il vous encourage à vous engager dans une activité physique régulière, comme la course à pied, la marche rapide, la natation, la danse ou toute autre activité qui élève votre rythme cardiaque.

Pour les personnes souffrant d’hypertension artérielle, le livre recommande de bouger chaque jour et de programmer des séances d’activité physique modérée et prolongée trois fois par semaine. Il propose des exemples concrets, tels qu’une heure de marche quotidienne, le yoga et le qi gong pour débutant, ainsi qu’une séance d’endurance de 60 minutes, pour vous aider à réduire votre pression artérielle et à prévenir les risques d’infarctus et d’accident vasculaire cérébral.

En résumé, “Mon cahier des MOUVEMENTS qui guérissent” de Anne Dufour est un guide pratique qui propose des solutions simples et accessibles pour soulager une variété de maux physiques et émotionnels. Avec ses 80 mouvements faciles à mettre en œuvre, ce livre vous offre la possibilité de prendre en main votre bien-être et de trouver des réponses à vos problèmes quotidiens, où que vous soyez et à tout moment

Déjouer les manipulations, avec Richard Monvoisin

Une série de France Culture

Épisode 1/6 : L’effet Barnum, ou faire du sens avec du flou

Face à des informations qui semblent nous concerner, notre cerveau aime bien composer : il aime se fabriquer une image sympathique de nous-même en fabriquant du sens, à partir de ce dont il se rappelle de notre histoire, de nos sensations. C’est l’effet Barnum.
 
Sur un phénomène qui a une probabilité très faible de se produire dans un temps donné, nous nous concentrons sur les rares cas qui fonctionnent en effaçant les nombreux échecs. Nous créons alors une solide illusion d’efficacité appelée “le biais du survivant”.
 
L’effet idéomoteur est un processus psychologique lors duquel une pensée ou une image mentale provoque une réaction musculaire apparemment “réflexe” ou automatique, souvent d’un degré infime, et cela en dehors de notre conscience du sujet alors que ce sont nos attentes qui créent cette réaction.
 
 
Le principe que l’on nomme “escalade de l’engagement” est un processus cérébral simple mais très puissant. Il consiste à faire des choix qui vont dans le sens d’une décision prise précédemment, même si cette décision initiale a conduit à l’échec.
 
On sait que des éléments de contexte du soin, par leur action symbolique sur le cerveau, ont un effet thérapeutique réel, qui peut être positif comme négatif. Placebo et nocebo, appelés plus savamment des “effets contextuels”, sont deux processus dont le rôle est encore mal cerné.
 
 
Lors d’un raisonnement “panglossien”, nous triturons le contexte pour prêter des intentions aux individus, en évinçant certains facteurs de situation. Ce raisonnement “à rebours”, destiné à conforter une idée que l’on souhaite établir, s’effectue alors que d’autres raisonnements sont possibles.
 
 
Deuxième saison de la collection de podcasts originaux “Votre cerveau” : Déjouer les manipulations, avec Richard Monvoisin. Un podcast d’autodéfense intellectuelle qui vous explique comment fonctionne votre cerveau.
 

1/ Cerveau : Qu’est-ce que l’effet barnum ?

L’effet Barnum est un phénomène psychologique par lequel les individus ont tendance à accepter des descriptions vagues et générales de leur personnalité qui pourraient s’appliquer à n’importe qui comme étant des descriptions précises et personnalisées. Cet effet tire son nom du célèbre showman américain PT Barnum, qui utilisait des descriptions vagues pour convaincre les gens que ses spectacles étaient adaptés à leur personnalité. L’effet Barnum est souvent utilisé dans des pratiques de divination telles que l’astrologie, la tarologie ou la voyance.
 
2/ Le biais du survivant est un biais cognitif qui se produit lorsque l’on tire des conclusions à partir d’un échantillon de personnes ou d’objets qui ont résisté à un processus sélectif, en ceux ignorant qui n’ont pas survécu. Ce biais a été initialement identifié pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque les ingénieurs étudiaient les avions qui revenaient des missions aériennes et essayaient de déterminer les endroits où les avions devaient être renforcés pour augmenter leur résistance aux tirs ennemis. Les ingénieurs ont toutefois commis l’erreur de ne pas prendre en compte que les endroits où les avions avaient été touchés, et non les endroits où les avions n’avaient pas été touchés, car ces derniers n’étaient pas rentrés à la base.
Ce biais peut également se produire dans d’autres domaines, comme dans les études sur les entreprises ou les investissements. Par exemple, si l’on étudie les entreprises qui ont réussi, on peut en tirer des conclusions erronées sur les facteurs clés de leur succès, en ignorant les entreprises qui ont échoué en raison de ces mêmes facteurs. Le biais du survivant peut conduire à des décisions et des conclusions erronées, car il ne prend pas en compte l’ensemble des données disponibles.
 
3/ L’effet idéomoteur est un phénomène psychologique par lequel la simple suggestion d’un mouvement peut entraîner une réponse involontaire ou inconsciente du corps. Cela signifie que la simple idée ou suggestion d’un mouvement peut entraîner un physique, même si la personne n’a pas l’intention consciente de bouger.
Cet effet est souvent observé dans des pratiques telles que l’hypnose, la méditation ou la prière, où les suggestions verbales peuvent entraîner des réponses physiques telles que des mouvements de la main ou des changements dans la respiration ou le rythme cardiaque.
L’effet idéomoteur peut également expliquer certains phénomènes tels que l’utilisation de la pendule pour la divination ou la planchette ouija pour communiquer avec les esprits. Dans ces cas, les participants peuvent inconsciemment provoquer le mouvement du pendule ou de la planchette en réponse à leurs propres pensées ou suggestions.
Cependant, il est important de noter que l’effet idéomoteur ne signifie pas nécessairement que les pratiques qui y sont associées sont fausses ou sans valeur. Les réponses physiques peuvent être le résultat de processus psychologiques complexes et peuvent avoir un effet bénéfique sur le bien-être mental et émotionnel des individus.
 
4/ Le principe d’escalade de l’engagement, également connu sous le nom de “piège de l’engagement”, est un processus psychologique par lequel une personne continue à investir dans une situation ou une décision, même si elle devient clairement non louable ou non rentable. Cela peut se produire lorsque la personne a déjà investi beaucoup de temps, d’argent ou d’efforts dans la situation, ou lorsqu’elle est émotionnellement attachée à la décision.
Le processus cérébral derrière l’escalade de l’engagement est lié à la théorie de la dissonance cognitive, qui suggère que les individus ont tendance à rechercher la cohérence entre leurs croyances, leurs attitudes et leurs comportements. Ainsi, lorsque quelqu’un a pris une décision ou a investi dans une situation, il peut être difficile pour lui de reconnaître qu’il peut-être fait une erreur ou pris la mauvaise décision. Au lieu de cela, la personne peut continuer à investir dans la situation ou la décision afin de justifier ses actions passées et de maintenir une cohérence interne.
L’escalade de l’engagement peut avoir des conséquences négatives sur les décisions et les situations, car elle peut conduire à des pertes financières, de temps ou d’énergie. Il est important de reconnaître ce processus et de prendre des décisions rationnelles et objectifs, en évaluant régulièrement les avantages et les inconvénients de chaque situation.
 
5/ Les éléments de contexte du soin ont un effet thérapeutique réel, ce qui peut être positif ou négatif. Les effets contextuels comprennent à la fois l’effet placebo, qui est l’effet thérapeutique positif d’un traitement inactif, et l’effet nocebo, qui est l’effet négatif d’un traitement inactif.
Les effets contextuels sont souvent liés à la relation entre le patient et le praticien, ainsi qu’à l’environnement de soins. Les éléments de contexte qui peuvent avoir un effet positif sur la guérison comprennent la confiance et la relation de soutien entre le patient et le praticien, les attentes positives du patient concernant le traitement, l’environnement de soins rassurant et le contexte social et culturel dans lequel le traitement est administré.
Cependant, les effets contextuels peuvent également avoir un effet négatif sur la guérison si le patient a des attentes négatives ou si l’environnement de soins est stressant ou anxiogène.
En somme, les effets contextuels démontrent l’importance de prendre en compte le contexte global de la situation de soins, y compris les interactions sociales et culturelles, pour améliorer les résultats des traitements médicaux.
 

6/ Le raisonnement panglossien est un type de raisonnement fallacieux qui consiste à justifier a posteriori une situation ou une opinion en ignorant les autres causes possibles ^1^ ^2^ . C’est un biais cognitif qui nous fait croire que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, comme le disait le personnage de Pangloss dans le roman Candide de Voltaire ^1 ^ . Ce raisonnement nous empêche de voir la réalité telle qu’elle est et de remettre en question nos croyances ^3^ .
Le raisonnement “panglossien” peut effectivement impliquer une manipulation du contexte pour prêter des intentions positives aux individus ou pour évincer certains facteurs de situation. Cela peut se faire en ignorant ou en minimisant les aspects ou les problèmes, ou en mettant l’accent sur les aspects positifs ou les réussites.
En prêtant des intentions positives aux individus sans tenir compte des réalités objectifs ou des facteurs de situation, le raisonnement « panglossien » peut conduire à des conclusions erronées ou à des actions inefficaces. Il est important de considérer tous les éléments de situation de manière objective, y compris les aspects négatifs ou les problèmes, pour pouvoir prendre des décisions éclairées et efficaces.
En résumé, le raisonnement “panglossien” peut être utile pour souligner les aspects positifs d’une situation, mais il ne doit pas être utilisé pour justifier une situation ou pour éviter de considérer les aspects négatifs ou les problèmes qui doivent être résolus. Il est important de tenir compte de tous les éléments de situation de manière objective pour pouvoir prendre des décisions éclairées et efficaces.

Vœux, oracles, inspirations…

La mode est aux « oracles » en boite. De belles boites avec de belles illustrations et des contenus très variés. Ça devient presque un genre sinon littéraire, du moins éditorial. Les éditeurs nous proposent de tirer des cartes inspirantes, des présages ou des thèmes de réflexion, de recherche sur soi et le monde.
Ne nous moquons pas, ne dénigrons pas. Si le genre se vend, si les « lecteurs », ces grands prêtres des oracles divinatoires, se précipitent sur ces objets désirables, ce n’est pas d’abord pour connaître l’avenir. C’est pour obtenir une réponse à quelque chose de bien plus profond : une quête de soi-même.
Dans la Grèce antique, l’oracle était la réponse donnée par un dieu, une sibylle, une pythie, à une question personnelle. Une question qui souvent engage l’avenir, bien sûr. Mais aujourd’hui ne s’agit-il pas surtout de trouver du sens à sa vie, de lui donner un cheminement, de trouver une voie qui nous corresponde vraiment ?

Quelques exemples de boites magiques.

L’oracle des anges, de Doreen Virtue (Docteur en psychologie)

Avec et oracle, ce sont nos anges que nous allons solliciter. Nous devons leur faire une demande précise, pour qu’ils soient en mesure de nous répondre.
L’auteur nous dit : « Nos anges gardiens sont toujours avec vous, même si vous n’êtes pas conscient de leur présence. Ils sont prêts à vous aider dans tous les domaines de la vie. (…). Les anges sont de puissants messagers de l’amour divin. Ils ne connaissent ni les limites de l’espace ni celles du temps et peuvent donc vous assister à tout moment et pour toute question, qu’elle vous semble petite, moyenne ou immense. Quand vous invitez les anges à vous aider dans tous les domaines de la vie, tout devient plus joyeux, plus sain et plus facile. Au lieu que vous luttiez pour obtenir satisfaction, les choses se font comme par magie au bon moment, votre santé s’améliore miraculeusement et la paix vous envahit.
J’ai conçu ce jeu de cartes oracles pour vous offrir des petits rappels quotidiens de l’amour et de la présence angéliques à vos côtés. (…) Puisque les cartes constituent un lien direct entre nous et nos anges, elles court-circuitent les blocages émotionnels. De plus, chacun de nous est en mesure de donner une interprétation correcte pour soi-même et pour autrui »
En ce 1er jour de l’an 2023, j’ai demandé aux anges si les éditions d’oracle que je présente à mes lecteurs sont vraiment intéressantes, utiles, facilitatrices, pour eux.
Et voici donc la réponse
ACCEPTATION
Voyez les autres et vous-même à travers le regard des anges, dans l’amour inconditionnel l’acceptation. Ainsi, vous inspirerez et élèverez chacun vers son plus haut potentiel.
Le message est bien clair, j’ai vraiment joué le jeu, et c’est une vraie réponse…

Une parole par jour de sagesse par Hugo – Image

Le format est ici plus classique et plus simple : à chaque jour sa parole de sagesse.
Alors voici celle du 1er Janvier.
« À partir d’aujourd’hui, décide d’un style, d’un genre de vie que tu garderas aussi bien seul que devant les autres. »
Epictète

Et voici ce qui inspirer l’auteur de ces choix de 365 maximes, Katherine Quénot
« Le Bouddha le dit très clairement « Votre vie vient de ce que vous pensez. Tout ce que vous êtes vient de ce que vous pensez. Généralement, nous ne voulons pos le croire. Nous pensons que notre bonheur ou notre malheur vient d’un milieu dans lequel on est né ou de notre horoscope. . . Parfois, on va un peu plus loin. On pense que ce qui fait notre vie, c’est la manière dont nos omis nous traitent, comment se posse notre journée ou travail (…). Mais ce n’est pas ce que le bouddha a dit. Ce qu’il a dit c’est que notre esprit est le maitre de notre vie. (…) ce qui nous fait agir, c’est le désir d’être heureux. (…) Le problème, c’est qu’en vivant ainsi, on devient des esclaves du bonheur. Or, le chemin de la sagesse est justement que nous ne soyons plus des esclaves. Et pour cela, nous devons retrouver notre indépendance aux conditions extérieures. C’est ce que disent la plupart de ces paroles de sagesse. On ne peut pas fonder sa vie sur le temps qu’il fait. »

La revanche du cerveau droit

Un livre de Ferial Furon (Auteur) et Marjorie Rafécas-Poeydomenge Bruno Giuliani (Préface) 

Notre société a cultivé son cerveau gauche, la rationalité, le cartésianisme… Au détriment du droit, de la pensée globale, créative, intuitive.
Comment notre société peut se transformer, permettre de nouvelles façons de voir, par une vraie reconnexion avec notre cerveau droit ?
C’est aussi cela que Spiritualités Magazine propose, car la raison ne mène à rien sans l’imagination, la vision globale, la créativité… et la spiritualité !
Dans ce livre, 40 auteurs dans leur diversité et avec des angles d’approche très divers entrelacent de leurs témoignages les propos des auteurs,

CITATIONS

A propos de la spiritualité

Préface de Bruno Giuliani

“À la suite de Spinoza et Bergson, j’appelle « sagesse intuitive » la pensée globale qui intègre science (connaissance objective analytique) et spiritualité (savoir subjectif synthétique) au sein d’une intelligence affective qui culmine dans l’art de vivre. C’est finalement à emprunter la voie symbolique de l’intuition – la pensée qui relie, unifie et s’accorde au sens évolutif de la vie – que ce livre nous invite. Le contraire de la voie diabolique du mental qui sépare, détruit et conduit à l’absurdité du monde transhumaniste. Après des siècles de dissociation entre l’Homme et la Nature, ce nouveau courant de pensée se place avant tout sous le signe de l’unification des polarités.” P. 21

Citations des auteurs

“Celles et ceux qui seraient « à droite » – cérébralement et non politiquement bien sûr – auraient des appétences particulières pour la spiritualité.” P. 39

“Si l’on considère par exemple l’intelligence spirituelle, Howard Gardner estime que la spiritualité est un mélange d’intelligences inter et intrapersonnelle. Ainsi, nous pouvons tricoter d’autres intelligences à partir de deux formes d’intelligences. Nos capacités se démultiplient” P. 53

“Spinoza, qui a réussi une parfaite alliance entre la logique et le cerveau droit plus mystique, a défendu un sentiment d’unité avec son concept de monisme : « Nous faisons partie de la Nature, rien ne nous sépare de l’univers ». C’est l’idée d’harmonie qu’a toujours prônée la philosophie grecque. Ou encore l’expérience numineuse de Jung qui réveille en nous cette envie de spiritualité”. P. 95

Pourriez-vous nous indiquer les pistes pour aller vers le meilleur futur ?
Philippe Guillemant
: ce sont nos pensées et nos émotions qui engendrent le futur. Or nous sommes plongés dans un conditionnement. Nous ne pouvons pas changer avec le mental. Il faut réussir à faire taire ce « petit vélo ». Nous sommes prisonniers de l’analyse permanente de notre mental que la méditation permet d’atténuer grâce au lâcher-prise. Ainsi pour aller vers le meilleur futur, il faudrait se mettre en état de captation, se libérer des conditionnements pour nous mettre dans un état spirituel.” P. 152

 

A propos de la méditation : un rempart à l’ultraconnexion technologique ?

“En neurosciences, il est aujourd’hui démontré scientifiquement que la méditation modifie favorablement la chimie de notre cerveau. Ce sont les mêmes ondes alpha (13 Hz) que nous utilisons pour l’hypnose et la méditation pour se débrancher, comme nous l’a expliqué l’hypnologue Philippe Genest. Pratiquer la méditation permet de mieux connecter les deux hémisphères de notre cerveau et d’atteindre une meilleure harmonie.” P. 299

“La méditation est aussi un excellent moyen de développer sa créativité, car elle permet d’améliorer à la fois la pensée divergente (cerveau droit) et la pensée convergente (cerveau gauche). L’artiste David Lynch explique le potentiel créatif de la méditation dans son livre Catching the Big Fish : Meditation, Consciousness, and Creativity” P. 300

A propos d’un bouleversement du monde du travail. Interview d’Audrey Chapot, anthropologue

“Plus que tout, c’est notre rapport au travail qui est en train de basculer, et la place qu’il prend dans notre quotidien. Les conditions de travail et relations managériales sont actuellement trop souvent toxiques, d’où les arrêts maladie, les burn out, les décisions de reconversion en masse. Ce sont les signes précurseurs de changements profonds. Les modalités de travail ne sont plus en adéquation avec nos besoins et aspirations. Même si des évolutions sont déjà visibles, le chemin est long car les mentalités et les comportements n’évoluent pas au même rythme.” P. 364

“Les managers sont en fait déjà hybrides : il leur faut à la fois des capacités organisationnelles et une intelligence relationnelle pour stimuler au mieux la performance de leurs équipes. Le problème est que ces fameuses compétences « couteau Suisse » sont difficiles à acquérir car si on en revient à l’asymétrie cérébrale, cela demande aux managers de savoir jongler avec les deux hémisphères de leur cerveau et d’avoir une approche résolument bicéphale de leurs collaborateurs entre le savoir-faire et le savoir-être. Ainsi, les dirigeants devront dans le futur, être de plus en plus souples et holistiques.” P. 366  

 

L’équipe de Spiritualités Magazine vous accompagne personnellement

Rêver votre vie, vivre votre rêve

Ici, l’équipe de Spiritualités Magazine vous accompagne au travers d’exercices en ligne et de rendez-vous en vidéo-conférence. 
Par ailleurs nous organisons divers séminaires, ainsi que des formations pour des groupes ou des entreprises.

Vous avez remarqué que nombre d’articles du site portent sur des livres récemment parus. La plupart ont comme intention d’accompagner un changement personnel et global. Les méthodes, les fondements théoriques, les traditions sous-jacentes, varient largement. Ce n’est pas contradictoire, et vous pouvez accompagner votre travail intérieur dans la variété des approches, ou dans l’enthousiasme d’avoir découvert ce qui vous convient parfaitement. L’important  est d’y travailler régulièrement et de persévérer. Certaines pratiques, comme la méditation, fait partie de toutes les voies de changement et d’élévation individuelle et collective.

Nous vous proposons une continuité de réflexions, de pratiques, d’exercices, issues à la fois de l’expérience de notre équipe et de notre interprétation ou de notre aménagement de passages des livres que nous présentons. Ainsi, les livres qui vous conviennent le plus pourront, eux-aussi vous accompagner dans une démarche libre et éclairée.

Les accompagnements de Spiritualités Magazine

Pour vous inscrire : actuellement gratuit
—————

Je me lève du mauvais pied. Comment faire ?

 

Pour obtenir le mot de passe, vous inscrire : actuellement gratuit

Stratégies d’auto-coaching

Les Editions GERESO qui éditent des livres très clairement présentés, une auteure – Mireille VIE – qui est une professionnelle du coaching, expérimentée, très méthodique et progressive : voici un livre qui peut servir de base à tous ceux qui veulent se prendre en main par eux-mêmes ou avec un minimum d’intervention extérieure… puisqu’il s’agit d’auto-coaching.

Choisir nos pensées

Mireille VIE part de la plus simple et de la plus puissante des idées : nous pouvons choisir nos idées, choisir correctement nos pensées, et c’est cela qui nous permet de faire face sereinement à la plupart des situations qui se présentent à nous. 
Une autre façon de le dire : la réalité est faite
1/ de faits observables : nous ne pouvons agir à ce niveau, nous acceptons
2/ d’interprétations, de biais, de préjugés, de déductions… bref de représentations. Celles-ci dépendent de nous. Nous pouvons agir au niveau de nos réactions à ce qui se passe.
Le livre va développer 20 situations de la vie quotidienne pour lesquelles le simple usage de notre cerveau, notre pensée, va permettre d’adopter la bonne stratégie, et de nous sentir bien mieux !

Nous sommes invités, avec quelques efforts, à modifier notre façon de penser. Cela en vaut la peine nous dit l’auteure… Je confirme !

La joie de manger et de boire – ASMR – La voie du réel

Les textes sacrés de la tradition tantrique du Cachemire, le Vijñanabhairava Tantra, inspirent à  Nathalie Delay un yoga de l’instant. Revenir à notre vraie nature. Découvrir l’ultime, la non-dualité, entrer en contact direct avec nos perceptions, nos émotions, nos pensées et nos actes, pour revenir vers notre vraie nature.

« Ce que nous avons ici est irrésistible. Nous devons remercier Nathalie d’avoir su humblement et lumineusement rendre à ce texte son sens universel au-delà de ses spécificités religieuses traditionnelles. »

La joie de manger et de boire

Lors de l’expansion causée par la joie de savourer nourriture et boisson, adhérer de tout son ête à cet état d’abondance et devenir la suprême Félicité

Les ASMR – La joie de manger et de boire

Créations originales de Jean-Marc Blancherie, à partir du texte de l’auteur

Poèmes d’un jour – ASMR

Poèmes d’un jour – ASMR

Présentation chuchotée... Sur le fil entre conscient et inconscient, le corps et l'esprit, l'âme noire et la lumière. Présentation en murmure... Un poème murmuré...EXTRAITS Norme La vie est-elle une norme ? Elle est un métronome Elle bascule Un coup à gauche Un coup à...

La Roue Médecine – Chamanisme Amérindien

La Roue Médecine – Chamanisme Amérindien

ASMR pour un chamanisme. Ecoutez  le chuchotement ! Quand les Anciens formaient un cercle avec des pierres, ils représentaient l’Univers, pour en comprendre les mystères et accéder à la connaissance.Le chuchotement à effet hypnotique que nous vous proposons vous...

La joie de manger et de boire – ASMR – La voie du réel

La joie de manger et de boire – ASMR – La voie du réel

Les textes sacrés de la tradition tantrique du Cachemire, le Vijñanabhairava Tantra, inspirent à  Nathalie Delay un yoga de l'instant. Revenir à notre vraie nature. Découvrir l'ultime, la non-dualité, entrer en contact direct avec nos perceptions, nos émotions, nos...

A la fin de l’expiration – ASMR – La voie du réel

A la fin de l’expiration – ASMR – La voie du réel

Les textes sacrés de la tradition tantrique du Cachemire, le Vijñanabhairava Tantra, inspirent à  Nathalie Delay un yoga de l'instant. Revenir à notre vraie nature. Découvrir l'ultime, la non-dualité, entrer en contact direct avec nos perceptions, nos émotions, nos...

Le réveil de l’enfant d’or

Le réveil de l’enfant d’or

Une belle idée pour vivre "Le pouvoir créatif du conte pour révéler votre enfant intérieur". Accompagnées par Isabelle de Lisle nous vivons une sorte de ré-enchantement de l'existence. Retrouver la conscience élargie qui est celle de l'enfance. "Le réveil de l'enfant...

Devenez pionnier du nouveau monde

Cette idée d’un nouveau monde habitait déjà Laurent Muratet voici 10 ans. En témoignent des interviews complètes effectuées pour le film Un nouveau monde en marche: Pierre Rabhi, Akhenaton, Christophe André, Dominique Bourg, Gaël Giraud, Annick de Souzenelle, Marc Dufumier, Jean-Marie Pelt, Haru (Leader amérindien), Jean-Baptiste de Foucauld.

Cette fois, avec 50 personnes, au moment du confinement, c’est une méthode et une énumération très précise des pensées – actions pour le changement que l’auteur nous propose.

Pour écouter le podcast, aidez vous des quadrants de Ken Wilber

 

Quadrant de Ken Wilber par Kévin Solinski

 

La portée collective de la psychologie positive

Comment aborder avec une vision, une intention, positive, la vie commune, les institutions, les enjeux collectifs de notre temps ?
Cette question est rarement posée. Elle est même absente des concepts et des débats politiques, là ou il serait simple de parler, tout simplement de qualité de vie. Qualité de vie pour tous, et chacun, avec le souci de combler les inégalités et de préserver la planète.

 

L’autohypnose Le petit guide de Camille Griselin

Le petit guide de l’autohypnose pour se libérer du stress, de la peur ou des addictions

Vous adorez la série « En thérapie » ? Eh bien, maintenant, vous pouvez vous concocter vos propres séances de thérapie, avec… l’autohypnose !

Car c’est par l’écrit que se passe chaque séance proposée par Camille Griselin. Oui, avec ce qui est écrit dans ce livre, vous pourrez vous libérer du stress, etc…  Cette praticienne de l’hypnose, met à votre disposition une technique puissante, ce dont vous serez persuadé en l’expérimentant.
Formée à l’hypnose Ericksonienne elle a développé ensuite sa propre méthode : « SAJECE ».
Très vite, comme praticienne elle a connu des succès concernant les dépendances, les addictions. Elle explique son cheminement :
« J’étais heureuse d’aider quelqu’un à se débarrasser de l’envie de fumer mais je voulais aller plus loin et traiter l’origine de cette envie, afin de ne pas déplacer le problème sur une autre dépendance. Petit à petit, ma méthode a évolué, j’ai œuvré sur les émotions, l’enfant intérieur, les croyances, les fidélités inconscientes, les mémoires, et je lui ai donné le nom d’hypnose SAJECE ».

Camille Griselin explique très simplement sa méthode, les raisons de son efficacité :
« Si, petits nous avons vu notre père colérique, nous lançons parfois aujourd’hui, malgré nous, le programme de la colère, parce que nous l’avions téléchargé.
Si, petits, nous avons vu notre mère stressée, c’est plus fort que nous, nous lançons parfois aujourd’hui automatiquement le programme du stress.
Si, petits, nous avons vu un grand frère dans l’inaction qui énervait nos parents, nous avons peut-être téléchargé le programme inverse : l’action permanente. Un programme en réaction à celui que nous avions sous les yeux, mais qui ne nous rend pas forcément heureux.
Le but de ce livre est donc de changer ces programmes, de faire une mise à jour interne, pour obtenir la meilleure version possible d’une vie heureuse.
Vous trouverez six séances pour vous aider à déprogrammer ces vieux fonctionnements. Je vous invite à lire toutes les séances en entier, et à relire chacune d’entre elles une fois par semaine, pendant trois semaines. Vous pouvez en faire plusieurs différentes par semaine.
En complément ou à la place des séances à lire, vous trouverez des enregistrements audios à écouter en scannant le QR Code à la fin de l’ouvrage. Il y en a six, qui correspondent aux séances écrites »

Le livre commence logiquement par « les blessures émotionnelles de l’enfance ». Et la méthode du livre apparait alors : pour chaque thématique l’auteur raconte une anecdote, nous livre un récit qui va nous marquer… y compris inconsciemment. Et son storytelling est vraiment attractif. Il suscite l’intérêt jusqu’à la fin de chaque histoire. « Je me souviens de l’histoire d’une femme qui lisait beaucoup de livres »… On a envie de savoir la suite !
La problématique devient, « changer l’histoire qu’on se raconte ». Puis on s’attaque à son système de croyance, à la confiance en soi, aux dépendances (tabac, nourriture, alcool, téléphone, etc.) pour terminer en se libérant de la peur. Chaque fois l’auteur explique comment se fait le passage (« bienvenue à vous dans cette séance d’hypnose à lire »). Mais au fur et à mesure, les histoires tournent autour de notions très diverses : les intentions, l’émerveillement, le monde binaire, le reflet, la création, la norme, l’incertitude, la séparation, dompter ses pensées, les croyances, l’enfant intérieur, les habitudes…

Tout est d’une grande richesse, d’une belle accessibilité, et autant que j’ai pu le tester, d’une grande efficacité. J’ai bien fait attention de ne pas me guérir d’une addiction personnelle : la présentation de livres de spiritualité et bien-être !

Manuel de sagesse ordinaire – César et Gitta Mallasz

L’interview en podcast

Une animation vidéo pour aller à l’essentiel

Trouver et cultiver le meilleur de soi

Enfin un livre de sagesse qui admet l’imperfection ! Un manuel, dit le livre lui-même… Mais alors un manuel bien vivant, bien proche des questions que nous nous posons. Des questions ancrées dans la vie quotidienne, et qui tendent vers un perfectionnement spirituel permanent. Un cocktail étonnant, détonnant, de bon sens et d’élévation de soi.
De quoi se transformer en profondeur tout en vivant sa vie, simplement.

C’est que ce livre se structure d’une manière particulièrement intelligente, de façon à nous accompagner dans un changement en douceur, à la fois dans notre vision et notre participation au monde ordinaire, et dans nos aspirations profondes, les nôtres, et non pas des valeurs prescrites.
Cinq parties structurent la recherche, et la pratique, du meilleur de soi : le découvrir, le fréquenter, l’installer dans toute sa vie, y résider (dans le meilleur de soi !), et enfin : être le meilleur de soi. Et chacune de ces parties se développe à partir d’une vision métaphorique qui accompagne la réflexion et la met directement à portée de notre entendement. Par exemple : Les petites musaraignes de la paix – Le monde des envies – La toilette psychique – La pétanque sacrée – L’art de la question – La grippe à bière…
Ce n’est pas un manuel banal !

Et c’est un accompagnement progressif qu’il nous propose, pour que chacun aille « vers sa vie plus juste », puis pour « pouvoir ensuite guider les autres vers leur vie plus juste ». A chaque sous-étape (par exemple celle de la « toilette psychique »), cinq moments de réflexion-action sont proposées :

  1. L’histoire d’une étrange expérience qui nous rend anormalement heureux… En fait, parce que nous avons rencontré le meilleur de nous-même. C’est une leçon de sagesse.
  2. Le jeu. Pour que cette histoire prenne toute sa place dans notre vie, Jacques nous propose un jeu. Un jeu de vie, le jeu de la vie… Une sorte d’exercice, mais chaque fois original, et si on le joue vraiment on avance vraiment ! En fait, César nous aide là à oser. Osez par exemple installer chez vous une « chaise magique » !
  3. L’étape de l’expérimentation. Quand on a à l’esprit cette mini histoire puis que nous l’avons traduite en jeu à pratiquer… on peut en voir les difficultés, se tromper, en comprendre les enjeux et les embuches, les étonnants bénéfices, en tirer des leçons. C’est le cumul de l’expérience.
  4. Puis ce sont les « conseils de David », l’ouverture de l’esprit, l’enseignement spirituel, la dimension du sens secret des choses.

Et finalement, comme le disent César et Jacques : « Le meilleur de nous est tout à côté de nous. Il nous attend »

L’interview en podcast

 

Pour accéder au monde de César

Le monde de César sur son site

Pour acheter le livre

C’est ici !

 

Les auteurs

 

Bernard Montaud

Né en 1951. Diplômé de kinésithérapie en 1973, il se forme ensuite à l’ostéopathie. Sa recherche sur le corps va le conduire à créer une méthode d’investigation de la psyché humaine, la Psychanalyse Corporelle.
Poursuivant sa quête intérieure auprès de plusieurs maîtres jusqu’à sa rencontre avec Gitta Mallasz qui va bouleverser sa vie, il crée en 1983 l’association Artas qui se définit comme une voie spirituelle dans l’ordinaire pour « apprendre à passer du pire de soi au meilleur de soi ».
En 1985, il rencontre Gitta Mallasz. Fasciné par le personnage, il s’éprend de son enseignement et devient son compagnon de route. Elle lui fait vivre une spiritualité ordinaire et naturelle qui transforme sa vie.  Elle le pousse à écrire son parcours. Nait alors la saga des César.

 

Sanjy Ramboatiana

Il a grandi dans un environnement cosmopolite. C’est sans doute cela qui lui a précocement donné une ouverture sur le monde. Ainsi, son diplôme de l’EM Lyon en poche, il choisit de travailler dans différents pays où il s’enrichit de différentes façons de penser et de vivre.
Côté passion, c’est les arts martiaux, karaté et aïkido. Il s’y adonne des heures. Il s’y entraine d’abord pour la pratique physique avant de découvrir sa dimension spirituelle. C’est ce qui va déclencher sa recherche spirituelle.
En 2002, il rencontre Bernard Montaud. Rencontre bouleversante puisqu’il va d’emblée suivre assidûment son enseignement. Dix ans plus tard, en parallèle de son métier de consultant et d’enseignement à l’université, il transmet l’enseignement de Bernard Montaud à travers la France.
En 2017, il fonde avec lui Les Roses Rouges sur le Bitume, une association d’aide aux prisonniers américains.
En 2021, il rédige avec lui le 5ème livre de la Saga des César, César l’imparfait heureux, un manuel de sagesse inspiré par Gitta Mallasz.

Une belle émission d’Europe 1 sur Gitta Mallasz

***

Rencontre avec un livre et un auteur : la paix intérieure

Vers la page de présentation du livre

Interview de l’auteur : Alain Delourme

Vidéo d’animation

.

Quelques idées clés de cette interview

 Voici un très beau livre, très bien écrit, une belle écriture   et une pensée vraiment profonde

Sans prétention, je travaille beaucoup non seulement la thématique mais aussi la forme l’écriture elle-même.

J’étudiais votre livre, LA PAIX INTERIEURE, que vous avez écrit je suppose l’année passée, lorsque prenant tout le monde au dépourvu, une guerre éclate en Europe…

En fait ce livre a été écrit bien avant et ça ne fait que confirmer que nous sommes dans une société où on privilégie la recherche de pouvoir, et aussi la dimension matérielle au détriment du spirituel. C’est une erreur gravissime tant au niveau individuel qu’au niveau collectif. Et ce qu’on appelle le progrès, certes il y a plein de choses, mais on a aussi fait d’énormes progrès en termes d’armement par exemple, et on a affaire à des imbéciles qui se trouvent présidents de nations et qui sont des enfants qui jouent à la guerre. Il y a l’exemple des Russes, on en a un peu l’habitude, mais par exemple le président de la Corée du Nord : lui ça se voit que c’est gros bébé qui joue avec ses jouets. sauf que ses jouets ils confinent à l’armement nucléaire. ça peut avoir d’énormes conséquences désastreuses au niveau de l’humanité et ces programmes d’armement s’effectuent au détriment de l’élévation spirituelle.
C’est à dire qu’on est encore embryonnaire sur le plan spirituel. L’homme est en transition, dans une étape intermédiaire entre le singe et l’homme.

 J’ai trouvé que le contenu de votre livre, en quelque sorte montait en puissance spirituelle au fur et à mesure, et vous accompagnez le lecteur depuis des choses assez simples et très ressenties au départ et puis peu à peu vous approfondissez. Le début est d’ailleurs une très belle présentation du thème je pense qu’on peut s’en servir pour présenter le livre.
Mais tout simplement, qu’est-ce que c’est que la paix intérieure

La question n’a rien de simple !
C’est un espace progressivement stabilisé, le rapport à soi-même aux autres et au monde, où il y a une secondarisation de la pensée et du vécu affectif et corporel, mais où on n’est pas pris au piège de l’actualité effervescente, où il se passe toujours des tas de choses dans le monde et dans le quotidien. On n’est pas pris au piège et on reste si possible dans un état intériorisé, et calme, serein. Même si on peut être malmené par des expériences de vie, au niveau amoureux, familial, professionnel, social, interplanétaire…
Il s’agit de ne pas être prisonnier de cette effervescence extérieure et quoi qu’il arrive de rester à peu près tranquille. Un sage par exemple, si on lui annonce la fin du monde dans cinq ou dix minutes, s’il est en train de boire un thé il continuera de boire son thé. Et sa main ne tremblera pas. C’est l’exemple extrême. J’aime beaucoup cette image, je la visualise effectivement et essayons de ne pas être agrippé par l’actualité. Evitons par exemple de regarder tous les jours les informations télévisées qui sont toujours focalisées sur les drames, sur ce qui ne va pas. Donc c’est une attitude, la paix intérieure, un processus. Un processus qui nécessite cet état d’intériorisation que progressivement on va stabiliser en ne laissant pas prise aux pièges. En ne se laissant pas malmener par ce qu’il se passe à l’extérieur.

On arrive quand même ne pas se couper de l’extérieur ?

Non : il ne s’agit pas d’être indifférent à ce qui se passe autour de soi. Chez sa famille chez des amis dans la société dans le monde. Ce n’est pas une position indifférente, pas du tout. C’est une position de retrait, de recul, alors à son acmé on pourrait dire de sagesse. Il y a des êtres qui y sont parvenus. ça veut dire que c’est possible. Je préfère lire et écouter ces maîtres là plutôt que ceux qui nous nous disent que tout va mal. Et que ça va aller de pire en pire.

Est-ce que c’est la même chose que la quête du bonheur ?

Effectivement, c’est pour ça que la première partie je l’ai pour beaucoup consacrée à la présentation d’une joie sereine, d’un bonheur paisible. le mot bonheur en général fait peur. On le trouve utopique, déréalisé. Je soutiens dans d’autres travaux la valeur formidable de l’utopie. Victor Hugo nous dit « l’utopie c’est la réalité de demain » parmi toutes les belles choses qu’il a pu nous transmettre… Quel que soit mon sujet de recherche je cite des pensées admirables de de Victor Hugo. C’est un maître exceptionnel. L’utopie c’est la réalité de demain, si nous y travaillons, évidemment. il ne s’agit pas de rester passif et de travailler individuellement, en groupe et collectivement. A la mise en place de ce bonheur paisible, de cette joie sereine qu’accompagne la paix intérieure. L’une ne va pas sans l’autre. Donc c’est un travail sur l’intériorité qui permet d’y parvenir.

Un travail sur l’intériorité, ça veut dire aussi que l’on veut vivre autrement. C’est lié à un changement aussi ?

Exactement, c’est un projet qui peut paraître ambitieux, irréalisable. C’est de penser autrement.  De vivre autrement. C’est pour ça je cite d’ailleurs Emil Cioran, un philosophe absolument magnifique. C’est quelqu’un qui vivait différemment, qui pensait différemment, qui écrivait autrement. J’aime beaucoup cette différence. Ce qu’on pourrait appeler la passion de l’altérité.  J’aime beaucoup qu’on soit pareil.  Sur le plan biologique, psychologique, relationnel, bon. Mais j’aime beaucoup les personnes qui ont une couleur différente, une manière de vivre et de penser autre que la manière commune. Et des hommes qui disent autre chose que ce qu’on entend. Non seulement à la télévision que je critiquais précédemment mais aussi dans les cours universitaires. On récite encore et encore les mêmes choses. J’y ai consacré pas mal d’années, j’ai fréquenté cinq universités parisiennes et parfois admirables. Mais parfois on répète le par cœur.  Mais justement après mon doctorat en psychologie, bien sûr j’étais satisfait, mais frustré aussi. Il me semblait que c’était intéressant d’aller voir ailleurs.
Justement je me suis demandé dans quelle discipline. Et c’est la philosophie, l’éthique, à la Sorbonne, notamment parce que Robert Misrahi y travaillait. J’adorais ses travaux.
Je fais en sorte de rencontrer les auteurs qui m’intéressent vraiment et j’ai rencontré Robert Misrahi, et c’est ce que j’ai fait et Edgar Morin. Je ne me suis pas contenté de les lire j’ai voulu savoir si le personnage correspondait à la théorie et dans ce qu’il convient de retenir de mon travail. Et je les ai invités dans des colloques de psy et il démarre et pour provoquer aussi il démarrait son intervention ainsi : « je vais vous montrer que l’inconscient n’existe pas » puis il développait sa pensée avec une méthodologie de philosophe. C’était très intéressant. Or sa femme était psychanalyste lacanienne et un jour je l’ai ramené en voiture je lui demande : avec une femme lacanienne comment vous faites, comment ça se passe ?
Ça se passe mal. On a pris la décision sage de plus aborder la question.

Mais expliquez-moi comment l’inconscient n’existe pas ?

Je n’en ai aucune idée ! Je suis persuadé du contraire !
Je suis quand même psychothérapeute depuis 35 ans et force est de constater que ce soit d’ailleurs dans ma propre trajectoire existentielle, ou dans celles que j’ai accompagnées, je pourrais le dire aussi aux niveaux national et international, que l’inconscient existe bien. On fait des choses, et parfois terribles, notamment en termes de conflits, de barbarie, sans trop saisir pourquoi on fait ça.  il y a de mauvais préconscients ou dans bien des cas totalement inconscients.  Oui oui la tension existe. Les existences sont des rencontres plus ou moins tumultueuses entre nos désirs et nos peurs. 

(…)

Je critique les postfreudiens ou les post-lacaniens. Les deux choses qu’ils n’ont pas pensés, c’est 1/ l’amour et 2/ la spiritualité

Il y a un deuxième homme c’est Jung.  C’est aussi l’inconscient collectif et donc vous-même vous vous insistez beaucoup sur les interconnexions. La paix intérieure ce n’est pas quelque chose de solitaire.

C’est exactement ça. Et donc il nous éclaire sur tout ça. La paix intérieure est liée à au moins cinq niveaux :

  • reliée à soi… mais dans les différentes facettes
  • reliée aux autres évidemment intersubjective
  • reliée à la nature
  • reliée au cosmos
  • reliée au sacré

Donc c’est tout sauf un enfermement sur soi-même, dans sa bulle, un extérieur du monde. Mais je trouve que Jung va plus loin que Freud. L’inconscient freudien est individuel, l’inconscient Jungien est collectif. Mais je me propose d’aller plus loin en soutenant un inconscient du monde vivant. C’est à dire pas seulement les humains et aussi les animaux et aussi la végétation par exemple j’ai un rapport très particulier très affectueux avec les arbres. Ils me transmettent énormément de paix et ils me relient à la fois la terre et à la fois au ciel.

Nous sommes bien dans une époque où cette évolution est palpable. Il y a de plus en plus de gens qui se relie comme ça ou au vivant en général et la place de la nature ce n’est pas seulement écologique au sens politique du terme c’est bien en même temps quelque chose de spirituel. Et on sent qu’il y a de la recherche dans ce sens or elle est élargie vraiment à l’ensemble du monde vivant.  

Enfin personnellement je n’adhère à aucune religion terrestre dogmatique et qui ne me parlent pas. Je me sens d’une cosmologie cosmique, la vie est vraiment reliée à l’ensemble donc pas seulement terrestre mais aussi supra-terrestre.  Quand le soleil va s’éteindre dans 4 milliards d’années, la terre n’existera pas non plus.  Si on n’est pas relié à une dimension cosmique, sans le cosmos, sans l’univers, nous n’existerions simplement pas.  C’est un grave problème de se limiter au seul inconscient individuel ou au seul inconscient collectif humain.
Il s’agit de se relier dans la mesure où on le souhaite, et où on intériorise suffisamment, où l’on médite suffisamment, de se relier à beaucoup plus grand que soi.  

Vous parlez aussi d’une dimension initiatique, de la paix intérieure initiatique, qu’est-ce que ça représente exactement ?

C’est tout à fait complémentaire à ce qu’on vient de dire. Initiatique ça vient de « initiare ». Vers la prise de conscience des liens et vers l’élévation spirituelle. Donc la paix initiatique c’est une paix dont on souhaite qu’elle nous relie sur des plans spirituels, spiritualisés, mais même au niveau scientifique. Par exemple la physique quantique nous a montré depuis déjà un siècle que nous sommes tous interconnectés donc au niveau microcosmique c’est au niveau des quantas. Au niveau macrocosmique c’est au niveau des galaxies. Donc nous on est dedans, mais dans cet entre-deux si je puis dire. Donc c’est pour ça que la paix est initiatique. Parce qu’elle est nourrie à tout ce qui est microscopique, à l’infiniment petit, et à l’infiniment grand.  Parmi les avantages ça nous amène à développer quand même une forme d’humilité. Humilité dont les humains manquent énormément.

L’initiatique c’est un passage

Un passage oui. Mircea Eliade a travaillé sur l’initiation, partout sur le globe. Et j’ai tiré profit de cet auteur. Il m’a passionné. Il est très expérimenté sur le thème de la démarche initiatique dans différentes cultures.

Qu’est-ce que vous pensez et de toute cette vague de livres, et moi je suis plongé dedans. Je m’intéresse aux auteurs et aux éditeurs et je trouve qu’il y a un nombre considérable de livres qui demandent aux gens de se transformer. Il y a derrière des gens qui ont des démarches qu’ils proposent. Je trouve que généralement c’est d’un bon niveau. En y mettant du don de soi. J’ai l’impression que ça s’accélère, que de plus en plus on va vers un  monde différent avec une dimension spirituelle et qui fait en creux le contraire : cette façon qu’ont les gens de se  détourner de ce qui jusqu’à présent faisait le quotidien, le politique,  l’implication uniquement dans les problèmes du quotidien etc. J’ai l’impression qu’il y a une élévation par rapport à tout ça que l’on délaisse beaucoup de choses du monde tel qu’il se présente pour aller vers autre chose. Qu’est-ce que vous en pensez ?

Je le vis dans mon travail de psychothérapeute, mais aussi de superviseur de professionnelles de la relation. Je passe beaucoup de temps à dire ce que vous venez de dire. À les inviter parce qu’ils ont des quotidiens extrêmement suroccupés, où ils ont beaucoup trop de patients. Je les invite à prendre le temps de vivre le silence, de vivre les promenades dans la nature, de méditer, de prier. De moins être pressés.
On parlait du bonheur. En fait, pour le bonheur, prendre son temps va plus vite !

(…) La suite, à écouter sur le podcast !

Pourquoi un lieu est-il sacré ?

Ecoutez le podcast ***    

Lieux sacrés : Mathieu LOURS et Benoit de SAGAZAN sur KTO

Le livre édité par Larousse “100 destinations pour s’éveiller à la spiritualité” pose d’emblée la question. Une question que l’auteur, Clare Gogerty, a dû se poser pour choisir ces 100 lieux… et elle ne s’est pas trompée.
Sa première réponse est sans doute la plus intéressante : ce sont des lieux qui recèlent une inexplicable magie. Ils suscitent en nous une impression profonde et mémorable.
Je pense en fait que c’est notre part de sacré qu’éveille le lieu. Un moment dans l’espace et le temps lui fait écho et résonne.

L’auteur nous parle aussi des voyages qui transforment. C’est au retour que nous le savons : “il s’est produit un changement intérieur, un approfondissement de la conscience de soi.”

L’intériorité et le lieu partagent une vibration, aménagent un espace où l’âme et le monde se rencontrent.

Nous avons aimé

Quelques conseils pour un voyage d’éveil spirituel

1 ÉCOUTEZ L’APPEL

Y a-t-il un lieu qui vous attire plus particulièrement ? Êtes-vous prêt à vous lancer dans une quête spirituelle, une quête de sens ? Prenez conscience des lieux et des idées qui trouvent un écho en voUs. Suivez leur appeL Qui sait où cela vous mènera…

2 PRÉPAREZ-VOUS AU VOYAGE

Faites des recherches sur les lieux que vous allez visiter servez-vous de ce livre comme point de départ !

Tracez un itinéraire approximatif en laissant suffisamment de place à la spontanéité.

3 FRANCHISSEZ LE SEUIL

Les préparatifs sont terminés, le voyage commence.

4 VOYAGEZ INTENTIONNELLEMENT ET EN PLEINE CONSCIENCE

Partez dans l’intention de vous imprégner de la sagesse de cultures différentes de la vôtre. Investissez-vous mentalement et émotionnellement dans vos pérégrinations. Regardez vraiment ce qui s’offre à vous. Arrêtez-vous souvent pour réfléchir à ce que vous voyez. Accueillez les gens en gardant l’esprit ouvert. Marchez d’un pas léger. Soyez attentif. Notez vos expériences dans un journal.

5 RENTREZ CHEZ VOUS ET RÉFLÉCHISSEZ

Songez à la signification de votre voyage et aux changements qui se sont opérés en vous.

6 CONTINUEZ À CHANGER

Appliquez ce que vous avez appris dans votre vie quotidienne, Continuez à évoluer. Le voyage extérieur a beau être terminé, le voyage intérieur ne fait que commencer.

Voyages spirituels, tourisme

Deux fées sur un berceau

Deux fées sur un berceau

Il était une fois, dans une forêt mystique enveloppée dans les teintes dorées d'un crépuscule éternel, une clairière isolée connue des quelques âmes courageuses qui osaient s'aventurer au cœur des bois ancestraux. Ce lieu n'était pas ordinaire, car il était le berceau...

Pratiquez l’écriture intuitive – Mélanie Chereau

Pratiquez l’écriture intuitive – Mélanie Chereau

Mélanie Chereau nous lance un défi : Pratiquez 21 jours de suite l'écriture intuitive. C'est le temps nous dit-elle qu'il faut, neurologiquement, pour changer ou acquérir une habitude. Acquérir son livre Spiritualités Magazine organise des ateliers réguliers, et des...

Zen et Slow – Le Magazine augmenté

Zen et Slow – Le Magazine augmenté

ZEN ET SLOW, MAGAZINE AUGMENTÉ ET GRATUIT, EST UN SUPPORT DE COMMUNICATION VIVANT, INNOVANT, ET TELLEMENT EFFICACE Nous publions, en numérique, et en format papier (1000 exemplaires minimum, 5000 normalement) un magazine Zen & Slow sur votre thème d’activité,...

Tourisme spirituel

Tourisme spirituel

Tourisme spirituel ? Voyage spirituel ? Les deux peuvent s faire, partout...  

Pourquoi un lieu est-il sacré ?

Pourquoi un lieu est-il sacré ?

Ecoutez le podcast ***     Lieux sacrés : Mathieu LOURS et Benoit de SAGAZAN sur KTO Le livre édité par Larousse "100 destinations pour s'éveiller à la spiritualité" pose d'emblée la question. Une question que l'auteur, Clare Gogerty, a dû se poser pour choisir ces...

Trésors de sagesse  –  Contes du Tibet pour petits et grands

Trésors de sagesse – Contes du Tibet pour petits et grands

Des trésors de sagesse tibétaine, pour les petits et pour les grands. Des contes qui nous transportent dans un autre monde, une sagesse très ancienne. Un vaste champ d'idées philosophiques s'ouvre devant nous, des chemins spirituels se dessinent. En fait, il s'agit de...

Partir et méditer

Partir et méditer

Regarde au loin Au mélancolique je n’ai qu’une chose à dire : « Regarde au loin. » Presque toujours le mélancolique est un homme qui lit trop. L’œil humain n’est point fait pour cette distance ; c’est aux grands espaces qu’il se repose. Quand vous regardez les étoiles...

Pauses spirituelles

Pauses spirituelles

"Il faut retourner au dialogue avec l'Esprit, il faut reprendre le chemin du silence.C'est en cessant de faire du bruit avec nous-même que nous entendons la musique éternelle"  Maurice Zundel Anne Ducrocq nous offre 100 lieux qui sont 100 occasions de se tourner vers...

Un Saint-Jacques de Compostelle intérieur

Un Saint-Jacques de Compostelle intérieur

Ce coffret vous ouvre un cheminement vers vous-même, au travers de belles images évocatrices, et des sept chakras.Le pèlerinage est symbolique en même temps que physique, dans l'espace. Dans son rapport au temps, il ouvre des perspectives étranges, car s'y côtoient le...

La mer, une thérapie naturelle pour notre santé

La mer, une thérapie naturelle pour notre santé

Ecoutez le podcast ***  Sur téléphone Par le Dr Deborah CRACKNELL Voici un livre, disponible ici, qui est aussi beau qu'intéressant. Nous le présentons aussi ici de manière personnelle, vivante, dans nos Podcasts ici Présentation par l'éditeur : L’immensité des mers...

Pin It on Pinterest