Sélectionner une page

Red Team 3

Le livre intitulé Ces guerres qui nous attendent – Saison 3 rassemble les contributions de plusieurs auteurs dont Virginie Tournay, Laurent Genefort, Romain Lucazeau, Capitaine Numericus, François Schuiten et Saran Diakité Kaba, avec une préface signée Alain Fuchs et Cédric Denis-Rémis. Publié par les Éditions des Équateurs, cet ouvrage explore, à travers une démarche originale mêlant science-fiction et prospective stratégique, les futurs possibles du conflit et de la guerre. La trame de Ces guerres qui nous attendent nous plonge dans un futur proche où l’humanité est confrontée à des défis géopolitiques et technologiques sans précédent. L’usage de la science-fiction comme outil de réflexion permet d’explorer des scénarios extrêmes mais plausibles, mettant en lumière les potentialités des technologies émergentes ainsi que les nouvelles formes de conflits qu’elles pourraient engendrer. La troisième saison de cette série, dont l’ambition est de susciter la réflexion sur l’avenir de la défense et de la sécurité, propose deux scénarios principaux : l’un autour de l’avancée technologique représentée par l’implant cérébral “eshu”, l’autre concernant la conquête spatiale et ses implications militaires et économiques.

Dans le premier scénario, “Face à l’Hydre”, une technologie révolutionnaire permettant l’assimilation instantanée de connaissances transforme radicalement les sociétés et les armées. Elle engendre la création d’une armée éphémère et modulable, l’Hydre, capable de s’adapter en temps réel aux situations de combat grâce à la diffusion instantanée de savoir-faire militaire à des civils. Cette partie explore les implications éthiques, sociales, et stratégiques d’une telle innovation, posant la question de la frontière entre civil et militaire, et réinterrogeant les notions d’engagement et de sacrifice.

Le deuxième scénario, “La ruée vers l’espace”, décrit une course effrénée à l’exploitation des ressources spatiales, cristallisant tensions et rivalités sur Terre. Il met en scène des entreprises et des États luttant pour le contrôle de ressources extraterrestres, illustrant ainsi les enjeux géostratégiques de la prochaine frontière de l’humanité. Ce récit d’anticipation révèle les défis de gouvernance, de sécurité et d’éthique posés par l’extension de la présence humaine dans l’espace.

Ces guerres qui nous attendent s’adresse à un public large, incluant les passionnés de science-fiction, les stratèges, les décideurs politiques, ainsi que toute personne intéressée par les futurs possibles de notre monde. Son approche immersive et réfléchie vise à éveiller les consciences sur les enjeux de demain et à stimuler le débat public sur des questions fondamentales touchant à la sécurité collective et à l’évolution de notre société.

LA GUERRE COGNITIVE

Ces guerres qui nous attendent – Saison 3 explore  la guerre cognitive non seulement comme un affrontement où la connaissance et l’information sont des armes, mais aussi comme un champ de bataille où l’esprit humain lui-même est à la fois le terrain de jeu et l’enjeu.
Il aborde la notion de guerre cognitive à travers le concept de l’implant “eshu”, qui symbolise une révolution dans l’accès et la manipulation de l’information et des connaissances. La guerre cognitive, telle qu’illustrée dans ce scénario, explore l’impact des technologies avancées sur la compréhension, la décision et l’action dans le contexte d’un conflit. Voici quelques éléments clés extraits du document qui soulignent comment cette notion est explicitée :

Manipulation instantanée des connaissances : L’implant “eshu” permet à ses utilisateurs d’acquérir instantanément des compétences et des connaissances spécifiques. Cette capacité transforme radicalement la manière dont les individus peuvent être mobilisés et utilisés dans des situations de conflit, en faisant d’eux des acteurs capables d’adapter leur rôle et leurs compétences en temps réel.
Diffusion et réversibilité des savoirs : L’aspect réversible de l’acquisition des connaissances via l’eshu souligne une dimension cognitive du conflit où le savoir peut être non seulement rapidement diffusé mais aussi retiré, permettant une flexibilité et une adaptabilité sans précédent des forces en présence.
Communication décentralisée et instantanée : La mise à jour de l’eshu en une version permettant une communication décentralisée et symbiotique entre les individus équipés transforme la coordination des opérations. Cette interconnexion avancée favorise une forme de cognition collective où la prise de décision et l’exécution des actions sont le produit d’un réseau interconnecté d’individus, plutôt que d’une hiérarchie traditionnelle.
Impact sur l’organisation de l’action collective : La technologie de l’eshu, en bousculant les méthodes traditionnelles d’apprentissage, de communication et d’organisation, met en lumière un nouveau paradigme de la guerre cognitive où la capacité à générer, partager, et manipuler l’information est centrale. Cela soulève des questions sur la nature de l’autonomie, de la volonté et de l’identité dans un contexte où les frontières entre l’individu et le collectif, la pensée et l’action, sont redéfinies.
Questions éthiques et stratégiques : L’usage de l’eshu dans un contexte de conflit soulève des questions profondes sur l’éthique de la manipulation cognitive, sur la responsabilité des actions menées sous l’influence de connaissances implantées, et sur les stratégies à adopter face à un ennemi qui peut se recomposer et s’adapter constamment grâce à ces technologies.

ET LA SPIRITUALITÉ ?

Le livre n’évoque pas explicitement une dimension spirituelle dans les scénarios présentés. Ses récits se concentrent principalement sur les implications technologiques, stratégiques et sociétales de futurs conflits envisagés à travers l’usage de technologies avancées comme l’implant “eshu” et la conquête spatiale. Cependant, la manière dont ces technologies transforment les sociétés, les individus et les conflits pourrait être interprétée ou approfondie sous un angle spirituel, notamment en ce qui concerne les questions d’identité, de conscience collective, et des limites éthiques de l’humain face à l’avancée technologique. La réflexion sur l’augmentation humaine, l’interconnectivité et l’impact sur les notions de liberté et de volonté individuelle pourrait (devrait ?) ouvrir sur des interrogations spirituelles.
Il serait tout à fait possible de réfléchir à la dimension spirituelle qu’implique l’intégration de telles technologies dans la vie quotidienne et dans la structure même de la société. Aux questions de l’essence de l’humanité à l’ère de l’intelligence artificielle et des réseaux interconnectés, la quête de sens dans un monde où les capacités humaines sont amplifiées ou modifiées par la technologie, et le rôle de la conscience et de l’esprit dans le contexte d’une guerre où les frontières entre l’homme et la machine, le civil et le soldat, deviennent floues.
On pourrait aussi s’interroger sur le gap entre le travail progressif et minutieux de l’alchimiste et ces transformations instantanées de l’individu et du collectif.

 


 

 

 

Les Clés de l’Intelligence Amoureuse – Florentine d’Aulnois-Wang

Florentine d’Aulnois-Wang, dans “Les Clés de l’Intelligence Amoureuse”, propose un guide pour enrichir les relations de couple sur le long terme. Elle partage des clés pour activer le potentiel de la relation amoureuse, transformant ainsi la vision traditionnelle du couple. L’ouvrage offre des outils concrets pour surmonter les crises, renforcer les connexions, comprendre et dissoudre les conflits, et redécouvrir la joie d’être ensemble. L’auteure s’appuie sur la méthode relationnelle Imago, la psychologie positive, les neurosciences, et sa propre expérience de thérapeute de couple pour étayer ses propositions pratiques. Elle invite à construire le grand amour pas à pas, soulignant que celui-ci ne se trouve pas mais se crée activement
Elle explore l’évolution des relations amoureuses dans le contexte contemporain, où les valeurs sociétales peuvent parfois devenir prédatrices pour l’union amoureuse. Elle propose une nouvelle interprétation des défis du couple, tant ceux amenés par le monde extérieur que ceux qui résident en nous. Le livre remet en question les idéaux romantiques traditionnels et encourage à voir au-delà du plaisir immédiat pour une relation plus profonde et véritable. La vision révolutionnaire proposée par l’auteure est de trouver soi-même à travers la relation de couple, plutôt que de quitter la relation pour une quête personnelle
“Les Clés de l’Intelligence Amoureuse” mettent en lumière l’importance des dynamiques émotionnelles et relationnelles au sein d’un couple pour le développement personnel et mutuel. Le livre souligne la nécessité de prendre du temps pour soi et pour le couple, en dépit des exigences du monde moderne. Il encourage la création de moments de connexion et de profondeur, tels que des promenades sans but ou des voyages, pour réinviter la proximité et l’intimité. En abordant des concepts tels que le polyamour, le livre offre une perspective inclusive sur les relations amoureuses, invitant les lecteurs à accueillir l’amour présent plutôt que de se concentrer sur le manque d’amour passé.

Le livre s’adresse à tous ceux qui sont en relation de couple ou intéressés par le développement d’une relation saine et durable.
Il explore les défis intérieurs et extérieurs auxquels les couples sont confrontés, offrant une perspective nouvelle sur ces défis. En se basant sur des citations poétiques et des références à la psychologie, l’auteure propose une lecture enrichissante pour toute personne désireuse de comprendre et d’améliorer sa relation de couple. Le livre offre ainsi un mélange de théorie et de pratique, invitant les lecteurs à une introspection et à un engagement actif dans le processus de croissance de leur relation.

Une note particulière : L’auteur aborde le concept de polyamour. Elle le définit comme une orientation relationnelle où il est considéré possible et acceptable d’aimer plusieurs personnes et de maintenir plusieurs relations amoureuses et sexuelles simultanément, avec le consentement de tous les partenaires impliqués. L’auteure souligne l’importance d’être ouvert et honnête à propos de ces relations. Le livre suggère que le polyamour représente un défi pour la cellule traditionnelle du couple, car il diffère des concepts conventionnels de monogamie et de relations exclusives. Cependant, le polyamour est parfois confondu avec d’autres formes de relations non-monogames, ce que l’auteure cherche à clarifier.

Une petite histoire ?

 

Dans un village reculé, niché entre des collines verdoyantes, vivait Léon, un horloger réputé pour ses créations uniques. Homme de peu de mots, Léon trouvait refuge dans le tic-tac rassurant de ses horloges, une mélodie qui rythmait sa solitude.

Un jour, une cliente mystérieuse lui apporta une montre ancienne, accompagnée d’un livre étrange : “Les Clés de l’Intelligence Amoureuse”. Intrigué, Léon, habituellement distant des affaires du cœur, se plongea dans sa lecture.

Le livre lui révéla des vérités insoupçonnées. Léon fut frappé par l’idée que l’amour, tout comme une horloge, nécessite attention et entretien. Cette analogie lui parla profondément, résonnant avec son métier d’horloger.

Il fut particulièrement touché par la notion que la relation amoureuse est une danse entre deux êtres, chacun apportant son rythme unique. Les pages du livre lui parlèrent de la nécessité d’une connexion émotionnelle authentique, loin des simples mécanismes de l’horlogerie.

Léon commença à voir ses interactions avec les gens sous un jour nouveau. Il prit conscience de l’importance de chaque moment partagé, chaque échange, comme des engrenages d’une montre complexe.

Un jour, la cliente mystérieuse revint pour récupérer sa montre. Léon, armé de nouvelles perspectives sur l’amour et les relations, engagea une conversation. Ils découvrirent rapidement une connexion inattendue, une curiosité mutuelle pour l’autre et pour le monde.

Ils commencèrent à se rencontrer régulièrement, partageant des discussions profondes inspirées par “Les Clés de l’Intelligence Amoureuse”. Chaque rencontre apportait une nouvelle couche de compréhension et de respect mutuel.

Léon se rendit compte que ce livre ne lui avait pas seulement ouvert les yeux sur l’amour, mais lui avait aussi permis de rencontrer une âme qui vibrait à l’unisson avec la sienne. Ensemble, ils explorèrent les principes du livre, les intégrant dans leur relation naissante.

Leur amour, tel un mécanisme d’horlogerie finement réglé, grandit en harmonie et en beauté. Léon apprit que les clés de l’intelligence amoureuse résidaient non seulement dans les mots d’un livre, mais aussi dans les moments partagés, les silences compris, et les émotions partagées.

Connaissez-vous ce village entouré de collines où un horloger et une cliente mystérieuse construisirent une relation guidée par les enseignements de Florentine d’Aulnois-Wang ? Un amour qui transcendait le temps et l’espace, mesuré non en heures, mais en battements de cœur.

Les princesses ont toujours raison – Peau d’Ane

Découvrez l’analyse perspicace de Fabrice Midal sur le conte “Peau d’Âne”. Cet article explore les thèmes du désir complexe, de la résilience face au traumatisme, de la puissance de l’amour véritable, de la réappropriation de soi, de la réconciliation, et de la nature sauvage du désir humain, offrant une lecture profonde du conte classique.

L’histoire

L’histoire de “Peau-d’Âne” de Charles Perrault comporte plusieurs moments clés :

  1. Un Roi Heureux : Un roi grand et aimé vit une vie prospère avec sa femme belle et vertueuse, et leur fille gracieuse. Leur bonheur est accentué par un âne magique qui produit des pièces d’or​​.
  2. Décès de la Reine : La reine tombe gravement malade et meurt, en faisant promettre au roi de ne se remarier qu’avec une femme plus belle qu’elle​​.
  3. Le Roi et sa Fille : Après le décès de sa femme, le roi, ne trouvant aucune femme à la beauté équivalente à celle de la défunte reine, se tourne vers sa propre fille, la jugeant plus belle que sa mère, et décide de l’épouser​​.
  4. Refus de la Princesse : Horrifiée par la proposition de son père, la princesse consulte sa marraine, la fée des Lilas, pour trouver une issue. La fée lui suggère de demander au roi des robes impossibles à fabriquer pour retarder le mariage​​.
  5. Les Trois Robes : La princesse demande d’abord une robe couleur du temps, puis une robe couleur de la lune, et enfin une robe couleur du soleil. Contre toute attente, le roi parvient à faire fabriquer ces robes​​.
  6. La Peau d’Âne : Lorsque toutes les autres tentatives échouent, la fée conseille à la princesse de demander la peau de l’âne magique. Après avoir obtenu la peau, la fée dit à la princesse de s’enfuir déguisée sous cette peau​​.
  7. La Nouvelle Vie de la Princesse : Vivant sous un déguisement de souillon, la princesse travaille dans une ferme. Elle attire l’attention du fils du roi, propriétaire de la ferme, qui la voit un jour habillée de manière élégante et tombe amoureux d’elle sans savoir qui elle est réellement​​.
  8. Le Gâteau Magique : Tombé gravement malade par amour, le prince demande que Peau-d’Âne lui fasse un gâteau. En le cuisinant, elle laisse tomber une bague dans la pâte, que le prince trouve plus tard en mangeant le gâteau​​.
  9. La Quête de la Bague : Le prince, déterminé à épouser celle à qui appartient la bague, organise un test pour que toutes les femmes du royaume essaient la bague. Finalement, Peau-d’Âne est appelée et sa véritable identité est révélée lorsque la bague lui va parfaitement​​.

 

 
 

Interprétation

 

L’histoire de “Peau-d’Âne” offre plusieurs leçons et sagesses

 

  • La Vertu de la Patience et de la Résilience : La princesse fait face à une situation difficile avec patience et résilience, cherchant des solutions plutôt que de céder au désespoir.

 

  • L’Importance de la Sagesse et du Conseil : La princesse s’appuie sur les conseils de la fée des Lilas, montrant l’importance de chercher la sagesse et le soutien dans les moments difficiles.

 

  • La Force de la Morale et de la Vertu : La princesse refuse de se soumettre à une demande immorale, même venant de son propre père, soulignant l’importance de rester fidèle à ses principes.

 

  • Les Conséquences Inattendues des Promesses : La promesse de la reine mourante au roi mène à des conséquences imprévues et montre qu’il faut réfléchir aux implications potentielles de nos paroles et engagements.

 

  • L’Apparence vs la Réalité : L’histoire illustre comment les apparences peuvent être trompeuses. La princesse, bien que déguisée en souillon, conserve sa noblesse intérieure et sa beauté véritable.

 

  • L’Amour Véritable Triomphe : Finalement, c’est l’amour sincère et pur qui triomphe, soulignant que l’amour véritable va au-delà des apparences et des circonstances.

 

  • L’Importance de l’Autonomie et de l’Indépendance : La décision de la princesse de fuir plutôt que de se soumettre à un mariage forcé montre l’importance de l’autonomie personnelle et du courage de prendre son destin en main.

La sagesse de Fabrice Midal

 

  • Les Complexités du Désir : Le conte illustre comment le désir peut être complexe et parfois destructeur, comme le montre le désir incestueux du roi pour sa fille.

 

  • La Résilience Face au Traumatisme : La princesse, bien que traumatisée, trouve des moyens de se reconnecter avec sa dignité et son humanité, montrant l’importance de la résilience et de l’autopréservation.

 

  • La Puissance de l’Amour Véritable : Le prince voit au-delà des apparences et aime la princesse pour sa véritable essence. Cela souligne que l’amour véritable peut transcender les circonstances extérieures et restaurer la dignité.

 

  • La Réappropriation de Soi : Peau d’Âne trouve des moments pour se rappeler de sa vraie nature et de sa noblesse, ce qui est crucial pour sa guérison et sa transformation.

 

  • Le Pardon et la Réconciliation : La fin du conte avec la réconciliation et le pardon entre le roi et sa fille montre l’importance de guérir des blessures passées pour avancer.

 

  • La Nature Sauvage du Désir : Le conte symbolise également la nature brute et sauvage du désir humain, et comment elle peut être apprivoisée ou canalisée de manière constructive à travers l’amour.

Et si je tentais de réécrire “Peau d’Ane” ?

Dans l’ombre d’un royaume oublié était un roi. Ce roi, dont l’âme voguait dans le silence de ses vastes chambres, aimait une reine. Elle, belle comme les premières lueurs de l’aube, portait en elle un secret, une tristesse profonde qu’elle dissimulait derrière un sourire timide. De leur union naquit une fille, une enfant aux yeux clairs, reflets d’un ciel d’été. Elle grandit, isolée, dans les jardins clos du palais, apprenant le monde à travers les fenêtres de son âme solitaire.

Un jour, la maladie vint. Elle s’installa, insidieuse, dans le corps de la reine, la consumant lentement. Le roi, déchiré par un chagrin sans nom, veillait à son chevet, cherchant désespérément dans ses yeux un signe, un espoir. Mais la reine, dans un murmure presque inaudible, lui fit promettre, une promesse lourde comme les cieux d’orage : ne se remarier qu’avec une femme surpassant sa beauté. Une promesse impossible, un vœu éphémère, lancé dans le vent de l’agonie.

La reine s’en alla, laissant derrière elle un royaume en deuil, un roi en ruines, et une princesse errant dans les allées du jardin, comme un spectre, perdue dans les méandres de son innocence. Le roi, hanté par le spectre de son amour perdu, se détourna de sa fille, laissant le vide envahir son cœur..

La princesse, dans son isolement, grandit. Une fleur dans un désert. Elle fleurissait en beauté, en grâce, à l’abri des regards. Son père, le roi, égaré dans les méandres de son chagrin, la découvrit un jour, comme par hasard, comme s’il la voyait pour la première fois. Sa beauté le frappa, éveillant en lui un désir profond, interdit, qui vint à le consumer de l’intérieur. Il voulut l’épouser, pour honorer cette promesse faite à la reine mourante, ignorant l’abîme qu’il creusait alors entre eux.

La princesse, terrifiée, se tourna vers sa marraine, la fée Lilas, cherchant refuge dans ses paroles, dans son regard. La fée, dans sa sagesse ancienne, lui souffla des énigmes, des défis impossibles pour le roi – des robes de couleur du temps, de la lune, du soleil. Mais le roi, aveuglé par son désir, releva chaque défi, apportant ces robes impossibles à la porte de la princesse.

La dernière épreuve, la demande de la peau de l’âne magique, fut la plus cruelle. Le roi, dans son obsession, ne vit pas la douleur qu’il infligeait, ne vit pas la lumière s’éteindre dans les yeux de sa fille.

La princesse, revêtue de la peau d’âne, s’enfuit dans la nuit. Elle quitta le palais, laissant derrière elle sa vie, ses rêves. Dans un village lointain, elle se cacha sous cette peau, devenue son refuge, son armure contre le monde.

Et là, dans cette cabane modeste, sous les étoiles silencieuses, elle rêvait. Parfois, elle se glissait dans ses robes magnifiques, se regardait dans le miroir brisé, cherchant à se rappeler qui elle était, avant que tout ne bascule.

Dans le village, la princesse sous sa peau d’âne vivait, invisible, une ombre parmi d’autres. Jours après jours, elle s’effaçait, devenant une part du décor, une figure parmi les figures du village, simple gardienne des bêtes.

Mais un jour vint… le prince !  Jeune, d’une beauté troublante, portant en lui cette même solitude que la princesse reconnaissait en elle. Il la vit, un jour de fête, parée de sa robe couleur de soleil, un éclat fugace dans l’obscurité de sa cabane. Il fut frappé, non pas par sa beauté, mais par ce qui émanait d’elle – une force, une tristesse, une énigme.

Le prince, de retour dans son palais, ne pouvait l’oublier. Il demanda un gâteau fait par ses mains, un lien, un geste. Dans la pâte, une bague se glissa, symbole de son passé, de son identité perdue.

Et ce fut cette bague qui scella leur destin. La princesse, appelée au palais, révélée dans sa véritable splendeur, fit tomber la peau d’âne, laissant apparaître la femme, la princesse qu’elle n’avait jamais cessé d’être.

Dans les yeux du prince, elle vit enfin le reflet de son propre être, non pas une figure de désir, mais une âme sœur. Leur union fut la célébration de la fin d’un long voyage, le retour à la lumière après un long séjour dans les ténèbres.

Et c’est ainsi que le conte se termine, non pas dans l’oubli, mais dans la mémoire de ces moments passés, dans la douce mélancolie des choses qui étaient et qui ne seront plus jamais.

La princesse, autrefois prisonnière de son destin, trouva dans son voyage un chemin vers sa propre renaissance, un hymne à la résilience de l’esprit humain. La fin de leur conte n’était pas une simple conclusion, mais le commencement d’une nouvelle légende, écrite non pas dans les pages des livres de contes, mais dans les cœurs de ceux qui osent braver l’obscurité pour trouver leur lumière.

 
 
 

Sagesse cachée des monastères : Une odyssée spirituelle éclairée

Le soir d’hiver enveloppe le monastère dans un silence mélodieux, interrompu uniquement par les chants grégoriens qui s’élèvent comme des vagues mystiques, témoignant de la présence divine. Chaque mot, chaque silence, semble peint avec les pinceaux d’une divinité qui transcende le réel, plaçant les moines et leurs hôtes dans un espace entre ciel et terre.

“Sagesse Cachée des Monastères” nous invite dans ce monde mystérieux et sacré, un endroit où la foi est plus qu’un mot, elle est une expérience vécue, un passage intime qui guide l’âme vers des eaux plus profondes. L’auteur nous dévoile un monde où le chant des bénédictins imprègne l’air, chaque note portant la promesse de l’éternité.

Le livre est une exploration, une rencontre avec des âmes qui ont trouvé leur repos dans le sacré, et pourtant, il ne s’agit pas d’une fuite du monde, mais d’une immersion plus profonde en lui. À travers les récits des monastères, le lecteur est invité à un voyage qui est autant intérieur qu’extérieur. Entre les murs de pierres séculaires, une sagesse ancienne résonne, offrant des réponses aux questionnements éternels de l’humanité.

Sœur Aubierge, une figure clé, dévoile une malice et une sagesse qui défient le temps. Son récit, intense et illuminé, est un miroir dans lequel le lecteur peut se voir, non pas comme un être fini, mais comme une âme en voyage. Le monastère n’est pas une fin, mais un passage, une porte qui s’ouvre vers une lumière qui ne connaît pas de déclin.

Le silence et la solitude ne sont pas une privation, mais une plénitude, un espace où le divin se révèle dans son intégralité. Les mots sont insuffisants pour capturer l’essence de cette rencontre. C’est une danse de l’âme, un écho du divin qui résonne à travers les âges, invitant chaque lecteur à une danse sacrée qui transcende le temps et l’espace.


***

Quelques présentations selon la sensibilité de chacun

  1. Dans les dédales silencieux de ces pierres sacrées, où l’écho d’une prière se perd depuis des siècles, ce livre nous révèle les mystères que même Notre-Dame pourrait envier. “Sagesse cachée des monastères” est un hymne à l’éternité, une quête de lumière dans les ombres de notre existence.
  2. C’est un livre simple, direct. Des moines, des murs anciens, des chants. La vérité est là, dans le silence entre les mots. “Sagesse cachée des monastères” est une rencontre avec l’éternité, sans fioritures.
  3. Dans le cadre solennel des monastères, où chaque pierre semble raconter une histoire d’amour et de dévotion, ce livre offre un aperçu des passions subtiles et des délices spirituels qui animent le cœur de ces résidents pieux.
  4. Au milieu du faste et de la frénésie du monde moderne, il y a un sanctuaire où l’éclat de la sagesse brille plus lumineusement que n’importe quelle fête. “Sagesse cachée des monastères” est ce sanctuaire en papier, une invitation à une élégance spirituelle.

1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN

Voir aussi un exemple concret : l’écoute de podcasts !

Quentin Turquet nous prend doucement par la main…

 

Il n’est pas rare de sentir un léger malaise face à la répétition du quotidien. « 1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN » vient à la rescousse de ceux qui cherchent à injecter un vent de fraîcheur dans leur vie quotidienne, sans avoir à se plonger dans des tomes complexes sur le développement personnel ou la psychologie humaine. L’auteur dévoile avec délicatesse un chemin élégant mais efficace pour réinventer la routine. En prenant la plume, il offre aux lecteurs une mosaïque d’habitudes à explorer. Chaque mois se voit attribuer une valeur fondamentale – de la santé à l’authenticité, en passant par le bonheur et la discipline – engendrant ainsi un parcours équilibré et harmonieux tout au long de l’année.
Cette démarche ne prône pas un changement radical et instantané. Au contraire, le lecteur est encouragé à adopter ces nouvelles pratiques à son propre rythme, en s’octroyant la liberté de les ajuster selon ses besoins et aspirations personnelles. Ce livre n’est pas une doctrine, mais un compagnon silencieux qui marche aux côtés de ceux désireux de donner une nouvelle profondeur à leur existence.
Pour ceux qui ressentent l’appel de l’aventure, des challenges supplémentaires s’ajoutent à ces habitudes, pour titiller la curiosité et provoquer des étincelles d’énergie et d’enthousiasme. Rien d’imposé, tout est invitation. C’est dans cette souplesse que réside la beauté de l’ouvrage. « 1 AN POUR BOUSCULER TON QUOTIDIEN » est une œuvre à la fois subtile et puissante, un délicat équilibre entre l’élégance de l’écriture et la pragmatique quotidienne. L’occasion peut-être, pour les couples, les amis, les familles, d’unir leurs forces, de partager cette quête et d’enrichir l’expérience par le prisme des perspectives multiples.

 

Storytelling

La vallée était verdoyante, et chaque arbre et chaque brin d’herbe lui semblait baigné d’une lumière sereine. Élise, pourtant, se trouvait à un carrefour de sentiers. Elle était là, hésitante, chaque chemin offrant un horizon différent, une promesse distincte.
Un vieux sage, à la barbe aussi blanche que la neige, la regardait avec des yeux emplis d’une douceur infinie. Il s’approcha, son sourire évoquait une chaleur réconfortante : « Je vois l’orage des questionnements dans ton regard, jeune Élise. » Élise leva les yeux, et ses mots, comme chargés d’une douce mélancolie, trouvèrent le chemin de l’air. « Je suis prisonnière d’une routine qui érode mon âme. Je cherche le changement positif, mais il me fuit, insaisissable. » Le vieux sage hocha la tête, « La transformation personnelle, mon enfant, est un voyage, non une destination. » Il pointa vers le sentier du milieu, « C’est un chemin d’apprentissage continu. Une voie où chaque pas est une découverte de soi. »
« Mais comment puis-je acquérir la vitalité nécessaire pour emprunter ce chemin ? » demanda Élise.
Le vieux sage sourit, son rire résonnant avec la douce mélodie du vent dans les arbres. « La vitalité naît du bien-être. Prends soin de ta santé, nourris ton corps et ton esprit, et tu seras une rivière débordante d’énergie. » Élise regarda le sentier, ses yeux emplis d’une curiosité naissante. « Et le bonheur ? Est-il une fleur que l’on cueille sur ce sentier d’apprentissage ? »
« Le bonheur, chère enfant, n’est pas une quête mais une création. C’est l’essence même du développement personnel. Tu le façonneras dans l’atelier de tes actions et de tes pensées. Cultive de bonnes relations, avec toi-même et avec les autres, et le bonheur fleurira comme le printemps après un hiver rigoureux. » Élise semblait absorbée par chaque parole du vieux sage. Il y avait dans ses mots une lumière qui dissipait l’obscurité de ses doutes.
« Mais comment briser la chaîne de la routine ? » Elle posa cette question avec une ardente soif de libération. Le vieux sage la prit par la main et la guida vers le sentier du milieu. « Vois-tu, Élise, la routine est un sol fertile où la graine de l’anti-routine peut être semée. Embrasse chaque jour comme une terre inexplorée. Que chaque aube soit une invitation à la découverte, et chaque crépuscule, un miroir de réflexion. »
Élise, les yeux brillants d’une nouvelle lumière, s’engagea sur le sentier. Chaque pas résonnerait-il de la promesse d’une aube nouvelle ?
Le vieux sage, avec la sagesse de ses années et la douceur de ses paroles, avait allumé une flamme. Une flamme qui danserait et grandirait au rythme des pas d’Élise, illuminant son chemin de transformation personnelle dans l’abondante forêt de la vie.

Un peu plus tard Élise s’avançait sur le sentier, les paroles du vieux sage résonnant en elle comme une mélodie douce et envoûtante. Chaque mot était une étincelle, illuminant les recoins sombres de ses pensées et de ses incertitudes. Le vent caressait ses cheveux, chaque souffle de la nature semblant porter les échos des sages paroles qu’elle venait de recevoir. Elle murmurait chaque mot : “transformation personnelle”, “développement personnel”, “bien-être”… Ces termes, autrefois abstraits et lointains, prenaient désormais une forme et une substance, comme des pierres précieuses qu’elle pouvait toucher et sentir. Mais alors qu’elle progressait, une question se posait, insistant et insistante. Comment ces mots, aussi beaux et puissants soient-ils, s’articuleraient-ils dans la trame complexe et imprévisible de la vraie vie ? Comment le “changement positif” se traduirait-il au-delà du sentier, dans le monde tumultueux et bruyant où la routine et le quotidien gouvernent impitoyablement ?
“Énergie”, “santé”, “vitalité”… Elle réfléchissait à ces mots, les retournant dans son esprit comme on caresse des pierres lisses au bord d’une rivière. Elle comprenait leur importance, leur valeur, mais le pont entre la compréhension et la mise en pratique était un territoire non cartographié, un mystère qu’elle se sentait à la fois impatiente et anxieuse de démystifier. “Relations”, “bonheur”, “découverte de soi”… Comment ces éléments s’entrelacent-ils dans le dance complexe de l’existence ? Comment, dans le rythme effréné du monde, trouve-t-on le temps et l’espace pour cultiver, arroser et nourrir ces graines pour qu’elles fleurissent en un jardin luxuriant ? “Apprentissage”, “anti-routine”… Élise était à ce carrefour de la connaissance et de l’action, où les mots et les idées doivent prendre racine dans le sol fertile des actes et des choix quotidiens pour révéler leur vrai pouvoir.  Ces mots étaient désormais ses compagnons de voyage, et la jeune femme savait qu’à chaque étape de son périple, elle devrait les inviter, les consulter, et les laisser guider ses pas, à travers la vallée sereine et au-delà, dans le vaste, complexe et magnifique paysage de la vie.

Manipulation de l’Esprit : L’Impact Éthique et Spirituel de la Technologie

David Colon, “La guerre de l’information”, “Les Etats à la conquêt de nos esprits”

Dans ce livre qui vient de sortir (Septembre 2023), David Colon dit tout l’impact que cette VRAIE guerre à sur nos esprits

Voici l’une des explications qu’il propose à notre conscience, son livre étant, au-delà, très complet en termes de géopolitique

La confrontation contemporaine ne se limite plus à des champs de bataille physiques mais s’étend désormais au cerveau humain, une réalité alarmante qui nécessite une attention urgente. Les réseaux sociaux tels que TikTok ont créé une dynamique où le contenu addictif et l’engagement utilisateur priment, souvent aux dépens du bien-être mental et physique des utilisateurs. L’interface addictive de l’application, conçue pour encourager la réaction plutôt que la réflexion, rappelle tristement l’épidémie d’opium qui a autrefois ravagé la Chine.
Les cas de jeunes impressionnables engagés dans des défis dangereux, voire mortels, mettent en lumière les risques associés à une consommation non régulée et incontrôlée de ces contenus. La responsabilité de TikTok dans la propagation de contenus nocifs est un sujet de préoccupation croissante, exacerbé par son refus de s’aligner sur les directives de protection des mineurs.
Au-delà des préoccupations immédiates liées à la santé et à la sécurité, une menace plus insidieuse émerge. Les stratèges militaires, en particulier en Chine, reconnaissent le potentiel de la guerre cognitive – une confrontation où le cerveau humain devient à la fois le champ de bataille et l’enjeu. La « guerre intelligentisée » s’appuie sur des technologies avancées pour manipuler l’information, accélérer la prise de décision, et saturer l’ennemi avec un flux incessant de contenus pour affaiblir ses défenses psychologiques et cognitives.
Cette nouvelle forme de guerre a le potentiel de déstabiliser des nations, manipulant les perceptions et les croyances pour affaiblir la société de l’intérieur. Il s’agit d’un combat silencieux mais dévastateur pour l’intégrité cognitive, où les victoires ne sont pas mesurées par les territoires conquis, mais par les esprits influencés.

Ce que nous en déduisons sur un plan spirituel

Sur un plan spirituel, la situation décrite engendre une série de réflexions profondes. Elle soulève des questions concernant la dignité humaine, l’intégrité de l’âme, et les effets de la technologie et de la manipulation cognitive sur notre essence spirituelle.

Dignité Humaine

Valorisation de l’Individu :

  • La manipulation de la conscience et de la psychologie individuelle par des technologies comme TikTok peut être vue comme une violation de la dignité humaine. Spirituellement, chaque personne est souvent considérée comme unique, précieuse et dotée d’une âme inviolable.

Intégrité de l’Âme

Influence Externe :

  • La subversion des valeurs individuelles et la manipulation des comportements par des algorithmes et des contenus numériques peuvent être interprétées comme des attaques à l’intégrité de l’âme. Dans de nombreuses traditions spirituelles, la liberté de choix et la volonté propre sont centrales à la croissance et au développement spirituels.

Technologie et Spiritualité

Harmonie et Équilibre :

  • La dépendance et la manipulation technologiques peuvent être perçues comme des perturbateurs de l’équilibre spirituel. Les technologies qui manipulent ou exploitent l’esprit peuvent entraver la quête individuelle de sens, de paix et d’harmonie.

Questions Spirituelles Profondes

Quête de Sens :

  • L’impact des médias sociaux et des technologies de l’information sur notre perception de la réalité, nos croyances et nos valeurs peut affecter la quête spirituelle d’un individu. Cela soulève la question de savoir comment maintenir l’authenticité et la pureté de l’âme dans un monde saturé d’informations et d’influences externes.

Liberté Spirituelle :

  • La manipulation cognitive et psychologique érode la liberté spirituelle, la capacité d’explorer, d’exprimer et de cultiver son propre parcours spirituel. La saturation de l’esprit avec des contenus manipulés et dirigés menace cette liberté.

Un Appel à la Vigilance Spirituelle

L’éveil spirituel dans ce contexte exige une vigilance accrue face aux forces qui cherchent à manipuler et contrôler l’esprit et l’âme. Il invite à une réaffirmation des valeurs spirituelles de l’autonomie, de la dignité et de l’intégrité. Dans un monde de plus en plus dominé par des forces invisibles et insidieuses, la préservation de l’espace sacré intérieur, où réside l’essence véritable de chaque individu, devient un acte de résistance et d’affirmation spirituelle.

La gratitude

La Gratitude : Une force transcendante face à l’adversité

La gratitude est plus qu’une simple expression de remerciement. C’est une force intérieure qui se manifeste comme un contrepoids à la colère, un antidote à la division et une réponse à la peur. Elle peut être considérée comme une forme de résilience qui, en dépit des défis, nous rappelle constamment les aspects positifs et les cadeaux de la vie.
Par la gratitude, nous gagnons en perspective. Elle permet de voir au-delà des obstacles immédiats, nous offrant une vision élargie de la vie, où joie et amour peuvent émerger des moments les plus inattendus. Elle modifie notre perception, incitant à une réflexion plus profonde sur notre environnement, nos relations et nous-mêmes. Cette reconnaissance sincère des moments précieux est également un point central de nombreuses traditions spirituelles et religieuses. Elle symbolise une forme de connexion, un rappel de l’importance de l’amour du prochain. Plus qu’une croyance, elle est un acte tangible, traduisant notre compassion en actions concrètes.
Mais la gratitude ne se manifeste pas toujours facilement. Elle demande un effort, surtout dans les moments difficiles. Néanmoins, c’est dans ces moments que sa force est la plus perceptible. Elle ne promet pas de solutions magiques, mais offre une nouvelle façon de voir et de vivre les défis. Peut-être aujourd’hui, vous sentirez-vous inspiré à embrasser cette gratitude. Pensez à quelqu’un qui pourrait bénéficier d’un simple “merci” ou d’un geste d’appréciation. Considérez ce jour comme une opportunité de remercier et de partager cette reconnaissance avec ceux qui vous entourent.
Après tout, la gratitude est une force collective, un mouvement mondial qui ne demande qu’à être partagé.

La Gratitude : un phare au milieu de la tempête du quotidien

Dans le tumulte incessant de nos vies, parmi les embûches et les soucis quotidiens, il est parfois difficile de discerner les éclats de lumière qui nous environnent. La gratitude, mise en avant par la psychologie positive, est cette boussole qui peut nous aider à voir les merveilles souvent dissimulées par les ombres de notre quotidien. La gratitude, loin d’être une simple reconnaissance passive, est un puissant outil de bien-être, tant pour le corps que pour l’esprit. En ces temps où l’anxiété prévaut, elle est un baume apaisant. Elle nous guide vers une appréciation plus profonde des moments heureux, nous éloignant de ce sentiment de manque ou de ce désir d’insaisissable toujours plus.
La gratitude est une émotion nuancée et complexe. Comme l’explique une chercheuse du domaine, elle requiert une attention accrue à autrui et à notre environnement. C’est un mélange d’empathie – cette capacité à ressentir les efforts et les intentions de l’autre – et d’humilité, qui nous rappelle notre interdépendance avec le monde qui nous entoure. Dire “merci”, c’est reconnaître le rôle vital que l’autre joue dans notre bien-être. C’est un acquiescement silencieux : “Grâce à toi, ma journée est plus lumineuse”.
Cultiver cette “orientation reconnaissante”, ce regard focalisé sur les bienfaits souvent méconnus du quotidien, est un véritable exercice mental. Et pour nous y aider, la psychologie positive nous propose plusieurs outils concrets. Le plus emblématique est sans doute le journal de gratitude. Inspiré par les travaux de Robert Emmons et Michael McCullough, il s’agit d’une invitation à consigner régulièrement les moments de joie, de reconnaître la gratitude ressentie envers les personnes, la nature, ou même la vie elle-même. Sophie Lantheaume, psychologue à l’hôpital privé Drôme-Ardèche, valorise cette pratique dans l’accompagnement des patients atteints de cancer, les encourageant à s’ancrer dans les moments positifs.
Un autre outil préconisé est la lettre de gratitude. Il s’agit de prendre le temps d’écrire à une personne qui nous a soutenu, mais que nous n’avons peut-être jamais remerciée. À travers ces mots, nous faisons le récit de l’impact positif qu’elle a eu sur notre vie. La gratitude est plus qu’une simple émotion. C’est une pratique, un art de vivre, qui nous aide à naviguer à travers les complexités du quotidien avec une lumière renouvelée.

Cette vie et au delà – Dr Christophe Fauré

Docteur Christophe Fauré : Une exploration au-delà du cartésien

La vie, la mort et ce qui pourrait exister après celle-ci ont toujours suscité de nombreuses interrogations. Parmi les chercheurs et experts qui se sont penchés sur ces questions, le Dr Christophe Fauré, médecin, se démarque par son approche unique et sa volonté de comprendre au-delà de la vision cartésienne.
Lorsqu’un patient commence par dire : “Docteur, je suis quelqu’un de très cartésien mais…”, on peut s’attendre à ce qui suit. Une histoire d’Expérience de Mort Imminente (EMI), d’Expérience de Fin de Vie (EFV) ou de contact avec un défunt qui remet en question tout rationalisme.

Le Dr Fauré a été témoin de ces témoignages bouleversants à de nombreuses reprises. Au-delà de l’étrangeté apparente, ce qui a réellement retenu son attention, c’est l’impact positif profond qu’ont ces expériences sur ceux qui les vivent. Nombreux sont ceux qui sont revenus de ces épisodes transformés, avec une perspective renouvelée sur la vie. Sa mission, en tant que médecin, est claire : aider et apaiser. Ces récits, sources inestimables de réconfort pour de nombreuses personnes, ne pouvaient donc pas être ignorés. Cela l’a poussé à approfondir ses recherches, à consulter diverses sources et à se plonger dans une quête de compréhension. Aujourd’hui, Dr Fauré nous invite à explorer ces phénomènes avec lui. Une exploration qui promet d’aller bien au-delà de ce que l’on pourrait imaginer. Nous plongeant dans les questions qui ont hanté l’humanité depuis la nuit des temps : qu’existe-t-il après la mort ? Notre conscience survit-elle à notre départ physique ? Quelle est véritablement la nature de notre conscience ?
Si ces questions vous intriguent, sachez que vous n’êtes pas seul. Rejoignez le Dr Fauré dans cette quête fascinante et peut-être trouverez-vous des réponses à vos propres interrogations.

L’étude des phénomènes insaisissables à travers la phénoménologie : Un regard scientifique

Plongeons-nous dans une problématique fascinante : comment étudier des expériences aussi éthérées que les Expériences de Mort Imminente (EMI), les Vécus Subjectifs de Contact avec un Défunt (VSCD) et les Expériences de Fin de Vie (EFV)? La seule source d’information provient des témoignages, mais sont-ils suffisamment robustes pour soutenir des études scientifiques ?
La réponse est affirmativement positive, grâce à une méthode de recherche profonde et respectée : la phénoménologie.

Qu’est-ce que la phénoménologie ?
La phénoménologie est une démarche scientifique axée sur l’étude des expériences vécues. Issue des grandes écoles de pensée du XXe siècle, elle a inspiré des penseurs de renom comme Merleau-Ponty, Sartre et Levinas. Sa pertinence s’étend à divers domaines comme la psychiatrie, les sciences humaines et de l’éducation. Cette approche cherche à comprendre l’essence d’une expérience, en s’affranchissant des doctrines ou des idées préconçues. La phénoménologie, dans sa pureté, s’efforce d’éviter toute interprétation en capturant la réalité de l’individu. Le Dr. Christophe Fauré a adopté cette méthode pour étudier les témoignages de centaines de milliers de personnes ayant vécu ces expériences extraordinaires. C’est un point crucial, car cela valide leur pertinence dans un cadre scientifique.

Dans son ouvrage, le Dr. Fauré choisit une démarche méthodique.
La première partie explore divers phénomènes tels que les EMI, VSCD, EFV et les souvenirs de vies antérieures.
La deuxième partie confronte ces expériences avec les objections et contre-arguments contemporains, tout en remettant en question les hypothèses actuelles sur la conscience.
Enfin, la troisième partie est consacrée aux enseignements que l’on peut tirer de ces phénomènes et comment ils peuvent éclairer notre quotidien.

Quelques unes des leçons qu’en tire l’auteur à la fin de l’ouvrage

Les bouleversements induits par les Expériences de Mort Imminente (EMI)

Les Expériences de Mort Imminente (EMI) constituent un phénomène fascinant et mystérieux qui, une fois vécu, laisse rarement la personne inchangée. Ces expériences profondes transforment la vision de la vie, le rapport à soi, à autrui, mais aussi les perceptions et les valeurs matérielles. Voici comment.

1. Conception renouvelée de la vie et de la mort
Suite à une EMI, une transformation profonde de la perspective sur la vie et la mort s’opère. Cette vision modifiée se manifeste par :

  • Diminution de la peur de la mort : Une confiance renforcée en la survie de la conscience après la mort physique émerge.
  • Éveil spirituel : Bien que moins religieuses, les personnes se déclarent plus spirituelles, se détachant des dogmes pour embrasser une quête de spiritualité personnelle.
  • Joie de vivre et sérénité : Vivre pleinement le moment présent, minimiser les tracas quotidiens et ressentir parfois une mission de vie définie devient une réalité.

2. Reconnaissance et acceptation de soi
Une EMI engendre également :

  • Soif de connaissance : Beaucoup affirment avoir eu accès à la “connaissance universelle”, suscitant un désir d’apprendre et de développement personnel.
  • Augmentation de la confiance et de l’estime de soi : Une vision renouvelée de soi surgit, impactant positivement l’image de soi.

3. Transformation dans la relation à autrui
L’EMI modifie profondément le rapport à l’autre :

  • Priorité à l’amour : L’expérience d’un amour inconditionnel avec un être de lumière renforce la capacité d’amour et d’empathie envers autrui.
  • Amélioration des relations interpersonnelles : L’entraide, la tolérance, la compassion prennent une place prépondérante. Le jugement des autres devient moins pesant.

4. Émergence de perceptions extrasensorielles
Certaines personnes témoignent de nouvelles capacités, telles que la télépathie ou les rêves prémonitoires, à la suite d’une EMI.

5. Changements d’ordre matériel
Les valeurs matérielles sont réévaluées :

  • Désintérêt pour le matérialisme : Les biens matériels perdent de leur importance, tout comme le statut social, la compétition et la réussite financière.

 

L’EMI : Une transformation de la perception de soi et de la continuité de la conscience

Les Expériences de Mort Imminente (EMI) constituent un bouleversement de la perception qu’un individu a de lui-même, de sa nature et de sa place dans l’univers. Voici comment ces perceptions se transforment.

1. Désidentification au corps
Au cours de notre vie, nous associons souvent notre identité à notre enveloppe physique, ce qui engendre la peur de la mort. Une EMI offre une perspective différente :

  • Conscience hors du corps : Durant l’EMI, des personnes se perçoivent hors de leur corps, remettant en question l’idée que “si mon corps cesse d’exister, je cesse d’exister.”
  • Détachement vis-à-vis du corps : Observer son propre corps à distance crée un sentiment de détachement, le percevant parfois comme un vêtement usé, superflu.
  • L’essence spirituelle vécue : La conviction que notre véritable essence transcende le corps devient pour beaucoup une réalité palpable.

2. Rencontres avec des proches décédés
Un élément majeur renforçant la conviction d’une vie après la mort est la rencontre avec des êtres chers disparus :

  • Interactions avec les défunts : Ces échanges, teintés d’émotions, de partages et parfois de conflits, sont vécus comme de véritables interactions avec des entités conscientes.
  • Promesse de retrouvailles : Ces êtres chers promettent souvent une réunion future, renforçant l’idée de la pérennité de la conscience.

3. Continuité de la conscience avant et après cette vie
La notion de continuité de la conscience ne se limite pas à la vie après la mort. Pour certains, elle s’étend aussi à une existence préalable :

  • Souvenirs d’une vie antérieure : Suite à une EMI, certains envisagent l’existence d’une conscience avant leur naissance actuelle, souvent en lien avec des récits d’enfants parlant de vies antérieures.
  • Réincarnation : L’idée que la conscience pourrait se manifester à travers plusieurs existences, ou réincarnations, est alors envisagée comme une option réaliste, réduisant la peur de la mort.

 

L’EMI et la Conscience Interconnectée

Les Expériences de Mort Imminente (EMI) nous plongent dans une dimension qui dépasse les frontières de notre compréhension ordinaire, mettant en lumière l’universalité et l’interconnexion de la conscience.

1. Une Conscience Universelle
Les témoignages d’EMI dépeignent une conscience qui ne se limite pas aux individus mais qui imprègne toute existence, vivante ou non :

  • Connexion intime avec tout : Au cours de leur EMI, les individus ressentent une profonde connexion avec tout, qu’il s’agisse d’autres personnes ou d’éléments de la nature. Certains parlent de leur capacité à lire les pensées et ressentir les émotions d’autrui.
  • Tout est interconnecté : Un témoignage typique exprime : “Quand je regarde une fleur, un oiseau ou une forêt, je ressens que c’est une partie de moi. Nous sommes tous interconnectés.”

2. La Notion d’Interdépendance
Ce concept n’est pas uniquement spirituel. Il reflète la réalité :

  • Interconnexion universelle : Comme le bouddhisme l’explique, tout est lié dans un réseau infini d’interconnexions. Cela s’illustre à travers les conséquences complexes du dérèglement climatique.
  • Impact de nos actions : Chaque action ou parole a des répercussions sur soi et sur les autres, un principe fondamental en thérapie systémique. Cela est résumé par un témoignage : “Ce que je fais de bien à autrui, je le fais à moi-même et vice versa.”

3. Respect pour le Vivant
La prise de conscience de cette interdépendance conduit souvent à une profonde révérence pour toute forme de vie :

  • Préservation de l’environnement : Suite à leur EMI, beaucoup adoptent une attitude plus écologique, comprenant l’importance de protéger la Terre.

4. L’Unité de la Conscience
Au-delà de l’individualité, les personnes ayant eu une EMI ressentent une fusion avec une conscience plus large :

  • Conscience individuelle vs. universelle : Bien que leur conscience personnelle demeure distincte, elle est vécue comme une expression d’une conscience plus vaste, unifiée et globale.

La voie, notion symbolique

La notion symbolique de VOIE

La notion symbolique de “voie” est présente dans de nombreuses traditions de sagesse à travers le monde. Ce terme englobe différents aspects et significations, et il est difficile de le définir de manière précise. La voie peut désigner la recherche de la vérité, l’attitude du chercheur, le chercheur lui-même, la méthode pour accéder à la sagesse, la connaissance de la réalité, voire la réalité en elle-même. Cependant, la voie ne se réduit pas à ces éléments, car elle transcende les concepts et les limites de la pensée.
Dans différentes traditions, le terme chinois “tao” est souvent traduit par “voie”, mais cette intuition symbolique va au-delà du taoïsme. Elle se retrouve dans les enseignements de sagesse de toutes les sociétés traditionnelles. La vacuité de ce mot renvoie à l’être humain lui-même. La voie exprime le sentiment qui émerge lorsque l’être humain se découvre en tant que chercheur, sans pouvoir donner de contenu précis à cette recherche. C’est une attitude d’attention à ce qui se manifeste et d’écoute intérieure, qui naît lorsque l’être humain réalise sa nature fondamentale de chercheur.

La voie représente également la possibilité de transformation individuelle. Elle est le cheminement de la conscience depuis un niveau noyé dans l’empirique et l’ordre du moi, jusqu’à l’ouverture et la reconnaissance de la réalité transcendantale, symbolisée par le terme “soi”. Ainsi, la voie n’est pas un simple contenu de savoir ou une forme de connaissance, mais une expérience vécue. Elle nous fait expérimenter la réalité que nous croyons être. La connaissance de soi est essentielle dans cette expérience, et aucun texte sur la voie ne peut s’en dispenser. C’est une exigence personnelle et unique, qui nécessite de découvrir sa propre voie intérieure.
La voie ne peut pas être donnée ni reçue de manière rationnelle, ni être imposée par une volonté externe. L’image du chemin peut être trompeuse, car elle donne l’impression d’un but et d’un itinéraire préétablis. En réalité, la voie est un simple accompagnement, une adhésion au mouvement qui se déploie. Tout se joue dans le présent, et les maîtres de sagesse rappellent sans cesse l’importance de l’ici et maintenant. La voie vise à instaurer dans la conscience un état de recherche, une mobilité immobile, qui consiste à être pleinement présent à la réalité intérieure et extérieure, à accompagner sa propre marche. C’est une attitude qui allie vigilance et relâchement, confiance et prudence, engagement total et réserve. Il ne s’agit pas de chercher quelque chose en particulier, mais de trouver en soi une attitude juste. La voie n’est pas une “conscience de”, mais une “conscience à”, une attention disponible à ce qui se déploie. Il s’agit simplement de laisser les choses se manifester. La voie apparaît alors vide d’intention.

Pour les philosophies “sapientielles”, l’accomplissement symbolisé par le terme “voie” réside dans la simplicité d’être pleinement présent à chaque instant de notre existence, à chaque action que nous accomplissons. La voie nous invite à cultiver une conscience aiguisée et attentive à ce que nous faisons, à être totalement immergé dans l’expérience présente, sans projections ni attentes. Cette présence à l’instant présent est le fondement de la voie, car c’est à travers cette attention profonde que nous pouvons véritablement nous connecter à la réalité telle qu’elle est. La voie ne nous demande pas de rechercher des réponses extérieures ou de gravir un chemin préétabli, mais plutôt de nous tourner vers l’intérieur, d’explorer notre propre nature et de trouver une résonance avec le flux de la vie qui nous entoure.

La voie ne se résume pas à une accumulation de connaissances intellectuelles, mais plutôt à une transformation intérieure profonde. C’est une invitation à transcender nos limitations habituelles, nos conditionnements et nos croyances limitantes, afin d’accéder à une dimension plus vaste de notre être. En empruntant la voie, nous sommes amenés à remettre en question nos schémas de pensée, à remettre en cause nos attachements et à explorer des territoires inconnus de nous-mêmes. La voie est souvent décrite comme un voyage intérieur, une exploration des profondeurs de notre propre conscience. C’est un chemin qui nécessite courage, persévérance et humilité. Sur cette voie, nous pouvons rencontrer des obstacles, des doutes et des épreuves, mais c’est précisément à travers ces défis que nous avons l’opportunité de grandir et de nous transformer.
Chaque individu a sa propre voie, sa propre manière d’explorer et de vivre cette quête de sens et de vérité. Il n’y a pas de voie universelle qui convienne à tous, car chaque être humain est unique et possède son propre cheminement. La voie est donc une invitation à écouter notre propre intuition, à suivre notre propre rythme et à nous ouvrir à notre propre vérité intérieure.

La voie est donc un symbole puissant qui représente la recherche de la réalisation de soi, de la sagesse et de la connexion profonde avec le monde qui nous entoure. C’est un chemin intérieur qui nous guide vers une compréhension plus profonde de nous-mêmes et de notre place dans l’univers. La voie nous rappelle que la vie elle-même est un voyage, et que chaque pas que nous faisons dans la quête de la vérité et de la réalité est en réalité une partie essentielle de notre propre chemin spirituel.

La voie, symbolique et imaginale

La notion de “voie” peut également être explorée du point de vue de l’imaginaire et du symbolique. Dans ce contexte, la voie représente un chemin intérieur qui transcende la réalité matérielle et nous conduit vers des dimensions plus profondes de l’existence.
L’imaginal fait référence à un espace de l’âme où les symboles, les images et les archétypes prennent vie. C’est un domaine intermédiaire entre le concret et l’abstrait, où la réalité matérielle et la réalité spirituelle se rencontrent. La voie imaginal est celle qui se déroule dans cet espace, où les symboles et les images se manifestent et guident notre parcours intérieur.

Les symboles jouent un rôle essentiel dans la compréhension imaginale de la voie . Ils représentent des idées, des concepts ou des aspects de la réalité qui dépassent la compréhension rationnelle. Par exemple, le symbole de la traversée d’un pont peut représenter la transition d’un état à un autre, ou encore le passage d’un niveau de conscience à un autre. Les symboles nous offrent une voie d’accès à des significations plus profondes et nous aident à explorer les aspects invisibles et intangibles de notre être.
La voie imaginale nous invite à nous engager dans un processus d’exploration intérieure à travers l’utilisation de l’imagination, de la créativité et de la visualisation. C’est un chemin qui demande de cultiver notre capacité à entrer en relation avec les symboles et les images qui émergent de notre inconscient, afin de les comprendre et de les intégrer dans notre vie quotidienne.

La voie symbolique, quant à elle, se rapporte à l’utilisation des symboles et des rituels pour donner un sens à notre existence et établir des connexions avec des réalités plus vastes. Les symboles peuvent représenter des valeurs, des idéaux ou des aspects transcendants de la vie humaine. Par exemple, le symbole du cercle peut évoquer l’unité, l’infini ou l’harmonie. En empruntant la voie symbolique, nous cherchons à entrer en relation avec ces réalités plus profondes à travers des pratiques rituelles, des cérémonies ou des rites de passage. La voie imaginale et symbolique nous offre un moyen d‘explorer et de donner un sens à notre expérience humaine. Elle nous permet de transcender les limites de la pensée rationnelle et d’accéder à des niveaux de compréhension plus vastes. En empruntant cette voie, nous sommes invités à développer notre capacité à écouter notre imaginaire, à nous connecter à nos symboles intérieurs et à honorer les rituels qui nourrissent notre âme. C’est un cheminement qui nous permet de cultiver notre dimension symbolique et d’explorer les profondeurs de notre être à travers des langages non verbaux et des formes d’expression créative. La voie imaginal et symbolique représente une exploration de l’invisible, de l’ineffable et de l’ineffable dans notre être. C’est une invitation à cultiver notre capacité à percevoir et à interpréter les symboles, à entrer en relation avec notre imagination et à utiliser ces ressources pour approfondir notre compréhension de nous-mêmes et du monde qui nous entoure.

En empruntant la voie imaginale et symbolique, nous entrons dans un espace où les frontières entre le réel et l’imaginaire s’estompent. C’est un espace où les symboles prennent vie, où les archétypes se manifestent et où les histoires mythiques résonnent en nous. Dans cette exploration, nous sommes invités à nous ouvrir à la poésie, à la beauté et à la magie du monde symbolique.
Par le biais de l’imagination, nous sommes capables de créer des images, des métaphores et des récits qui donnent forme à nos expériences intérieures les plus profondes. Cela nous permet d’explorer nos blessures, nos aspirations, nos peurs et nos désirs de manière symbolique. Les symboles agissent comme des clés qui ouvrent des portes vers des dimensions intérieures et nous aident à donner du sens à notre existence.

La voie imaginale et symbolique nous invite à développer une relation intime avec notre monde intérieur. C’est un appel à cultiver notre capacité à écouter les messages symboliques qui émergent de notre inconscient, à les interpréter et à les intégrer dans notre vie quotidienne. En engageant ce dialogue créatif avec notre imaginaire, nous pouvons découvrir de nouvelles perspectives, de nouvelles significations et de nouvelles ressources pour notre cheminement personnel. Il est important de souligner que la voie imaginale et symbolique est une démarche personnelle et subjective. Chaque individu est invité à explorer ses propres symboles, à créer ses propres images et à trouver sa propre signification. Il n’y a pas de voie prédéfinie ou universelle, car chaque parcours symbolique est unique et individuel. C’est une invitation à cultiver notre imagination, à développer notre sensibilité symbolique et à entrer en relation avec les réalités invisibles qui habitent notre être. C’est un voyage fascinant et enrichissant qui nous permet d’approfondir notre compréhension de nous-mêmes, de la vie et de notre place dans le vaste tissu de l’existence.

ECOLOGAÏ L’écologie au cœur de la transformation personnelle et collective – Laetitia Blondel

A l’inverse de l’éco-anxiété, ce livre nous donne les clés d’un engagement plein de sens et de positivité, et de plus concret, pour aller vers une transformation personnelle qui favorise une transformation collective.

C’est un cahier pratique qui propose un parcours pas à pas vers une vie plus écologique. Il offre 50 exercices pour aider les lecteurs à comprendre leur contexte personnel et à explorer de nouvelles manières de vivre et d’agir, avec l’objectif d’adopter des habitudes durables dans leur quotidien.
Les deux premiers chapitres sont essentiels et doivent être suivis dans l’ordre, car ils posent les fondations nécessaires à un changement réussi. Les exercices des chapitres 3 à 5 sont plus flexibles et peuvent être suivis à votre rythme et selon vos préférences. Le dernier chapitre vise à synthétiser l’ensemble du parcours et à fournir des outils pour maintenir votre motivation à long terme. Il est recommandé d’aborder ce chapitre une fois tous les autres exercices terminés. L’auteur encourage les lecteurs à être indulgents avec eux-mêmes pendant ce processus de transformation. Si certains exercices ne résonnent pas avec vous pour le moment, mettez-les de côté pour y revenir plus tard. L’important est de respecter votre rythme et de prendre le temps nécessaire pour ces transformations.
Le livre souligne l’importance de la patience dans le processus de changement, car l’adoption d’habitudes durables, saines et alignées avec vos valeurs ne se fait pas du jour au lendemain. Cependant, une fois que ces nouvelles habitudes sont en place, il est pratiquement impossible de revenir en arrière.

Une idée clé de ce livre est le lien entre ce qui est personnel et ce qui est collectif

Dans le domaine de l’écologie et particulièrement du climat, l’action individuelle et collective sont souvent mises en opposition. Pourtant, ces deux types d’actions sont interdépendants. Certes, un seul individu qui renonce à consommer de la pâte à tartiner contenant de l’huile de palme et emballée dans un pot en plastique ne va pas stopper la déforestation, prévenir l’extinction des orangs outangs ou réduire la pollution plastique dans les océans. Cependant, imaginez l’effet si nous étions 7 milliards à prendre cette décision : l’impact serait colossal! Adopter une vie écoresponsable influence notre entourage de plusieurs manières:

  • Influence personnelle : une seule personne peut directement influencer dix autres personnes, qui à leur tour en influenceront dix autres, et ainsi de suite. Cela peut rapidement toucher une large population!
  • Choix de consommation : les entreprises et les distributeurs s’efforcent de répondre à nos besoins et ajustent leurs produits en fonction de la demande des consommateurs.
  • Choix politiques : notre vote lors des élections a autant d’importance que la manière dont nous dépensons notre argent!
  • Engagement collectif : en participant à des organisations collectives, nous pouvons augmenter considérablement notre impact environnemental.

Soulignons aussi sa méthode : progressive, douce et un accompagnement d’exercices très pertinents

Sur son site, Laetitia Blondel présente explicitement l’idée d’une philosophie de vie

CETTE NOTION DE « PHILOSOPHIE DE VIE » NE FAIT-ELLE PAS UN PEU PEUR ?

Au contraire !

On cherche toutes à revenir à davantage de simplicité et de légèreté ; l’écologaï nous aide en cela. Elle s’appuie en plus sur des valeurs fortes et des principes de la permaculture : liberté, sens, authenticité, respect, bienveillance, …

On aspire toutes à cela, non ?

Et il y a quelque chose de très vertueux de se dire que finalement, on met les principes de l’écologie au service des différents domaines de notre vie !

“ÉCOLOGAÏ” est un livre pratique qui guide le lecteur à travers un parcours en six chapitres pour intégrer l’écologie dans tous les aspects de sa vie.

Le Chapitre 1 “Partir du bon pied” est une introduction à l’écologie, explorant les émotions liées aux défis écologiques, identifiant pourquoi et comment agir, et soulignant l’importance du changement de perspective et de la prise de conscience de notre pouvoir.

Le Chapitre 2 “Explorer son écologie intérieure” aborde des questions d’écologie personnelle, y compris nos valeurs, nos besoins, nos priorités et comment alléger notre charge morale et notre quotidien.

Le Chapitre 3 “Impacter positivement le monde” explore comment notre gratitude, nos actions, notre argent et notre information peuvent influencer positivement le monde. Il offre également des conseils sur la façon de s’inspirer et d’impacter les autres, de relever des défis en famille et d’agir à une échelle plus large.

Le Chapitre 4 “Rendre son logement écolo” fournit des stratégies pour réduire la consommation d’eau et d’électricité, désencombrer l’intérieur, limiter la pollution intérieure et faire des choix plus écologiques en ce qui concerne nos biens.

Le Chapitre 5 “Prendre soin de la planète” donne des conseils sur comment améliorer notre alimentation, réduire nos déchets, adopter une cuisine antigaspi, faire des courses en vrac, faire des choix de consommation plus responsables, gérer notre utilisation du numérique, adopter des modes de transport plus doux et apprécier le pouvoir de la nature.

Enfin, le Chapitre 6 “Agir durablement” fournit des outils pour maintenir ces nouvelles habitudes, y compris comment se fixer des objectifs, se soutenir, rester motivé et célébrer les progrès réalisés.

La sophrologie

La sophrologie et le stress

par A partir du "Grand manuel de sophrologie" - Pascal Gautier

Visions de la sophrologie

Ce qque nous retenons de différentes approches… qui vont largement dans le même sens.

La Société Française de Sophrologie (SFS)

Site

La sophrologie est une pratique psycho-corporelle créée dans les années 1960 par le neuro-psychiatre Alfonso Caycedo. Elle repose sur différentes techniques, telles que la respiration consciente, la relaxation musculaire, les mouvements doux, la méditation et la visualisation. Ces techniques favorisent la détente physique, qui conduit ensuite à une détente mentale, créant ainsi un espace propice à la réflexion, à l’action et à la recherche de solutions.
La sophrologie va au-delà de la simple relaxation et de l’induction hypnotique. Elle permet de prendre conscience de soi-même, de son environnement et de ce que l’on vit. Elle offre la possibilité de revisiter son histoire de vie, d’identifier des schémas répétitifs et de s’en affranchir afin de vivre le présent et s’ouvrir à l’avenir.
La sophrologie repose sur un double mouvement : utiliser le corps pour modifier l’état de conscience et, inversement, agir sur le corps par l’intentionnalité de la conscience. C’est un outil d’accompagnement qui prend soin de la personne dans toutes ses dimensions.
La sophrologie peut être pratiquée de manière individuelle ou collective, en cabinet, à domicile, en entreprise, dans des établissements de santé, des hôpitaux, des écoles, etc. Elle s’adresse à différents publics et peut être utilisée dans des domaines thérapeutiques, pédagogiques et prophylactiques. Elle peut accompagner des pathologies, des handicaps, des préoccupations de santé, la préparation mentale, la gestion du stress, les troubles du sommeil, les transitions de vie, les comportements pathologiques, etc. La sophrologie offre un soutien précieux pour améliorer les conditions de vie, mieux se comprendre et favoriser le bien-être. Elle permet également à la personne de développer son autonomie et de prendre soin d’elle-même.
C’est donc une pratique psycho-corporelle qui vise à harmoniser le corps et le mental. Elle utilise différentes techniques pour favoriser la détente physique et mentale, offrant ainsi un accompagnement dans divers domaines de la vie.

Aligner le corps et le mental

La sophrologie est une méthode visant à “aligner le corps et le mental”, selon Nathalie Peretti, sophrologue depuis treize ans. Elle a été créée par le psychiatre brésilien Alfonso Caycedo dans les années 1960 et vise à développer l’harmonie et la sérénité en utilisant des exercices de relaxation, de respiration et de visualisation pour atteindre un état de conscience entre la veille et le sommeil. Cette approche est largement utilisée pour gérer le stress, les émotions et la douleur, y compris pendant l’accouchement.
La sophrologue invite les patients à prendre conscience de leur corps et à relâcher les tensions, puis à se concentrer sur leur respiration. La respiration consciente permet de goûter le moment présent et de trouver un état de détente. La sophrologie cherche à orienter les pensées vers le positif en partant de la situation telle qu’elle est. Elle peut être utilisée pour aider les personnes dépendantes à l’alcool en utilisant des exercices de visualisation, tels que l’image d’une cible avec une bouteille au centre, et en mimant le geste de lancer une flèche pour symboliquement faire exploser la bouteille.
La sophrologie permet de transformer la personne en lui donnant des outils pour se détendre, évacuer les angoisses, renforcer la confiance en soi et contrôler les envies d’alcool. Les séances de sophrologie induisent un état de détente associé à un geste ou à une image mentale, qui peut être utilisé ultérieurement pour se calmer face aux envies ou aux angoisses. Selon le Dr Annick Lanteaume, médecin addictologue, la sophrologie est efficace pour aider les patients alcooliques à retrouver une connexion avec leur corps.
Cependant, la sophrologie reste encore peu demandée par les patients, qui préfèrent souvent des solutions médicamenteuses. Le Dr Lanteaume souligne l’importance d’une prise en charge globale de l’addiction à l’alcool, où la sophrologie peut jouer un rôle complémentaire à la prise en charge médicale. Elle offre des outils pour gérer le stress lié à l’addiction et permet de récupérer une conscience corporelle souvent altérée par l’addiction.

 

La revanche du cerveau droit

Un livre de Ferial Furon (Auteur) et Marjorie Rafécas-Poeydomenge Bruno Giuliani (Préface) 

Notre société a cultivé son cerveau gauche, la rationalité, le cartésianisme… Au détriment du droit, de la pensée globale, créative, intuitive.
Comment notre société peut se transformer, permettre de nouvelles façons de voir, par une vraie reconnexion avec notre cerveau droit ?
C’est aussi cela que Spiritualités Magazine propose, car la raison ne mène à rien sans l’imagination, la vision globale, la créativité… et la spiritualité !
Dans ce livre, 40 auteurs dans leur diversité et avec des angles d’approche très divers entrelacent de leurs témoignages les propos des auteurs,

CITATIONS

A propos de la spiritualité

Préface de Bruno Giuliani

“À la suite de Spinoza et Bergson, j’appelle « sagesse intuitive » la pensée globale qui intègre science (connaissance objective analytique) et spiritualité (savoir subjectif synthétique) au sein d’une intelligence affective qui culmine dans l’art de vivre. C’est finalement à emprunter la voie symbolique de l’intuition – la pensée qui relie, unifie et s’accorde au sens évolutif de la vie – que ce livre nous invite. Le contraire de la voie diabolique du mental qui sépare, détruit et conduit à l’absurdité du monde transhumaniste. Après des siècles de dissociation entre l’Homme et la Nature, ce nouveau courant de pensée se place avant tout sous le signe de l’unification des polarités.” P. 21

Citations des auteurs

“Celles et ceux qui seraient « à droite » – cérébralement et non politiquement bien sûr – auraient des appétences particulières pour la spiritualité.” P. 39

“Si l’on considère par exemple l’intelligence spirituelle, Howard Gardner estime que la spiritualité est un mélange d’intelligences inter et intrapersonnelle. Ainsi, nous pouvons tricoter d’autres intelligences à partir de deux formes d’intelligences. Nos capacités se démultiplient” P. 53

“Spinoza, qui a réussi une parfaite alliance entre la logique et le cerveau droit plus mystique, a défendu un sentiment d’unité avec son concept de monisme : « Nous faisons partie de la Nature, rien ne nous sépare de l’univers ». C’est l’idée d’harmonie qu’a toujours prônée la philosophie grecque. Ou encore l’expérience numineuse de Jung qui réveille en nous cette envie de spiritualité”. P. 95

Pourriez-vous nous indiquer les pistes pour aller vers le meilleur futur ?
Philippe Guillemant
: ce sont nos pensées et nos émotions qui engendrent le futur. Or nous sommes plongés dans un conditionnement. Nous ne pouvons pas changer avec le mental. Il faut réussir à faire taire ce « petit vélo ». Nous sommes prisonniers de l’analyse permanente de notre mental que la méditation permet d’atténuer grâce au lâcher-prise. Ainsi pour aller vers le meilleur futur, il faudrait se mettre en état de captation, se libérer des conditionnements pour nous mettre dans un état spirituel.” P. 152

 

A propos de la méditation : un rempart à l’ultraconnexion technologique ?

“En neurosciences, il est aujourd’hui démontré scientifiquement que la méditation modifie favorablement la chimie de notre cerveau. Ce sont les mêmes ondes alpha (13 Hz) que nous utilisons pour l’hypnose et la méditation pour se débrancher, comme nous l’a expliqué l’hypnologue Philippe Genest. Pratiquer la méditation permet de mieux connecter les deux hémisphères de notre cerveau et d’atteindre une meilleure harmonie.” P. 299

“La méditation est aussi un excellent moyen de développer sa créativité, car elle permet d’améliorer à la fois la pensée divergente (cerveau droit) et la pensée convergente (cerveau gauche). L’artiste David Lynch explique le potentiel créatif de la méditation dans son livre Catching the Big Fish : Meditation, Consciousness, and Creativity” P. 300

A propos d’un bouleversement du monde du travail. Interview d’Audrey Chapot, anthropologue

“Plus que tout, c’est notre rapport au travail qui est en train de basculer, et la place qu’il prend dans notre quotidien. Les conditions de travail et relations managériales sont actuellement trop souvent toxiques, d’où les arrêts maladie, les burn out, les décisions de reconversion en masse. Ce sont les signes précurseurs de changements profonds. Les modalités de travail ne sont plus en adéquation avec nos besoins et aspirations. Même si des évolutions sont déjà visibles, le chemin est long car les mentalités et les comportements n’évoluent pas au même rythme.” P. 364

“Les managers sont en fait déjà hybrides : il leur faut à la fois des capacités organisationnelles et une intelligence relationnelle pour stimuler au mieux la performance de leurs équipes. Le problème est que ces fameuses compétences « couteau Suisse » sont difficiles à acquérir car si on en revient à l’asymétrie cérébrale, cela demande aux managers de savoir jongler avec les deux hémisphères de leur cerveau et d’avoir une approche résolument bicéphale de leurs collaborateurs entre le savoir-faire et le savoir-être. Ainsi, les dirigeants devront dans le futur, être de plus en plus souples et holistiques.” P. 366  

 

Stratégies d’auto-coaching

Les Editions GERESO qui éditent des livres très clairement présentés, une auteure – Mireille VIE – qui est une professionnelle du coaching, expérimentée, très méthodique et progressive : voici un livre qui peut servir de base à tous ceux qui veulent se prendre en main par eux-mêmes ou avec un minimum d’intervention extérieure… puisqu’il s’agit d’auto-coaching.

Choisir nos pensées

Mireille VIE part de la plus simple et de la plus puissante des idées : nous pouvons choisir nos idées, choisir correctement nos pensées, et c’est cela qui nous permet de faire face sereinement à la plupart des situations qui se présentent à nous. 
Une autre façon de le dire : la réalité est faite
1/ de faits observables : nous ne pouvons agir à ce niveau, nous acceptons
2/ d’interprétations, de biais, de préjugés, de déductions… bref de représentations. Celles-ci dépendent de nous. Nous pouvons agir au niveau de nos réactions à ce qui se passe.
Le livre va développer 20 situations de la vie quotidienne pour lesquelles le simple usage de notre cerveau, notre pensée, va permettre d’adopter la bonne stratégie, et de nous sentir bien mieux !

Nous sommes invités, avec quelques efforts, à modifier notre façon de penser. Cela en vaut la peine nous dit l’auteure… Je confirme !

Devenez pionnier du nouveau monde

Cette idée d’un nouveau monde habitait déjà Laurent Muratet voici 10 ans. En témoignent des interviews complètes effectuées pour le film Un nouveau monde en marche: Pierre Rabhi, Akhenaton, Christophe André, Dominique Bourg, Gaël Giraud, Annick de Souzenelle, Marc Dufumier, Jean-Marie Pelt, Haru (Leader amérindien), Jean-Baptiste de Foucauld.

Cette fois, avec 50 personnes, au moment du confinement, c’est une méthode et une énumération très précise des pensées – actions pour le changement que l’auteur nous propose.

Pour écouter le podcast, aidez vous des quadrants de Ken Wilber

 

Quadrant de Ken Wilber par Kévin Solinski

 

La portée collective de la psychologie positive

Comment aborder avec une vision, une intention, positive, la vie commune, les institutions, les enjeux collectifs de notre temps ?
Cette question est rarement posée. Elle est même absente des concepts et des débats politiques, là ou il serait simple de parler, tout simplement de qualité de vie. Qualité de vie pour tous, et chacun, avec le souci de combler les inégalités et de préserver la planète.

 

Pin It on Pinterest